samedi 22 mars 2008

ENVIE D'ANDRINOPLE

En attendant de dépouiller le vote et parce que j'avais encore l'esprit imprégné de tous les tons de rouge qui m'ont séduite au Musée des Arts Décoratifs (exposition Aussi Rouge que possible) je n'ai pas résisté à cuisiner un dessert dans cette gamme de couleurs.

Cramoisi
, alizarine, ocre, brique, garance, pourpre, feu, corail, cinabre, magenta ... sont tous des nuances de rouge. J'aurai l'occasion de remettre le sujet sur le tapis en faisant un compte-rendu de ma visite. En attendant j'emprunterai le rouge andrinople des premiers ... tapis turcs.


J'avais dans mon placard des fraises Tagada ... ces bonbons bientôt aussi légendaires que le roudoudou ou le mistral gagnant. J'avais aussi des perles du Japon (autrement dit du tapioca). Et puis j'avais ramené du thé rouge Métis de chez Mariage frères (qui au passage n'est pas du thé mais une plante proche donc n'est pas un excitant).

Le principe consiste à faire cuire les perles dans du lait sucré en y infusant le thé (vous pouvez oublier le thé si vous n'en avez pas sous la main ce sera quand même bon).

Hors du feu on ajoute les fraises Tagada coupées avec une paire de ciseaux. Elles vont petit à petit fondre dans la préparation qui sera crémeuse. On laisse refroidir. C'est à la fois joli et bon : on dirait du caviar rose et parfumé.

Le problème c'est que c'était si alléchant que je n'ai pas pu attendre pour consommer. Sitôt la photo prise, j'ai contourné la difficulté en ajoutant une boule de glace à la framboise, ce qui a permis d'accélérer le refroidissement sans dénaturer le goût.

Vous ferez à votre guise !

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)