mercredi 14 novembre 2012

Sabine Weiss expose à la Galerie Guillaume

C'est en allant au vernissage de l'exposition de Sabine Weiss que je suis tombée hier sur la démonstration d'un chef à la station Miromesnil. Je dois à la photographe une autre découverte, car elle m'a donné l'adresse d'un de ces restaurants "incroyables" qui ne sont connus que d'une poignée de happy few dont vous ferez bientôt partie, mais il vous faudra attendre que j'ai testé l'endroit.

Je venais voir Sabine par gourmandise, mais d'ordre intellectuel. J'ai retrouvé intacte la pétillance et la malice qui m'avaient surprise à Antony il y a trois ans où j'avais fait sa connaissance. J'avais intitulé le billet Mise au point sur Sabine Weiss, puisque j'y révélais quelques confidences.
Le petit garçon au téléphone s'égosille toujours. Son histoire s'est enrichie d'un épisode. Devenu adulte il a contacté un jour la photographe qui lui a proposé de lui offrir un tirage de la photo. Il n'est jamais venu le chercher, ce que Sabine regrette sincèrement. S'il lit cet article, qu'il sache qu'il sera encore le bienvenu.
C'est peu dire que Sabine Weiss aime les enfants. Elle posait ce soir sans se faire prier en copiant la moue de ce gamin espiègle (c'est elle qui le qualifie ainsi) qu'elle a immortalisé dans le Paris des années 55. Beaucoup de portraits d'enfants ont été choisis par Guillaume Sébastien pour cette exposition et il a probablement eu l'embarras du choix parce que l'artiste en a photographié énormément, à toutes les époques, dans tous les pays, en Bulgarie, en Birmanie, en Hongrie, comme outre-mer à la Réunion, et de toutes les origines, des petits français, des gitans, des indiens, des africains ...

Souvent pris de trois quarts, comme pour leur laisser une marge de liberté, ses tirages ne sont jamais intrusifs dans la vie des modèles. Ils ont leur mot à dire, comme celui qui fait l'affiche de l'exposition, intitulé "moi aussi j'te vois", laissant supposer un jeu de cache-cache entre l'enfant et l'artiste.
Très rarement on ne reconnait pas l'enfant. C'est le petit garçon au poisson, débusqué au Portugal en 1987 qui cache son précieux butin derrière son dos. C'est cette petite fille dans un tissu, découverte en Inde en 1999 et qui se trouve être la photo la plus récente parmi toutes celles qui sont exposées.
Par un curieux hasard la plus ancienne est un trio de grand-mères, des bretonnes, et il date de 1953.

Il est facile d'obtenir des commentaires de la photographe sur chaque photo. Sa mémoire est infaillible. Mais il est aussi savoureux de l'entendre raconter l'ouverture de la maison Dior en 1947 avec des femmes folles d'excitation accrochées aux grilles et des personnalités en pagaille.

Elle prétend avoir tout photographié, même la morgue ! Parce que les gens n'avaient pas de photos de leurs parents et que soudain il y avait urgence. Alors elle filait dans les sous-sols des hôpitaux où l'on tirait pour elle les longs tiroirs et soulevait les draps blancs.

Un soir, elle fut appelée chez un particulier fortuné qui tenait à enregistrer un ultime souvenir de son épouse défunte. Sabine enfile une petite jupe grise et un tricot noir et presse son mari de l'emmener car elle n'avait pas encore le permis de conduire et il était tard. Elle arrive avenue Foch, dans un appartement somptueux, aux lustres drapés de noir. L'atmosphère est lourde et impressionnante.

Son hôte l'accueille avec déférence. Comme c'est gentil, puis-je vous offrir une coupe de champagne avant que vous ne vous mettiez au travail ? Il l'entraine dans la salle de bains. Et Sabine découvre avec stupeur une baignoire remplie de bouteilles calées entre d'énormes pains de glace. On lui propose aussi de se restaurer dans les cuisines qui ont la taille de celles d'un château.

Soucieuse de son époux en train d'attendre elle entreprend de photographier la femme qui repose sur un lit à baldaquin digne d'une reine. Elle déploie ses appareils et fait quelques clichés, se recule, avance. Le maitre des lieux est ravi de la scène. Il se croit au cinéma mais s'inquiète d'un détail : verra-t-on bien que le drap a été repassé ? Soudain il hurle : Arrêtez tout. C'est son mauvais profil !

Et Sabine doit se faufiler de l'autre coté du lit, s'aplatir contre le mur pour gagner un peu de recul. Elle se souvient aussi des doigts glacés de cette femme, de la maitresse du commanditaire (elle nous a donné son nom ce soir mais je ne le répéterai pas) qui se vautrait un peu plus loin, sans aucune retenue. On devine combien Sabine avait hâte que les choses ne s'éternisent pas.

Son mari l'attendait toujours et la nuit allait être courte : elle partait le lendemain pour le Luxembourg photographier un certain Jean Monnet dont elle s'étonne encore aujourd'hui d'avoir dû si souvent lui tirer le portrait.

Beaucoup d'amis et de collectionneurs étaient présents ce soir, heureux de voir ou revoir les oeuvres, d'en découvrir de nouvelles, d'évoquer des souvenirs, de se faire dédicacer le catalogue. Dans celui-ci j'ai retrouvé une scène dont la spontanéité m'avait plue à Antony. 
Comme le souligne Guillaume Sébastien ses clichés en noir et blanc, pleins de poésie, contiennent ces "plus" qui rendent son oeuvre incontournable. Alors ne les loupez pas !

Sabine Weiss, photographies 1950-1990
du 14 novembre au 15 janvier 2013, du mardi au samedi de 14 à 19 heures (fermeture du 24 au 31 décembre)
Galerie Guillaume, 32 rue de Penthièvre, 75008 Paris

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)