mardi 20 novembre 2012

Rencontre avec Lionel Massétat, directeur de l'Onde

Si vous voulez entamer le dialogue avec Lionel Massétat ne l’interrogez surtout pas à propos des attentes de « son » public. Il est le directeur de l’Onde depuis déjà huit ans mais ne s’estime pas propriétaire des lieux et encore moins des spectateurs.

A tout prendre il vaudra mieux parler avec lui de cuisine. Ne vous engagez pas dans un quizz sur les fromages avec lui, vous seriez sûr de perdre. C’est une de ses passions et on comprend au final pourquoi il y a chaque année un spectacle, un concert ou une exposition en lien direct avec ce domaine.

Ce fut Convivio, les sessions de In vino musica réunissant amateurs de vins et de jazz il y a deux ans autour de François Théberge. Cette année Cucinema transformera le plateau du théâtre en un excentrique restaurant trois soirs durant les 28, 29 et 30 novembre. Je ne manquerai pas ce spectacle.

Des choix qui ne sont pas forcément intentionnels mais qui s’inscrivent dans une forme de logique parce qu’en cuisine comme au théâtre on pratique l’éducation au goût et on développe l’esprit critique. Dans l’idéal un théâtre ne devrait-il pas être construit autour d’un restaurant ?

Le cirque n’est pas une priorité mais de très belles soirées ont été programmées, par exemple avec le Grand C, de la Compagnie XY que j'avais découverte en juin 2009 au festival Solstice.

Le théâtre de boulevard n’a pas vraiment sa place dans un établissement public, ce qui n’empêcha pas d’accueillir l’an dernier le Dindon de Feydeau, dans l’excellente mise en scène de Philippe Adrien, couronnée d’ailleurs par les Molières. Mais Lionel Massétat a davantage le souci de faire découvrir des spectacles moins médiatiques.

Depuis trois ans le conte devient un fil rouge artistique. A l’inverse de la cuisine, c’est un choix tout à fait intentionnel. De nombreux metteurs en scène et chorégraphes ont pris le parti de relire les contes, ouvrant le choix en terme de programmation. Après Cendrillon l'an dernier, ce seront la Reine des neiges en décembre, puis Peau d'âne en janvier, Alice au pays des merveilles en février et le Petit Poucet en mai.

L’idée de la Fête des Mômes est venue naturellement en association avec la Maison du conte de Chevilly-Larue. Concerts, siestes musicales et goûters contés sont au rendez-vous de la seconde édition, les 8 et 9 décembre prochains, avec certains moments accessibles dès l’âge de 18 mois. C’est la sortie familiale qui se trouve ainsi privilégiée. La fête se terminera le dimanche après-midi par un grand bal des familles sur la scène de l’Onde avec le Surnaturel Orchestra.

La manifestation avait créé la surprise l’an dernier en attirant 1200 spectateurs. Beaucoup découvraient l’Onde pour la première fois. Ce sera aussi l’occasion de découvrir la vision que Joël Pommerat a de Pinocchio au cours d’un spectacle (samedi à 18 heures) conseillé à partir de 8 ans. 

Ce metteur en scène reviendra les 21 et 22 février pour la Grande et fabuleuse histoire du commerce. Il y a toujours des grands noms de la variété qui sont accueillis. Après Alain Souchon les 22 et 23 novembre prochains ce sera la Grande Sophie le 12 février. De quoi consoler tous ceux qui n'auront pas eu de places à l'Olympia où elle se produit ces jours-ci. Le premier écrit, interprète, dans une sorte de dépouillement et de simplicité très rares et somme doute plutôt difficiles à atteindre. La seconde vient de sortir un dernier disque dont les arrangements sont très réussis.

Encore peu connu du grand public, Michel Fau est un immense comédien, qui évoque le célèbre duo Poiret-Serrault dans les émissions de Maritie et Gilbert Carpentier, sorte de théâtre de la réalité comme le fut Hold on la saison dernière. Il donnera son Récital emphatique le 9 avril.

D'autre surprises nous attendent, qui seront probablement à la hauteur de celles que nous avons connues avec la troupe Kolyada avec le Revizor et Hamlet. Ce sera une avant-première internationale avec Carte Blanche, une pièce du chorégraphe chinois Sang Jijia qui sera créée par la Compagnie nationale Norvégienne de danse contemporaine le 30 mai pour clôturer la saison.

Il y aura aussi Frères de Sang les 21, 22 et 23 mars, une nouvelle création de Dos à deux qui avait présenté Fragments du désir. C'est avec ce spectacle que j'ai découvert qu'il y avait en banlieue sud une salle de spectacle aussi belle. J'ai fait la connaissance du même coup avec le Micro-Onde dont je n'ai manqué aucune exposition depuis.

Plusieurs spectacles de Dos à deux vont tourner dans le cadre du Groupe des Vingt réunissant une vingtaine de salles en région parisienne. La Piscine de Chatenay-Malabry accueillera Frères de sang qui sera donné le 3 avril au théâtre Victor Hugo de Bagneux. Dos à deux, deuxième acte, directement inspiré de Beckett, sera accueilli par le théâtre Jean Arp le 18 janvier.

Le Théâtre de l’I.V.T. (International Visual Theatre de Paris 9ème) présentera Absence. Cette création d’Artur Ribeiro et d'André Curti sera interprétée par Luis Melo qui sera seul en scène pendant trois semaines du 16 janvier au 3 février 2013. C'est un véritable challenge pour ce comédien shakespearien ultra célèbre à Rio, mais parfaitement inconnu en France.

Avec Qui vive le magicien et comédien Thierry Collet promet de dévoiler quelques secrets. Le 6 avril à partir de 16 heures Thomas Joly mobilisera les spectateurs plus 8 heures durant pour tout nous dire sur Henri VI. Le festival Immersion achèvera d'emmener le spectateur sur des territoires inhabituels : un semi-remorque garé sur le parvis de l'Onde, une salle d'audience de tribunal, une école. Et si le duo Amadou & Mariam se produira "classiquement" sur la scène ce sera dans le noir complet, procurant une autre forme de dépaysement au public.

Etre spectateur de l'Onde ne sera pas de tout repos cette saison, et c'est tant mieux !

Pour tout savoir de la programmation de cette année, consultez le site de l'Onde. Attention, l'ouverture des réservations pour le second trimestre démarre le samedi 1er décembre à 10 heures, sur place uniquement. Les demandes par téléphone, courrier et internet ne seront traitées qu’à partir du mardi 4 décembre à partir de 13h. Les courageux feront donc la queue samedi entre 10 et 16 heures ou dimanche entre 10 et 13. Et je sais que vous serez nombreux.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés