dimanche 2 février 2014

Marine Baousson à la Comédie des Trois Bornes

Après Frédérique, Complètement à l’Ouest, c’est Marine Baousson qui installe une décoration minimaliste mais festive sur la petite scène de la Comédie des Trois Bornes. Quelques boules, des bougies, deux mobiles qui tournicoteront dans la lumière.

Quand une bretonne succède à une bretonne elle ne raconte pas nécessairement des histoires régionalistes.

Ça va être novateur, prévient la comédienne. De fait, ses déclamations baroques (on n’aurait pas décodé sans son explication) nous interloquent. Comme elle le dit à l’adresse de ses parents (qui ne sont pourtant pas dans la salle) : il fallait bien rentabiliser les études entreprises sur le théâtre du XVII° siècle. Elle récite son texte comme l’aurait fait une jeune femme appartenant à la troupe de Molière, puis à la manière de La Fontaine.

Elle enchaine sur les petites misères des adolescents au siècle classique et sur celles, nettement moins drôles des personnes âgées d’aujourd’hui : vieillir, c’est pas cool, c’est avoir une mutuelle.
Marine parle à toute vitesse de ses passions. On se demande comment elle s'y prend pour ne pas perdre haleine. Rassurez-vous, on arrive parfaitement à la suivre. Grey’s Anatomy lui donne envie d’avoir besoin d’aller aux urgences. Ses expériences professionnelles sont une autre source d’inspiration. Elle a vendu chez Naturalia des produits qui portent des noms semblant sortir de l’univers d’Harry Potter. Elle y a rencontré des crudivoristes qui ne se nourrissaient que de graines germées, pour prendre soin de leur santé, même s'ils n'ont jamais songé à régler avec leur Carte vitale.

Elle est loin de ces contraintes alimentaires là, ne supportant que le régime du calendrier de Noël la limitant à un chocolat par jour.

Elle excelle autant dans le baroque que dans le théâtre contemporain. Et quand elle rappe on applaudit aussi. Elle vous fera la version revue et corrigée façon Léo et Popi (entre autres) de Ma benz qui a rendu célèbre JoeyStarr et qui est un hommage à sa caisse, une mercedes ...

Vous avez intérêt à vous exercer parce qu'elle vous la fera chanter, à sa manière. Alors la voici, en version originale :
Laisse-moi zoom zoom zang
Dans ta B*nz B*nz B*nz
Gal', quand tu te pointes ton bumpa
Me rend dingue, dingue, dingue

Laisse-moi zoom zoom zang
Dans ta B*nz B*nz B*nz
Gal', quand tu te pointes ton bumpa
Me rend dingue, dingue, dingue

Pour finir elle teste avec le public du soir quelques pistes de son futur spectacle où il sera question de ses collections.

La première est celle des prénoms étranges, dont elle nous donne un florilège saisissant. Il faut qu’elle promette de dire la vérité pour qu’on puisse la croire. J’ai dans mon entourage un Lysandre, Cheick, Elisé, Malisson, Imen, Dally … ce n’est déjà pas banal, pas plus que Georgette pour une petite fille de 4 ans ou Cameron pour un garçon mais ce n’est rien à côté de ceux que Marine a rassemblés.

Elle collectionne aussi les cartes postales très moches. Vous pouvez vous déchainer. Cela lui fera plaisir. Et si vous n'êtes pas convaincu que cette fille est gé-ni-a-le écoutez un extrait de la séquence qui lui a fait gagner le festival de Montreux :



Marine Baoussan fait crépiter la Comédie des Trois Bornes
tous les mardis à 20h15 (hélas seulement les mardis !)
32 rue des trois bornes, 75011 PARIS
métro Parmentier / Goncourt / Oberkampf

Le site de l'artiste : http://www.marinebaousson.com/liens

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)