mercredi 23 juin 2010

Vincent Warin, acrobate avec et sur BMX au festival Solstice

La seconde partie de la Ballade de Cirque que j'ai racontée en images s'est poursuivie avec la performance de Vincent Warin. L'homme est connu des milieux sportifs professionnels mais très peu du grand public en tant qu'artiste. Personne n'a pensé à lui quand il est arrivé avec son vélo sous le bras, en faisant la tête du curieux "qui venait voir ce qui se passait".

Il faut dire que nous avions suivi un accordéoniste pour être rassemblés, quasi parqués, derrière le gymnase de l'IUFM, organisme de formation des professeurs des écoles , où sont passés presque tous les enseignants de primaire du département et qui est voué à la disparition, comme chacun le sait.
L'homme au vélo a un peu bousculé le public qui sagement ne dépassait pas l'entrelacs de la triple ligne vert fluo délimitant une piste. A entendre les ronflements des moteurs l'artiste allait arriver en kart. Rien d'étonnant à ce que celui-ci se cramponne à son engin, un vélo c'est précieux, cela se volerait vite.
Il s'assoie en riant et très vite sa bonne humeur est communicative. Pourtant il ne se passe à vrai dire rien. On se demande même pourquoi il se lève en gesticulant. La magie opère aussitôt.

Vincent Warin porte son vélo à bout de bras, le fait glisser, à la manière des "portées" que l'on voit d'habitude sur une scène de cirque. L'engin glisse, s'enroule autour de l'homme, à moins que ce ne soit le contraire. Très vite on oublie qui est la machine et qui est l'humain. C'est un couple qui danse sur la pointe des pieds, en équilibre maitrisé.
Suivent des figures qui s'apparentent à des exercices de musculation. La musique connait une mutation et le duo évolue vers une chorégraphie de plus en plus subtile. la voix chantée accompagne parfaitement la prouesse technique qui s'efface derrière l'esthétisme. Le vélo est alors un vrai partenaire.
Parfois on se dit qu'il va se coincer et qu'il faudra aller à la rescousse. Mais que nenni !Le sol crisse. Le vélo roule, tourne, s'envolerait presque. C'est fou l'infinité de figures que ce virtuose peut réaliser sur un espace aussi restreint. L'artiste devient écuyer, patineur, échassier, toujours acrobate bien sur.Oh tu vas tomber ! s'exclame un enfant. Mais l'homme est à terre parce qu'il s'est doucement posé sur le sol.
Après une série de ralentis il enchaine des passes de rock, se lance dans la cabriole. C'est un numéro de rodéo qu'il exécute au son endiablé d'une musique dynamisante.

Dans la dernière partie de sa performance il excellera aussi dans l'art du surplace, s'amusant à repositionner son pédalier en se situant à la frange du burlesque.

L'acrobate est littéralement électrisé par son engin. Difficile de croire que c'était sa première sortie en extérieur ! Il ne doit plus craindre de s'exposer devant tous les publics, sur scène et dans les rues. Que tous nos bravos le portent haut sur la route du succès. Son talent fera beaucoup de spectateurs heureux.

Pour tout savoir sur l'ensemble du festival :
• Théâtre La Piscine – 254 av. de la Division Leclerc à Châtenay-Malabry : Mardi de 14h à 19h /Mercredi au vendredi de 11h à 19h / Samedi de 11h à 17h
• Théâtre Firmin Gémier – Place Firmin Gémier à Antony : aux mêmes horaires mais fermé de 13h à 14h
Sur www.theatrefirmingemier-lapiscine.fr
06 33 29 85 30 Le jour des représentations, pour tout renseignement de dernière minute

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)