mercredi 13 janvier 2010

Le choeur des femmes

(billet mis à jour le 5 mars 2010)
Il faudrait rendre obligatoire la lecture de cet ouvrage à tous les étudiants en médecine, mais aussi à tous les médecins généralistes, et vite l’étendre aux autres spécialistes, et puis aussi à toutes les femmes, et pourquoi laisser les hommes de coté finalement ?

C'est le troisième roman de la sélection ELLE que je dois chroniquer ce mois-ci et c'est le plus surprenant que j'ai jamais lu. Je connaissais Martin Winckler par la Maladie de Sachs (livre, puis film très juste sur l’univers médical et les rapports entre les patients, la maladie et le médecin). Je me disais que ce serait peut-être mortellement ennuyeux d’écrire 600 pages sur le même sujet. A mon corps défendant j’avouerai que je venais de me régaler avec Assez parlé d’amour d’Hervé Le Tellier (voir ma critique d'hier).

Si j’avais pu, matériellement, le lire sans m’arrêter je n’aurais pas hésité une seconde. Le chœur des femmes est un de ces livres puissants qu'on a du mal à lâcher. L’histoire est très bien construite sur le plan romanesque. L’écriture est alerte et les effets de style sont vivifiants.

Si la fin est rocambolesque et si le patronyme du professeur Karma relève bien de la fiction c’est pour mieux justifier l’appartenance à la catégorie des romans. Les révélations sont diablement renversantes sur le plan médical. Je me suis interrogée à plusieurs reprises : ai-je entre les mains un pur roman ou un témoignage en forme de plaidoyer pour un autre exercice de la médecine ?

J’ai fini par enquêter auprès de médecins proches. Martin Winckler est une figure très respectée. Il fait des conférences régulièrement dans les universités de médecine. De ses avis, ses propos, ses analyses … il n’y a rien à jeter : tout est juste. Cet homme cumule les talents d’écrivain, de médecin et d’orateur. C’est rare et précieux.

Je plaide haut et fort pour qu’on entende toutes les voix de ce chœur qui charrie toutes les douleurs, les incompréhensions, les espoirs aussi des femmes à être entendues et reconnues comme de vraies personnes et non des objets dont on « traiterait » les pannes comme un mécanicien répare une automobile. Car les clichés ont la dent dure et il faudra beaucoup de livres dans cette veine et des milliers de lecteurs avant que ne changent les mentalités. Pourtant il y a urgence. Alors je ne cesse de le partager autour de moi.

Le choeur des femmes est à offrir sans modération à tous les publics. Mon avis me vaut une citation p.124 du ELLE spécial mode du 5 mars.

Le choeur des femmes de Martin Winckler, éditions P.O.L., 2009

4 commentaires:

zarline a dit…

Pour ne pas changer les bonnes habitudes, je ne partage pas vraiment ton enthousiasme pour ce livre ;-) J'y ai vu un manifeste intéressant et même essentiel pour une médecine plus adaptée mais qu'est-ce que je me suis ennuyée!

marie-claire a dit…

C'est probablement une question de "vécu" personnel. La médecine a besoin de gens comme Martin Winckler pour évoluer. Adapté pour la télévision le professeur Karma détrônerait le si populaire Dr House (lequel est excellent).
Apprendre au Journal télé d'hier soir que le nombre d'IVG ne baisse pas du fait d'une mauvaise information des médecins c'est purement scandaleux. Et ce bouquin dénonce bien des pratiques et nombre d'idées reçues. En plus c'est un vrai roman.
Et je ne parlerai pas du scandale de la grippe H1N1. Je vous encourage à aller voir sur le site de Winckler ce qu'il a écrit. c'est édifiant... et vrai !

valérie a dit…

Il est dans ma LAL. Ce sera le 1er roman de Winkler que je lirai.

Céline a dit…

J'aime beaucoup Martin Winckler, je note ce titre ! J'avais adoré "Les trois médecins" !

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)