Avignon 2019

Ayant vu plus d'une centaine de spectacles (entre le Festival d'Avignon, le Off et même celui qu'on appelle le If) il n'était pas possible de dédier un billet à chacun, ou sinon, pendant plus de trois mois, il n'aurait plus été question d'autre chose sur le blog.
Impossible par exemple d'attendre le 1er octobre pour publier des chroniques sur la rentrée littéraire !
J'ai décidé de rassembler tout ce qui concerne Avignon sur le mois de Juillet. Etant plus approfondis que ce que j'ai écrit régulièrement cet été sur la page Facebook A bride abattue ces articles sont très longs à écrire. Je m'aperçois en ce début de septembre, alors que je viens de mettre en ligne celui qui est daté du 14 juillet, que je prends trop de retard sur d'autres sujets dont il est important de ne pas différer davantage la parution. C'est pourquoi les chroniques avignonnaises, qui ont en quelque sorte valeur d'archive, vont désormais s'insérer rétroactivement.
Je vous invite donc à scroller régulièrement pour les lire ou à utiliser la catégorie "Avignon" pour les faire apparaître. Ou encore, et ce serait le plus efficace, à entrer votre adresse mail dans le rectangle blanc "Pour recevoir par mail ... etc".

samedi 4 janvier 2014

Mes galettes des Rois et des Reines

On croit savoir comment faire une galette des Rois et c'est comme pour la bûche ... on se pose mille questions au moment de s'y mettre. Va-t-on rester classique ou innover cette année ?

J'ai une recette de frangipane qui fonctionne bien. On ne peut plus "basique" : 50 grammes de beurre fondu, autant de sucre et autant de poudre d'amandes. On rajoute un oeuf battu et une cuillère à soupe de maïzena. On étale sur la pâte feuilletée, que l'on double. On dore à l'oeuf. On strie la pâte et on enfourne pour une trentaine de minutes à four chaud (plutôt 200 que 180°).

Si l'on n'a pas oublié la fève le succès est assuré.

Cette fois j'ai voulu faire une version adulte et une version enfants. Le défi était de réaliser 2 galettes avec seulement 2 rouleaux de pâte feuilletée (oui, j'avoue je ne la fais pas moi même).

J'ai eu l'idée de faire des calzone, c'est-à-dire des demi tartes en somme.
Premier avantage : la pâte se soude parfaitement et gonfle mieux. Pourquoi cependant l'une a grimpé plus que l'autre alors qu'elle ont cuit ensemble et on été exécuté de la même manière ? La cuisine est décidément un mystère.
Le second étant de pouvoir se lancer dans des variantes. Et le résultat est assez rigolo quand on les découvre côte à côte dans la même tourtière.
La première, galette des Rois classique, a suivi la recette donnée plus haut, en n'utilisant que la moitié de la préparation. Elle s'adresse aux enfants. J'ai néanmoins saupoudré la pâte de sucre glace après l'avoir badigeonnée de jaune d'oeuf. (J'ai gardé le blanc pour faire des macarons).
Pour la seconde, dite galette des Reines, j'ai ajouté deux cuillères à soupe de pâte pralinée amande de Mazet Cuisine au reste de la préparation. Et une fois refroidie j'ai préparé un glaçage au Cointreau pour donner une touche de douceur.
L'année dernière j'avais préparé une version très personnelle du Paris Brest, sous le titre de Paris Montargis, avec de la pâte pralinée noisette de Mazet Cuisine.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)