lundi 19 novembre 2012

Cinquième édition du Salon du blog culinaire de Soissons les 17 et 18 novembre 2012 2ème partie

(suite et fin du billet commencé hier)

Claire Baron joua le rôle de la photographe officielle, ce qui n'est pas du tout sa spécialité de base. Après tout ce fut aussi sympathique de poser devant son photocall improvisé. Claire prenait les individuels ou les groupes, non pas devant un mur publicitaire mais tout de même un double rideau noir avec deux arbustes évoquant le logo de l'année. Nous repartions avec les clichés sans délai puisqu'elle a utilisé nos appareils. Astucieux ! 

Et telle est prise qui croyait prendre voici Claire en pleine action entre deux prises. Je vous raconte tout dans le désordre, les festivités comme ces petits moments d'intimité qui sont amusants à saisir.

La première journée avait démarré prestement, avec un panier d'ingrédients mystères qui attendait deux volontaires pour relever le défi de préparer un plat avec la contrainte de devoir plaire à des enfants en 20 minutes chrono. Cyril était déjà prêt et en l'absence d'autres candidats je me suis dit que c'était une bonne occasion d'étrenner le tablier rouge de cette année.

Logiquement nous aurions dû n'avoir que 10 minutes mais sans aucune préparation antérieure les 20 minutes attribuées sans qu'on ne réclame de rab ne furent pas de trop pour nous remettre de la surprise et choisir un ingrédient supplémentaire dans l'épicerie.
Si Mamina m'avait demandé quel est l'instrument de cuisine le plus essentiel pour moi (elle nous a donné la plus jolie réponse selon elle, de Philippe Conticini, la petite cuillère pour goûter) ce serait la râpe Microplane depuis que ma fille m'en a offert un exemplaire.
Alors quand j'ai vu l'objet sur la table je n'ai pas hésité à préparer en premier un petit sel aromatisé ... à la clémentine. Cela me donna le temps pour commencer à imaginer l'assiette que j'allais faire.

J'ai préféré réfléchir en terme d'assiette parce que c'était un critère de jugement et que lorsqu'on veut séduire des enfants il vaut mieux tenter le repas complet et équilibré en un plat.

Je ne savais pas cuire l'émincé d'Agneau Presto mais entendant qu'il ne fallait pas dépasser 2 minutes la contrainte m'a permis de trouver un mode de cuisson que je vais rééditer très souvent étant donné le succès qu'il a remporté. Il mérite bien un billet spécial que je mettrai en ligne dans quelques jours pour que la recette demeure facilement accessible.

Je peux tout de même dire ici que j'ai préparé un caramel avec du beurre et du sucre pendant que j'épluchais les trois pommes de terre. Je les ai râpées avec une autre Microplane que je n'avais pas l'habitude d'employer et zou un petit copeau de pouce est parti rejoindre les légumes.

Ce fut moins pratique de poursuivre avec un pansement ... Bien fait pour moi qui ai raillé les épreuves de Master Chef. La salle commençait à se remplir, la tension à monter. Je ne savais toujours pas vraiment où mes préparations me conduisaient. J'avais fendu les radis que j'avais mis à tremper dans l'eau froide, espérant les faire friser pour faire joli (c'est important pour les enfants) mais j'ignorais que cela ne marche qu'avec des radis longs.

Je m'amuserai plus tard à mettre un gros radis en parallèle avec un Babybel coque ouverte. Je savais que les pommes de terre demanderaient du temps pour devenir fondantes. Je les ai donc mises dans la poêle avec une pincée de raz-el-hanout (mon ingrédient supplémentaire) pour obtenir des pommes paillasson alors que je retirai celle où j'avais fait le caramel pour y faire cuire en aller-retour l'émincé au dernier moment. Le caramel présentera alors l'avantage d'harmoniser la cuisson en enrobant la viande qui pourra être servie rosée à coeur.

