mardi 11 avril 2017

Intra Muros d'Alexis Michalik

Colette Nucci l'avait annoncé le 21 février dernier à l'inauguration du Théâtre 13 Jardin. Alexis Michalak était un des metteurs en scène les plus légitimes pour y créer le premier spectacle sur la scène rénovée du théâtre.

Quand un de ses court-métrages reçut un prix, décerné par les détenus d'une centrale, il est allé à la rencontre de personnes incarcérées qui se sont révélées être de fervents cinéphiles (ils regardent les films sur leur ordinateur).

Ce moment a profondément marqué le metteur en scène qui s'est surpris à commencer à imaginer ce qui aurait pu se passer à l'intérieur de ces murs - intra muros - et très vite la fiction est venue supplanter la réalité.
La scène est en prison, donc. Richard, un metteur en scène va donner leur premier cours de théâtre à deux détenus, Kevin, un jeune chien fou, et Ange, la cinquantaine mutique. Il est secondé par une de ses anciennes actrices - accessoirement son ex-femme - et par une assistante sociale inexpérimentée, qui se révélera bien plus compétente qu'elle ne le dit…

De ce cours découlera une introspection sur les raisons de leur détention, sur leur rapport au temps, et sur l'espace qui les sépare de ceux du dehors. De cette introspection naîtra une histoire romanesque et pleine de rebondissement, sur le plateau nu de cette prison.
Juliette Azzopardi a imaginé une scénographie qui signifie à la fois que nous sommes dans un univers carcéral et dans un espace de répétition : quelques chaises, deux portants, un tapis, lequel rappelle l'élément constitutif de toutes les mises en scène de Peter Brook, avec aussi des musiciens jouant en direct. On se souvient qu'Alexis Michalak a débuté au théâtre sous la direction d’Irina Brook.
Ajoutons un lit de fer sur roulettes facile à déplacer pour symboliser la cellule, alors que les chaises sont représentatives du cours de théâtre. Les costumes (et les perruques), sur les portants, permettent les changements à vue.

Alexis Michalak avait la nostalgie de la méthode de travail qu'il avait suivie pour le Porteur d'histoire,  multiplement couronné ( Molière de l'auteur francophone et du metteur en scène de théâtre privé, Prix Beaumarchais du Figaro et Prix Jeune Théâtre de l'Académie Française), consistant à construire la mise en scène en même temps que les dialogues à partir d'improvisations dirigées, et qu'il n'a pas pu réutiliser pour ses deux créations suivantes, Le Cercle des Illusionnistes et Edmond
Quel théâtre s'enthousiasmerait pour une création dont le texte n'existe pas ... enfin pas encore ?Colette Nucci bien sûr ! Et elle fut bien inspirée d'accorder sa confiance. Le spectacle est très abouti. Il est porté pendant 1 heure 30 par l'énergie des 5 comédiens, dont certains jouent plusieurs rôles, et d'un musicien.

Voilà comment Alexis Michalak retrouve la salle historique du Théâtre 13, après deux ans de travaux pour y créer le même type de spectacle que le Porteur d'histoire. Il définit Intra-Muros comme une histoire qui se passe en prison, une sorte de huis-clos qui n'en est pas un, pour cinq acteurs et un musicien.
Nous sommes entre trois murs, et le public est du côté du quatrième. Il est associé dès les premières répliques : Pour vous, c'est quoi le théâtre ?

Un endroit où on est traversé par des émotions. L'acteur endosse deux vies, la sienne et celle du rôle. (...) Jouer des personnages ... se jouer soi-même.
C'est parti et les enchainements vont se suivre sans aucun temps mort. On rit beaucoup. On réfléchit tout autant. Le théâtre est-il une prison ou la prison un théâtre ? Les comédiens sont parfaits. La musique jouée en direct apporte une énergie supplémentaire. La mécanique est bien huilée. C'est très efficace. Les histoires s'emboitent, recyclant le passé de chacun. Mais on ne perd pas une miette des échanges. On en sort positivement secoué.

J'aurais juste une restriction à propos de l'âge conseillé. 12 ans me semble jeune. Je dirais 14 as et plus.
Intra Muros, texte et mise en scène Alexis Michalik
Avec Jeanne Arenes (Jeanne), Bernard Blancan (Ange), Alice De Lencquesaing (Alice), Paul Jeanson (Richard), Faycal Safi (Kevin) et le musicien Raphaël Charpentier

Assistante à la mise en scène Marie-Camille Soyer
Création Lumière Arnaud Jung
Scénographie Juliette Azzopardi
Costumes Marion Rebmann
Musique Raphaël Charpentier
du mardi au samedi à 20h - le dimanche à 16h

Production ACME. Avec le soutien de l’Adami et du Théâtre 13 / Paris.
Les photos qui ne sont pas logotypées A bride abattue sont d'Alejandro Guerrero

A noter que le Porteur d'histoire sera repris du mercredi 26 avril 2017 au samedi 10 juin 2017 au Théâtre des Béliers Parisiens, 14 bis rue Sainte Isaure, 75018   Paris

Et Intra-Muros est déjà programmé du jeudi 14 septembre au samedi 16 décembre 2017 au Théâtre de la Pépinière, 7 rue Louis Le Grand, 75002  Paris

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)