mardi 30 octobre 2012

Le défilé des nouveaux mondes au Salon du Chocolat 2012

Les articles que j'ai publiés sur le Salon du Chocolat figurent régulièrement dans le "top ten" des billets les plus lus au cours des trente derniers jours, et cela même un an plus tard. J'ai donc décidé d'écrire plusieurs chroniques pour rendre compte de l'édition 2012 qui est la dix-huitème édition de cette manifestation. Attirant toujours de plus en plus de personnes, le chocolat demeure imperturbablement porteur de rêves.

Sa valeur de convivialité et de partage est incomparable pour faire plaisir à ceux qu'on aime ou qu'on veut honorer comme le rappelaient Sylvie Douce et François Jeantet.

Le ministre délégué à l'Agroalimentaire, Guillaume Garot soulignait la spécificité d'ouverture à l'autre et se réjouissait d'un défilé de robes et de tenues en chocolat célébrant le génie de nos artisans et chocolatiers. Il aurait pu aussi louer le talent des stylistes de l'école MJM Graphic design.

Ce moment est la pièce maîtresse de la soirée et c'est toujours avec une certaine bousculade que les invités (la soirée inaugurable n'est accessible qu'aux possesseurs du carton magique) prennent place dans l'arène de 500 places le mardi 30 octobre.

Le thème des Nouveaux Mondes du Chocolat était un prétexte à un voyage d'un continent à l'autre qui s'autorisa même un détour dans l'Espace. Les transitions furent ponctuées de chorégraphies élégantes conçues en partenariat avec l'Académie internationale de Comédie Musicale, première école française dédiée au théâtre musical.
Découvrir, admirer, scruter et tirer le portrait des vingt personnalités qui ont joué le jeu du mannequinat gourmand le temps d'une paire d'heures n'est pas chose aisée et quelques cadrages sont difficiles en raison de l'affluence. J'ai sélectionné une trentaine d'images parmi la centaine que j'ai prise ce soir là. Avec des plans serrés lorsque ce fut possible pour témoigner du raffinement des coiffures (signées Franck et Fabien Provost) et des maquillages (par l'Atelier).
On doit le chocolat aux Mayas et c'est donc en toute logique que le Mexique soit célébré le premier. Honneur aux anciens, c'est Lucienne, la "jeune" chroniqueuse people de Canal + qui ouvre le bal, le sifflet à la main ... et à la bouche, avec une mini-robe conçue par Léa Larchevêque et Vincent Guerlais, mise en chocolat par Patrice Chapon.
On reste dans le domaine sportif avec le duo Tribal Choc, conçu par la même équipe que l'Arbitre Choco, portés par Ronald Pognon et Taïg Khris dont Laurent Boyer, le fidèle présentateur du show nous rappelle qu'il a descendu la Tour Eiffel avec son skate.


Erika Moulet, journaliste de LCI,  soulevait des nuages de poudre en se déplaçant sur le podium dans la très belle composition imaginée par Pauline Leporati et Laurent Amelot pour Dupont avec un Thé.

Des plumes souples rappelaient la signification du nom de la robe puisque Itzam-Yeh signifie Oiseau céleste.

L'humoriste  et comédienne Claudia Tagbo se déhancha au rythme de Walk like an Egyptian que le groupe des Bangles créait en 1986.

Elle portait Ulua, évoquant le nom d'une forteresse bâtie au large de Vera Cruz.