J'ai paré les tranches de pain de mie dont j'ai retiré les bords et les ai écrasé avec un rouleau à pâtisserie pour pouvoir les rouler ensuite, une fois que j'aurai tartiné de Kiri et posé un morceau de banane rôtie (pour faire fondre le fromage). Restait ensuite à couper en trois biseaux. Ce n'est pas le plus beau wrap que j'ai photographié ... mais c'était correct en terme de goût.

L'assiette prenait l'allure d'un repas complet avec crudité, viande, légumes, fromage et dessert. La touche finale consistait à saupoudrer l'agneau caramélisé avec une pincée de sel à la mandarine.
Au cours du week-end je suis passée plusieurs fois à coté de la table présentant la vaisselle officielle du Salon sans réaliser qu'elle était à disposition pour le dressage des plats. Ce n'est au moment de partir dimanche que j'ai compris que l'ardoise que j'avais mise en valeur la veille sur mon écharpe faisait partie du lot. Guy Degrenne avait bien fait les choses en proposant des assiettes et des coupes au design original. J'aurais pu faire mieux avec l'agneau même s'il n'y a rien à regretter puisque mon plat me permit de remporter un lot fort sympathique : une série de boites à épices. J'ai pu ramener le reste de mon sel spécial.

J'ai zappé le Foodcamp dont l'horaire mobilisait toute l'après-midi du samedi. Et j'ai loupé la démonstration de Pierrick. Gyosas et dorayakis resteront des mystères. J'étais à ce moment là à l'Abbaye Saint-Léger en train de cuisiner.

La fourme d'Ambert n'est pas un de mes fromages préférés, autant l'avouer. Mais à force de jeter un oeil aux démonstrations, et après avoir gouté ... les idées sont venues que je vais bientôt réaliser à la maison.

Pour être complète, sans viser l'exhaustivité, je devrais aussi relater les festins qui nous rassemblèrent le samedi midi autour des plats et des boissons amenés par chaque participant. On nous fournit des étiquettes pour coller sur les contenants. Quand on connait la personne on n'oublie pas que le farci poitevin a été cuisiné par Hélène, qu'Edda a apporté des antipasti, que le bonbon au chocolat a été imaginé par Létitia de Piment Oiseau qui s'est inspirée d'une recette de fudges en remplaçant les noix de pecan par des noix de cajou salées, que la tarte à la courge est celle de Pierrick ... Mais qui a fait ce sablé décoré au logo de l'année ? Je l'ai su ... Hélas, j'ai gouté le midi des choses délicieuses et je n'ai pas pu me souvenir du nom de leurs créateurs.

Je suggère donc que l'an prochain chacun prévoit des cartes avec le nom de leur plat, sous celui de leur blog. On prendra un de ces petits papiers en même temps que la portion et on pourra ensuite nouer le contact.
J'ai admiré la composition de Sigrid pour le vin d'Alsace associant la betterave rouge et blanche chioggia cru avec une purée de topinambour et de fines tagliatelles de panais cru, le tout arrosé d'huile d'olive et poivré. Si j'ai déjà mangé cette betterave crue je n'aurais pas songé à le faire avec le panais. J'ai découvert aussi le blog de Cuisine d'instit de Natacha. Et les magnifiques photos de celui d'Emilie.

Parce que c'est très agréable de pouvoir élargir le nombre de nos connaissances qui au départ ne sont que virtuelles. Me faire aborder comme madame Calissons (la recette que j'avais faite l'an dernier) par des visages inconnus m'a stupéfaite. J'ai regretté de n'en avoir pas amené.

J'avais préparé un plat de lasagnes car nous devions soit venir avec un plat sucré soit un salé, selon que notre nome figurait dans la première moitié ou la seconde de l'alphabet. La recette a plu et on me l'a demandée. J'ajoute donc en fin d'article la marche à suivre tout en précisant que cette fois j'ai intercalé des couches de riste d'aubergines, de lasagnes, de béchamel (maison), de pois gourmands et de carottes en longues lamelles préalablement blanchies, de viande hachée bio revenue avec des oignons émincés, des tomates confites (maison) et des cèpes dorés à la poêle. Un pecorino a remplacé l'emmenthal habituel.

