jeudi 31 mars 2022

L’immeuble de la rue Cavendish de Caroline Kant

Nous étions ce soir en face du parc des Buttes Chaumont au coeur de l’univers de Caroline Kant. Si elle n’avait pas été autant chagrinée de quitter son immeuble elle ne se serait peut-être pas lancée dans l’écriture de cette saga que nous propose Les Escales. Il faut dire que le confinement a pesé dans cette orientation en lui laissant davantage de temps libre.

Les souvenirs de la période passée dans L'immeuble de la rue Cavendish et dans ce quartier l’ont longtemps hantée. La distribution sur seulement six niveaux, avec juste deux appartements par étage, créé forcément une proximité entre les habitants. Surtout quand les murs sont mal insonorisés.

L’auteure affirme qu’elle n‘a pas eu grand chose à inventer tant l’ambiance était folle dans cet immeuble parisien typiquement haussmannien où jamais on ne s’ennuie. Elle a collecté suffisamment d’anecdotes pour développer ses personnages en s’inspirant de ses anciens voisins et en distillant un petit mystère autour de chacun. Bien entendu elle a cependant tricoté leurs aventures en mixant plusieurs morceaux et en ajoutant des développements imaginaires. 

Il y aura au total six tomes, chacun étant centré autour d’un habitant. Le premier, sous-titré Les manigances de Margaux, campe le décor. On comprendra vite que la vie n’est pas toujours rose dans cet immeuble. Il s’y passe un peu le condensé de ce qu’on entend autour de soi au niveau d’une petite ville.

Margaux a ce qu’on appelle « un bon fond » et voudrait que tout aille pour le mieux. Elle a le défaut de cette qualité, ce qui l’amène à se mêler de tout parce qu’elle se sent concernée par les problèmes des autres habitants. Si on n’est pas capable d’aider ses voisins, qui le fera, surtout s’ils n’ont pas de famille ? Dit-elle pour justifier des interventions qui ne sont pas systématiquement couronnées de succès et qui finissent par susciter la jalousie de son amoureux Mathieu eu égard du temps que la jeune femme consacre à ses voisins.

Caroline Kant pose les limites de l’interventionnisme. Si le ton est proche de celui des romans feelgood il se passe tout de même des choses terribles. On tremble pour Perla, la jeune femme ukrainienne (p. 159) en se demandant si ce n’est pas l’inclinaison de Margaux pour les films d’horreur qui l’amène à des suppositions aussi horribles.

J’ai trouvé que le premier opus, quoique long, s’arrêtait un peu brutalement. Et j’étais donc impatiente d’ouvrir le second, cette fois centré sur Charlotte qui va changer de métier pour devenir organisatrice de mariages. Je vous dirai plus tard si le ton change et si chaque tome a son propre style et un rythme particulier. En tout cas, après un vert d’eau très doux la couverture prendra une teinte orangée et on peut supposer que d’autres couleurs douces suivront comme le bleu, le rose et le violet.

Chacun des six tomes pourra se lire indépendamment mais il y a tout de même une chronologie qui se déroule à chaque fois quasiment sur une année. Il est donc préférable de commencer par le premier. Entre vraies confidences, faux-semblants, enquêtes, suspicions, doutes et rebondissements, cette lecture devient vite addictive comme la meilleure des séries TV. A la fin, le lecteur finira par tout savoir des habitants.

Une chose est sûre, Caroline est une femme très sympathique qu’on aimerait tous avoir pour voisine. Elle a été proche d’un vieux monsieur qui, dans la vraie vie ne s’appelait pas Alphonse mais Jean. Pour le reste, hormis le fait de résider dans l’appartement de Margaux elle a peu de points communs avec son héroïne, excepté son amour pour la piscine.

Je n'aurais eu qu'une seule critique à faire à ce premier livre. Il m'a manqué une liste des personnages, comme pour une pièce de théâtre. Aurais-je été entendue ? Le second s'ouvre avec un schéma qui permet de se repérer très facilement. Et qui sera d'autant plus utile si des déménagements ont lieu dans les années qui suivront;

Voilà un joli cadeau pour la fête des voisins qui aura lieu cette année le 20 mai.

L’immeuble de la rue Cavendish de Caroline Kant, Les Escales
Avec deux premiers tomes en librairie le 7 avril 2022
Tome 1 Les Manigances de MargauxTome 2 Charlotte se chercheTome 3 Lucie se rebiffe (publication le 8 septembre)

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)