dimanche 29 juin 2008

HIP-HOP par la compagnie MEMBROS

Depuis 1999 la compagnie Membros multiplie les exhibitions. Ses danseurs s'étaient produits l'an dernier dans le cadre de Paris Quartier d'été. Hier ils clôturaient quasiment le Festival Solstice à Antony devant un public venu en nombre.

Je ne connais pas assez bien les spécificités de ce type de danse pour en expliquer les codes et les messages. Je renvoie donc ceux qui voudraient tout comprendre sur l'article de Wikipédia.

Dans tous les commentaires qui sont consacrés aux créations de cette troupe brésilienne on souligne un engagement total, sans concession.

A l'instar de l'art brut on pourrait parler de danse à l'état brut. Cela tient de l'acrobatie, de la chorégraphie et du théâtre sur des rythmes de rap saccadé mais aussi avec un accompagnement de musique classique, ou encore des intermèdes bruités par la voix ou des cris.

Les corps expriment métaphoriquement la fièvre, la détresse, voire même la folie que la violence de la rue engendre.


Les figures virevoltantes, les sauts au mur ou au sol constituent l’expression artistique d’un message aux dimensions sociale et politique que l'on entend comme un cri de rage ou de survie.

Les danseurs ne s'économisent pas en enchainant les vrilles avec des sauts de l’ange brisés en plein vol, en multipliant des chutes à plat ventre qui claquent sur le bitume.

Pour décor, un mur qui ici remplit la fonction de toile de fond ... en bordure du marché public, délimitant un carré qui pourrait être comparé à un ring .


Contre ce mur qui symbolise l'impuissance, les jeunes danseurs se cognent et projettent leur propre corps par des mouvements acrobatiques d’une brutalité physique qui à de quoi effrayer. L'expression être dos au mur n'a jamais été aussi vraie. Un mur où les corps se lancent avec une violence qui veut dénoncer celle qui parfois fait la loi dans la rue.

Ce n'est rien de dire que c'était impressionnant : l'investissement des danseurs est total. Ils ont terminé épuisés, haletants, en sueur et le tee-shirt imprégné par le goudron. Leur rituel de salut fut rigoureux et empreint de respect, à l'égard du public, et au sein de la troupe. Ils se sont réconfortés, deux par deux, comme on le voit faire à la fin d'un match de basket ou d'un combat de boxe.

Un spectacle qui n'a pas laissé le public indifférent, bien au contraire à en juger par le niveau des applaudissements.

Si vous l'avez manqué ou si vous voulez en voir davantage : la Compagnie Membros revient dans le cadre du Festival Paris Quartier d'été du 7 au 9 Août au Palais-Royal à Paris (décidément c'est à croire que tous les chemins passent par le Palais-Royal que ce soit pour les tricoteurs, les amateurs de cirque et les danseurs) et aussi à Antony avec un nouveau spectacle, Febre, dans le cadre d'Une semaine dansée le lundi 2 février 2009. Cette fois les danseurs ne danseront plus dans la rue et feront l'expérience de la scène. Cela risque de tout changer. Nous verrons bien ...

2 commentaires:

geno da guadalupe a dit…

OLà membros!!!! sou geno uma garota de guadalupe uma aluna da sra vatilingon e de marcia.TENHO UMA FOTO di roger,luis enriqué,fabiana,e jào!!!!um beijinho a todo.

marie-claire a dit…

J'ai d'abord cru que c'était de l'espagnol mais une amie pense que c'est du portugais...

Si j'en crois Reverso (c'est un traducteur gratuit dans toutes les langues)il semblerait que le message ait été écrit par une élève de la compagnie MEMBROS et qu'elle aurait une photo de Roger, et des autres danseurs ... Le texte ne parait pas compromettant donc je le publie.

Si quelqu'un peut me faire une traduction plus fine ...

Messages les plus consultés