Comparativement au déjeuner, le dîner fut plus simple et moins varié. Avec des alignements d'entrées, plats et desserts préparés par les élèves du lycée le Corbusier comme ces pana cotta très colorées.
Nous avons apprécié d'avoir plus d'espace que l'an dernier pour pouvoir dîner tous assis, et organiser de grandes tablées. Certains d'entre nous ne se voient que ce week-end là et même si cela dérange les nouveaux qui peuvent se sentir "à part" c'est quelque chose à conserver. Même s'il y a des progrès à faire pour les intégrer. En instaurant peut-être un système de parrainage ? Chacun a sans doute malgré tout élargi le cercle de ses connaissances.

Nina Couto a travaillé quatre jours, avec quatre élèves, pour assurer de magnifiques gâteaux célébrant le cinquième anniversaire. Et comme le travail était titanesque elle n'a même pas profité pleinement du Salon, étant mobilisée tout le samedi à la finition de celui qui reproduit le logo.
Elle anime des ateliers à longueur d'année et assure toutes les commandes spéciales. Et en plus, contrairement aux autres gâteaux de fête que j'ai pu admirer avant de les croquer les génoises de Nina sont réellement bonnes.
Il y eu aussi de la musique, des danses ... et même une chorégraphie spéciale en l'honneur de Damien sur une chanson de Stromae. Le Chef aurait bien aimé savoir qui a lancé l'idée. Je n'ai pas l'info mais peut-être faut-il chercher du côté de la Belgique, très représentée ici. La mère du chanteur d'Alors on danse est belge. Il manquait l'orchestre symphonique que Stromae convoque en concert mais ce fut un moment très sympa, abondamment facebooké et twitté.
 
J'ai été hébergée par le plus grand des hasards (enfin presque) dans la maison d'hôtes que j'avais découverte l'année dernière, et que j'ai partagée avec Ophélie, Clémence, Myriam, et quelques autres, mais pourquoi est-ce que je vous raconte tout çà ... comme dirait un des bloggeurs les plus fameux.
Pour finir, et bien qu'il y aurait encore des choses à dire, je pense que vous aurez compris que le Salon du Blog Culinaire est un évènement majeur dans le domaine. Que tous les organisateurs qui y travaillent à longueur d'année soient vivement remerciés ! Toute l’équipe de 750 grammes (Vincent, Anne-Charlotte, Florentine, Marie-Rose, Florent, Cécile, Agnès et ...Damien) et tous les partenaires.
Edition précédente du salon du blog culinaire, la journée du samedi 19 novembre 2011 c'est ici. Celle du dimanche 20 novembre c'est 
Sans oublier un billet sur une maison d'hôtes vraiment reposante.
Et pour lire les compte-rendus des autres bloggeurs participants, je vous conseille le site de 750 grammes à cette adresse récapitulative.
Blogs et recettes cités : Nina et son Atelier des gourmandises
Létitia et Piment Oiseau
La recette des fudges au chocolat de Beau à la louche
Pierrick A pas peur du Bento
Le farci poitevin d'Hélène, blog de Linou
Edda et son Déjeuner de soleil aux accents iatliens
Un plat de lasagnes, à adapter selon ses provisions
Sigrid et sa Douce cuisine dans les nuages
Natacha et Cuisine d'Instit
Emilie de Griottes

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,

Merci, pour ce joli billet et ces grands moments de convivialité.


A très vite et belle journée gourmande,


Marie-Rose de l'équipe du Salon du Blog Culinaire


http://www.salondublogculinaire.com/index_blogs.php

Linou a dit…

C'était sympa les battle Agneau Presto, je me suis retrouvée jury!
Merci pour le lien

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)