La tenue stylisée par Clotilde Debure et chocolaté par Jacques Bellanger était ultra architecturée comme une pyramide ... On ne peut pas dire que l'Egypte soit le Mexique ... mais la musique cadrait néanmoins avec le modèle.
Des poissons en chocolat siglés par Monsieur Chocolat traversèrent la scène, annonçant le changement de continent. Place à L'Asie avec la surprenante Natasha Saint Pier, dans le magnifique Kimono Zanshin avec un charme fou, de face comme de dos, qui tromperait la vigilance des adeptes des arts martiaux.
Le charme opéra également avec la jeune Top Chef Yoaké San (dont Laurent Boyer annonce l'ouverture prochaine d'un restaurant à son nom) avec le Yuugou Yoroi Kimono d'Audrey Lempeseur chocolaté par Frédéric Cassel.
Rannou-Métivier participait pour la première fois au Salon. Pour l'occasion ce fut la directrice artistique de la maison, Sandrine Bertrand, avec le concours d'Audrey, qui imagina Anastasie que porta la comédienne Joséphine Draï et qui, manifestement, ne se priva pas de se régaler de bouchées qu'elle transportait en réserve dans des coupelles fixées sur le plateau de sa jupe.
Adoubée en 2010 par le Club des Croqueurs la marque est très connue dans sa région d'origine, le Poitou-Charentes mais sa notoriété a encore une marge de progrès à faire en France. Le sigle RM largement mis en valeur sur ce travail pourra y contribuer.
Les couleurs d'Anastasie ne juraient pas avec le continent suivant, l'Inde dont la journaliste de France O, Maéva Schublin, présenta le premier modèle, Shiva, stylisé par Daphnée Sinfreu et chocolatée par Arnaud Larher.
La romancière et scénariste Eliette Abécassis fit sensation avec Tomorrow de Concept Chocolate. Une robe simple mais très élégante.
Plus indienne que jamais, la Délicieuse Maharajane portée par Elé Asu, la présentatrice du Journal télévisé de 13 heures de Direct 8 chocolatée par Philippe Pascoët.
Deux modèles célébraient l'Afrique. d'abord la Dame en arbre, de Monbana, sublimée par la souriante comédienne de Plus belle la vie, Elodie Varlet.
Suivit la Masaï Mara enfilée par Audrey Pulvar. La rédactrice en chef des Inrocks aurait-elle voulu surenchérir avec son ministre de mari, lequel posait en marinière en couverture du Parisien magazine il y a quelques jours ?
Elle témoigna en tout cas d'une nouvelle compétence en occupant la scène avec assurance, comme si elle avait fait cela toute sa vie et sans se soucier le moins du monde des allusions que lui vaudra ce col de plumes d'autruche. Le volatile est emblématique de la réserve africaine qui a donné le nom à la robe. Cette prestation soulèvera sans aucun doute bien des jalousies de ses consoeurs ...  Si la robe a été chocolatée par Vincent Guerlais on doit sa création à Marianne Galland qui a réalisé un second modèle pour Cémoi.
Une chorégraphie avec des ballons multicolores annonça l'arrivée du Brésil.
Les oursons à Rio ponctuaient la robe majestueuse portée par Cécile Belin, en hommage au petit ourson guimauve qui fêtera sur le salon son cinquantième anniversaire avec une belle évocation du carnaval. Cemoi avait fourni les oursons mais la réalisation est entièrement l'oeuvre de Marianne Galland, précédemment remarqué pour Masaï Mara.
Les petits oursons ont voltigé au moment des saluts. Les mains se tendirent dans l'assemblée pour se saisir de ces gourmandises aimées autant des grands que des petits.
Suivi Carmen, que seule une Miss Europe pouvait oser porter, en l'occurrence Alexandra Rosenfeld que les amateurs de chocolat ont déjà vue défiler lors de précédentes éditions. C'est Jean-Paul Hévin qui a chocolaté le modèle dessiné par Christelle Darin et Sara Lopes.
L'entrée en scène de Tal, une des chanteuses préférées des ados, dont le prénom signifie en hébreu perle de rosée, fut très saluée. Elle portait Ipanema, une création chocolatée par le très inventif Sébastien Bouillet. Je vous montrerai dans un prochain billet comment il se lance dans l'univers de la parfumerie. 
Le monde de l'Espace était associé aux précédents. Adriana Karembeu arriva cachée dans un gigantesque rocher Ferrero, lui aussi en plein anniversaire.
Ses trente ans sont fêtés avec éclat au travers de cette robe appelée Rêve d'or. Le collier lui-même est une invitation à la gourmandise.
La chocolaterie Puyricard avait réalisé un Phénix absolument sensationnel porté par Iulya qui est une des plus célèbres top-models mondiales.
La Cosmic-dress dessinée par Raphaël Sarrasin donna du fil à retordre à Frank Kestener, le chocolatier de Sarreguemines que j'ai découvert il y a deux ans. Sa fragilité en rendant la réalisation fort délicate. Il est amusant de la découvrir sur Mariama, la chanteuse soul qui ne cache pas son attirance pour le vintage dans les interviews.
Tara Mc Donald, en robe Theia, chocolatée par Stéphane Bonnat, a failli enflammer le dance floor en ne ménageant pas sa voix. Ce n'est pas en chantant Delirious, le grand succès qu'elle interprète avec David Guetta qu'elle fit son entrée mais avec le plus dynamique Give me more.
Des spectateurs crurent le show terminé et se levèrent, sans doute pressés d'aller déguster l'une ou l'autre des spécialités du Salon. Une surprise de taille récompensa les autres avec la présentation de la robe de Kim Yoo Jung, célèbre actrice coréenne spécialement venue à Paris pour l'occasion.
Le premier Salon du chocolat aura lieu à Séoul en 2013.
La traditionnelle photo finale du défilé s'organisa ensuite avec l'ensemble des personnalités, donnant l'occasion aux créateur de montrer le bout de leur tenue immaculée.
Si le défilé était présenté ce soir en avant-première, il sera proposé quotidiennement aux visiteurs du Salon à 17 heures.

Pour lire ou relire le billet consacré au Salon du Chocolat 2010 c'est ici.
Quant à l'édition 2011 c'est .
MJM Graphic design, 38 Quai Jemmapes, 75010 Paris, 01 42 41 88 00
Académie internationale de Comédie Musicale, 3 bis cité Bergère, 75009 Paris 01 45 23 52 69

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés