dimanche 30 mars 2008

INSPIRES DE LOUISIANNE


L'écriture d'un article sur la Louisiane a ravivé des souvenirs gustatifs et stimulé ma créativité pour tenter d'imaginer quelque chose qui s'apparente à ce qu'on pourrait trouver là-bas. Même si c'est forcément moins coloré, moins épicé, moins "rouge" et que nos ingrédients sont lointainement apparentés.
J'ai donc revisité le Jambalaya et un dessert.

On pourrait appeler le plat principal Boudin-Rouge, en hommage à la ville de Bâton-Rouge ou Boudin louisianais...


Voyez d'abord les ingrédients (n'apparaissent pas sur la photo : le sel, le poivre, un petit morceau de beurre et une grosse cuillerée de miel).

Je démarre classiquement en faisant fondre le beurre pour y cuire les boudins blancs. Pendant ce temps je hache l'échalote et coupe le chorizo en petits morceaux. Quand le boudin a doré je le retire pour le couper en grosses rondelles (parce que je veux que les épices le parfument bien. La première fois j'avais ajouté de la cannelle mais depuis, pour faire plaisir à ma fille, je n'en mets plus, à regret ). J'ai mis entretemps dans la poêle échalotes et chorizo, puis sel et poivre et le miel.

J'ajoute ensuite un demi bol de thé rouge Bourbon (imperceptiblement parfumé à la vanille).
Je remets délicatement les rondelles de boudin et je laisse réduire. Je les retourne quand elles ont une belle couleur ambrée.


Au moment de prendre la photo je me dis qu'on pourrait croire que ce sont des macarons.


Je sers avec du riz rouge (de Camargue)

On peut aussi, après avoir retiré les rondelles de boudin de la poêle, verser le reste de thé, laisser réduire puis ajouter 3 cuillères à soupe de crème fraîche. A ce stade ne pas oublier la cannelle si les convives l'apprécient. Comme je ne peux pas résister à l'innovation j'ai aujourd'hui ajouté 2 cuillères à soupe de chocolat en poudre, pour foncer la sauce que je trouvais trop claire.

La première fois que j'avais fait ce plat je n'avais préparé que deux assiettées, croyant que ma fille ne goûterait même pas. Mais elle avait tellement envie de manger des coquilles Saint-Jacques qu'elle n'a pas demandé ce que j'avais cuisiné. Oh! Comme c'est moelleux ! s'est-elle étonnée ... Depuis elle apprécie le boudin. Comme quoi ...

Ce Dimanche, en hommage au lapin de Pâques, en pensant toujours aux parfums de la Louisiane, et parce que la météo annonçait de la neige, j'ai préparé ce gâteau que j'appelle Lapin de mon coeur



Il faut écraser 4 petites bananes avec 2 œufs entiers.
Ajouter 100 grammes de beurre fondu et 200 de sucre en poudre, (une fois suivante j'ai pris moitié sucre blanc, moitié cassonade parce que j'étais en rupture ce jour-là mais le résultat fut alors plutôt décevant), puis 250 de farine tamisée et un sachet de levure.

Et, notes très personnelles, 2 cuillères à soupe de Bénédictine et 50 grammes de pignons. A ce stade, la cuisine embaume la banane et le parfum de l'alcool.
Je transfère dans un moule carré et comme je ne suis pas sûre de "mon coup" je verse un peu de pâte dans deux petits moules en forme de cœur.
J'enfourne pour 30 minutes th 6

Au sortir du four je goûte un cœur (refroidi). Etant satisfaite je me dis que je pourrai servir ce gâteau sans rougir. J'imagine le décor en saupoudrant du sucre glace sur un pochoir en papier découpé.
Et j'y dépose le second cœur ... pour faire gentil.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés