mardi 24 décembre 2013

Une buche pour Noël

(mise à jour le 25 décembre 2013)

J'ai promis de faire la bûche pour ce soir et çà va être une première. La photo vous donne tout de suite la réponse : ce sera réussi, mais pour l'heure c'est stress maximum.

Personne ne peut me dire comment on doit rouler le biscuit sans qu'il ne se brise. Avec le torchon ?

L'après-midi avance ... je dois me lancer. C'est cauchemar pour une nana qui n'est pas la meilleure pâtissière. Quand je pense que les candidats de l'émission sortent des trucs parfaits en 1 h 30. Y a un truc ...

Pour le biscuit :
6 oeufs,
150 grammes de sucre et 150 grammes de farine

Zou. C'est parti pour une préparation "classique". Ceux qui savent faire ne s'étonneront pas. On mélange les jaunes avec le sucre, avant d'ajouter la farine .... en même temps que les blancs battus en neige. J'oubliais une pincée de sel ... et 2 cuillères à soupe de cacao pour donner de la couleur à ce qui sera le bois.

Bien entendu on aura tamisé la farine. Le résultat est toujours meilleur. Et le cacao aussi.
Je verse sur la plaque (35 x 27 cm). La quantité de bulles d'air m'effraie un peu. Laissons faire. Et j'enfourne th 6 pour 15 minutes, vaut mieux sous estimer que cuire trop, le biscuit serait cassant.

Je prépare le "fameux" torchon propre que j'humidifie par sécurité. Je le pose sur le gâteau à la sortie du four et je roule (chaud donc) sans décoller le papier sulfurisé.
Attendons une heure (c'est le bon timing) que cela refroidisse. Encore une fois si j'étais candidate du Meilleur Pâtissier comment je ferais vue qu'il s'est déjà écoulé 40 minutes depuis le top départ ? C'est une vrai problème d'arithmétique que les enfants d'école primaire ne devraient pas savoir résoudre mieux que moi.

Je prépare ensuite une ganache pour l'intérieur de la buche. S'il n'y a pas d'enfants on peut l'alcooliser. Aujourd'hui ce sera Cointreau.
Proportions d'une ganache : 250 grammes de chocolat noir haché (en prenant le Pérou 64 du Musée du chocolat il suffit de les couper en deux) et 25 cl de crème fraiche (au moins à 30% de matières grasses) bouillante et que l'on verse en 3 fois.
Le gâteau s'est parfaitement déroulé. C'est alors que je me suis aperçue qu'il était trop épais. Je retiendrai que 3 oeufs suffisent avec 75 grammes de farine et autant de sucre pour une plaque des dimensions de la mienne.
Pour le moment je fais comme je peux en roulant tout de même le biscuit tartiné de ganache. Cela déborde. Je le "coince" dans un moule à cake et j'attends que cela fige pour travailler l'écorce avec une crème au beurre. Je mets au frigo pour accélérer le durcissement. Egalement le reste de ganache dont j'espère pouvoir faire quelques truffes. Il suffira de faire des boules que je roulerai dans la poudre de cacao. Mon conseil : préparer la ganache pendant que le gâteau est au four et surtout la mettre illico au frais pour l'étaler sans qu'elle ne se sauve au moment où vous roulerez votre buche. Comme disait ma grand-mère il faut être pris pour être appris.
Adorant le praliné j'avais prélevé une bande de gâteau pour la rouler avec une pâte pralinée détendue avec un peu de ganache et qui composera les fameux "noeuds" du bois. Ceux qui n'en voudront pas en seront dispensés. Etant donné l'épaisseur du biscuit j'ai dû le trancher en deux pour l'amincir.
Pour l'écorce une crème au beurre. La recette est ultra simple pourvu qu'on ait du sucre glace en quantité (je vous recommande celui de Detou où je l'achète par 5 kilos ... oui autant, vu que le prix est alors vraiment ultra intéressant. Et je stocke à la cave où cela se conserve très bien). Les proportions sont de 300 grammes de sucre glace pour 150 de beurre mou, et quand je dis mou c'est mou. Il faut que le doigt puisse s'enfoncer dedans. Là encore on anticipe en le sortant du frigo au moins 3 heures avant.

On peut aromatiser si on le souhaite. Il me semble que nature est préférable. J'ajoute quand même 3 cuillères à soupe de cacao. Il faut pouvoir tout mélanger à la fourchette, mais on peut achever à la main (avec un gant en silicone tout de même). Cette fois on ne fait pas refroidir sinon on ne pourra pas la travailler. On l'applique à la spatule. On strie à la fourchette. Et dans les petites rigoles on fait couler un sirop de sucre glace pour imiter la glace. Et là pour le coup j'aromatise au Cointreau.
On saupoudre de sucre glace si on le souhaite et on décore avec des bonbons ou des sujets et personnages de circonstance. On peut aussi compléter avec des copeaux de chocolat (sur la photo ci-dessous je ne les avais pas encore disposés). Dans ce cas je prends un chocolat épicé au praliné pour jouer sur une différence de goût.

J'étais très fière du résultat. Malheureusement mes enfants n'ont pas kiffé, le gâteau étant désespérément trop épais et un peu sec.

J'en ai tiré la leçon le lendemain. Non contente de diminuer les proportions de moitié j'ai préféré de la farine de riz (j'en avais hérité d'un paquet au Salon du blog culinaire et j'en remercie Stéphanie) quin'attendait que çà.

Avant de tartiner de ganache j'ai versé un sirop de vanille pour être sure que la pâte soit moelleuse. Et je n'ai pas réitéré l'emploi du torchon. Le meilleur truc consiste à faire déborder le papier sulfurisé de 3 cm pour pouvoir rouler plus facilement
La bûche sera bien meilleure si on pense à la faire la veille !!! Et c'est pratique en plus. Cette seconde version a été embellie de cerises à l'eau-de-vie sur la moitié réservée aux adultes ...

1 commentaire:

Stef ô Fourneaux a dit…

Super idée je retiens pour refaire un biscuit.
Je profite de mon passage pour te souhaiter une belle année 2014.
Bises

Messages les plus consultés