lundi 29 septembre 2014

3 coeurs de Benoît Jacquot

Je venais voir une comédie et c'est une tragédie que j'ai découverte. Mais si parfaitement interprétée que je n'ai pas de regret.

On se dit que le portable a changé la vie des amoureux, qui peuvent être constamment reliés l'un à l'autre. Benoit Jacquot démontre que les soucis de communication demeurent éternels.

Les 3 coeurs en question sont multiples. On pensera aussitôt que c'est le trio composé d'un homme partagé entre deux femmes. Ce sont aussi deux soeurs et leur mère.
Inspecteur des impôts en déplacement dans la petite ville de Valence, Marc (Benoït Poelvoorde) manque de peu le dernier train pour Paris. Il demande à Sylvie (Charlotte Gainsbourg), une jeune femme croisée dans un café, de lui indiquer un hôtel. De confidence en plaisanterie, ils passeront la nuit à errer dans les rues et conviendront de se retrouver à Paris, au jardin des Tuileries, le vendredi suivant, à 18 heures. Le jour venu, Marc, surmené, est victime d'un malaise. Ils n'ont pas échangé leurs numéros de téléphone et il ne peut la prévenir. La jeune femme, désespérée l'attend longtemps puis finit par partir. Il arrivera trop tard. Sylvie renoue avec son compagnon, accepte de le suivre à Minneapolis et laisse sa soeur Sophie (Chiara Mastroianni  s'occuper seule de leur magasin d'antiquités. Un autre jour Marc croise Sophie, qui sollicite son aide pour redresser sa comptabilité. Il tombe amoureux... sans savoir qu'elle est sa soeur. 
Le film est l'histoire d'un rendez-vous manqué. On pense à Elle et Lui, à la rencontre de Terry et de Nickie sur un paquebot, et leur promesse de mettre leur amour à l'épreuve de la séparation. Ils devaient se revoir au au sommet de l'Empire State Building 6 mois plus tard. Terry, pressée de le retrouver, court entre les voitures et est renversée par un véhicule. Lui l'attend en vain. Elle a les jambes paralysées, mais refuse par fierté qu'il en soit informé.

Benoit Jacquot traite un sujet semblable mais du point de vue masculin. Avec des influences d'Alfred Hitchcock avec une montée en puissance d'un infernal engrenage lorsque Marc retrouvera Sylvie, de François Truffaut (avec le recours à une voix off), Claude Chabrol pour sa critique de la bourgeoisie ... La montée en puissance de la musique ajoute au suspense. La fin est terrible quand ils rejouent la scène de rendez-vous raté, comme s'ils étaient au paradis ...

Marion Cotillard avait été pressentie pour le rôle de Sylvie, et Léa Seydoux pour celui de Sophie. Le duo Charlotte Gainsbourg et Chiara Mastroianni est très réussi, d'autant que Chiara est à la ville la fille de sa mère à l'écran, Catherine Deneuve.

Charlotte a toujours une dégaine de lycéenne, même si la ressemblance avec sa propre mère (Jane Birkin) s'accentue. Elle est parfaite dans ce rôle qu'elle interprète avec retenue.

Valence est une ville fantôme représentative de la "province". Sylvie et Sophie y mènent une vie calme et sans grand bouleversement non loin du foyer de leur mère nourricière. On remarquera que les scènes de repas sont répétitives.

Le combat contre un homme politique local et corrompue est une intrigue additionnelle qui n'était peut-être pas nécessaire. 3 coeurs demeurera avant tout le combat d'un homme avec lui-même, aux prises avec une indécision quasi maladive, qui résonne avec sa maladie ... de coeur.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés