vendredi 28 janvier 2022

Le Montespan mis en scène par Etienne Launay

A peine sorite du théâtre, je rédigeais hier dans le métro et sans tarder une publication pour les réseaux sociaux afin de dire combien Le Montespan à la Huchette est "le" spectacle (pas l'unique, ceux qui me suivent le savent) à voir pour tellement de raisons …

Je résume les aventures de celui qu'on désigna comme le plus célèbre cocu de France…

En 1663, Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan, et la charmante Françoise de Rochechouart, tombent fous d’amour et se marient. Les dettes s’accumulent et le Marquis doit absolument s’attirer les bonnes grâces du Roi-Soleil. Il a l'idée de partir en guerre pour Louis XIV, et se réjouit durant son absence que Françoise soit introduite à la cour auprès de la Reine. Mais c’est sans compter sur les appétits du roi pour sa tendre épouse qui deviendra la nouvelle favorite ! Il s'acharnera à récupérer sa femme, refusant toutes faveurs attachées à sa condition de cocu royal, et allant même jusqu’à orner son carrosse de cornes gigantesques … Son combat le mènera jusqu'au précipice sans qu'il ait pu obtenir satisfaction.

Étienne Launay a conçu la représentation dans l’esprit du théâtre de tréteaux avec légèreté, vivacité mais sérieux. Avec seulement 3 comédiens mais capables de jouer une vingtaine de rôles. Ils ont des répliques qui sonnent juste tout en étant fracassantes. C'est Salomé Villiers, elle-même incluse dans le trio, qui les a retenues

Elle n’a pas hésité quand elle a eu entre les mains le livre publié en 2008 par Jean Teulé en y voyant là matière à une pièce elle a accompli un recentrage remarquable. Étienne Launay s’est saisi de son adaptation pour en faire la mise en scène. Il avait créé un formidable Monte-plats (d’Harold Pinter) en 2018 au Lucernaire, dans lequel jouait déjà Simon Larvanon, autre membre du trio. Le troisième compère est Michaël Hirsch dont la performance est grandiose.

Le Montespan est un biopic fidèle à l’Histoire, avec un grand H. C’est intelligent, drôle, très drôle (on n’est pas à l’abri du fou rire). Et pourtant c’est un drame absolu qui se joue sous nos yeux. Celui d’un homme amoureux à la folie à une époque où le romantisme n’était pas de mise.

Rien n’est inventé et c’est là que le spectacle touche au génie. On nous embarque sans nous mener en bateau. Les changements de costume ou l’ajout d’une perruque se font parfois sur scène, à la vue de tous. Salomé est plausible en femme fatale comme en vieille dame. Michaël passe allègrement de la tenue de la duchesse de Montausier à celle du duc de Lauzun et il est tout autant juste. Simon n’a pas la possibilité de jongler avec les situations. Il incarne du début à la fin le même rôle, celui du Montespan et ce n’est pas un mince exploit que de vieillir et de grandir en maturité sans l’artifice d’un maquillage comme ce serait le cas au cinéma.

Certes les costumes élégants et précis de Virginie H nous aident mais surtout on sait qu’on est au théâtre et qu’on nous raconte une histoire. Alors on y croit autant qu’un enfant ne se pose pas de question sur l’existence du Petit Chaperon rouge. Quel plaisir de se laisser ainsi berner. Et d’en tirer ensuite tous les enseignements possible !

Une amie bibliothécaire a consacré une table à la présentation d’ouvrages sur Molière. Elle me confia dépitée que personne n’avait emprunté quoique ce soit. Je n’osai pas avancer l’argument qu’on est sans doute gavé par les commémorations. L’ère du zapping nous a donné de fâcheuses habitudes et le public a peut-être envie de nouveauté.

Je n’ai pas emprunté d’ouvrage analysant l’oeuvre de Molière mais je suis repartie avec un exemplaire du livre de Jean Teulé dont l'écriture est stupéfiante de vivacité. Ce spectacle m'a donné envie d'aller plus loin dans cette histoire d’une fantaisie débridée et pourtant si vraie. Et qui, à sa manière célèbre le théâtre où Molière demeure une référence majeure. 

Essayez d’aller le voir à Paris. Consolez-vous si vous le manquez. Le spectacle, coproduit par Atelier Théâtre Actuel sera présenté au festival d’Avignon, dans un cadre qui lui conviendra tout à fait puisqu’il s’agira de la Condition des Soies (salle noire).

Le Montespan de Jean Teulé
Adaptation : Salomé Villiers
Avec :Salomé Villiers, Michaël Hirsch et Simon Larvaron
Mise en scène : Etienne Launay assisté de Laura Christol
Depuis le  27 janvier 2022 et au moins jusqu'au 23 avril 2022
Au Théâtre de la Huchette - 23, rue de la Huchette – 75005 Paris
Mercredi-Vendredi 21h00 / Samedi 16h et 21h00

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)