lundi 4 août 2008

Pampelune Soup,une entrée qui se camouffle sous des allures de dessert

J’ai traversé l’Espagne il y a quelques années sous un soleil torride. Le soir, nous nous régalions alternativement de Gaspatcho, la spécialité andalouse qui n’était pas encore à la mode en France, et de Vichyssoise, une soupe glacée qui n’avait de français que le nom puisque la recette a été inventée par un Chef du Carlton de New York.

Quand Charline, l'animatrice de A Flavor Capture, a lancé l’édition numéro 9 du Sucré s’invite chez le Salé autour du pamplemousse le jeu de mots avec la capitale de la Navarre s’est aussitôt imposé dans mon cerveau surchauffé par la température estivale.

J’étais alors certaine de présenter une soupe froide même si je n’avais aucune idée de la manière de procéder.
Le soir même -il n'y a pas de hasard- je tombais sur le charmant ouvrage de Raphaëlle Vidaling : Goute-çà et épouse-moi où elle présente pile poil ce que je cherchais. C’est devenu mon « best » de l’été que j’ai rebaptisé d’un nom qui inspire le soleil, la légèreté et qui évoque aussi le nom du fruit vedette du thème de cette année.

C’est une recette comme je les aime : facile, rapide, surprenante et mariant de subtiles parfums. Une saine association puisque c’est l’occasion de manger plusieurs fruits et légumes. En outre comme il n’y a rien à cuire vous pourrez aussi bien la préparer en camping que pour un souper aux chandelles.

Les ingrédients :
  • Un pamplemousse rosé qu’il faut éplucher TRES soigneusement pour ne conserver que sa pulpe et dont vous émietterez la chair en gros morceaux.
  • Un avocat, encore un peu ferme, qui sera découpé en cubes.
  • Une banane pas trop mûre qui sera taillée en rondelles.
  • Une boite de lait de coco qui sera versée sur les fruits.
C’est fini ! Raphaëlle ajoute quelques graines de cardamone au moment de servir après quelques heures passées au réfrigérateur. J’ai mis ma touche personnelle avec une framboise et une brochette de rhubarbe confite (depuis que le patron de la Maison dans le Parc m'a expliqué la marche à suivre je cuisine la rhubarbe différemment) pour faire joli et j’ai photographié en compagnie d’une famille d’ours pour renforcer la fraîcheur de l’association. Quand on n'a pas le talent ( les clichés de Charline sont magnifiques. On sent la professionnelle) on compense avec l'humour ...


Chaque cuillerée apporte une saveur différente. On ne peut pas conclure si le sucré l'emporte sur le salé ou l'inverse. Il faut sans cesse gouter et regouter. Le lait est du velours en bouche. Je pourrais en manger un saladier entier.

1 commentaire:

Sha a dit…

En ce moment j'ai beaucoup de choses à faire. Et là je tombe sur une petite merveille aux saveurs particulières. Et son petit nom, très doux, très évocateur, il me ferait voyager !
Merci !

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)