mercredi 28 août 2013

Bienvenue chez nous ... ce que vous ne verrez pas dans l'émission

(mise à jour le 8 septembre 2013)

Bienvenue chez nous est une émission de télé-réalité de TF1 qui est la version "chambre d'hôtes" du concept qui a fait le succès de Un dîner presque parfait de M6.
Durant une semaine, 4 couples de propriétaires de maisons d'hôtes venus des 4 coins de France se reçoivent à tour de rôle les uns chez les autres...
Chaque couple est jugé et noté sur 5 critères :
- L'hospitalité et la convivialité ;
- La maison et ses extérieurs ;
- La qualité des services proposés (découverte de la région, activité, dîner) ;
- La chambre ;
Enfin, dernier critère primordial : le rapport qualité / prix !

A la fin de leur séjour, les hôtes ont la possibilité de payer le tarif qui leur semble le plus juste, comprenant la chambre et le petit-déjeuner, tout en connaissant le prix pratiqué habituellement. Ils peuvent donner moins ou plus.

J'ai suivi cette série avec attention quelques semaines et même si j'ai trouvé des avis excessifs cela m'a permis de connaitre un échantillon représentatif de ce qui se pratique actuellement. Devant me rendre en Normandie j'ai décidé de tester la formule par moi-même. C'est qu'il y a des centaines d'adresses. J'ai potassé les sites, les guides et je me suis fiée à celui des Maisons d'hôtes de charme, édition 2012, publié chez Rivage sous la direction de Tatiana Gamaleeff.

Mon choix s'est porté sur une ancienne ferme normande, dont la description était dithyrambique.
Si je venais en complète "touriste" je n'avais pas caché à la propriétaire que j'écrivais dans un blog. Celle-ci semblait habituée aux honneurs, ayant fait l'objet d'un reportage pour Du côté de chez vous de Leroy-Merlin et la Maison France 5. J'ai cherché, depuis, trace de ces tournages que j'aurais visionnés avec attention mais rien ...

Première impression excellente : les lieux ressemblaient en tous points aux photos.
Les extérieurs sont aussi beaux que sur des cartes postales. Que ce soit l'Atelier (qui nous avait été attribué) ou le Pressoir.

Les intérieurs sont à l'image du goût de la propriétaire pour les bois peints. C'est d'ailleurs son métier. On aime ou on n'aime pas mais l'ensemble est cohérent.
La kitchenette est minuscule mais comme c'était pour moi un simple "plus" je n'y ai pas attaché d'importance. L'essentiel était qu'elle soit pourvue d'un frigo puisque je devais y conserver des fromages.

La salle d'eau, par contre, m'a déçue. Une simple douche, les WC à l'intérieur, un lavabo et un bac où l'huile de coude a été dosée au minimum ... et surtout une population d'araignées de toutes tailles et de toutes les couleurs qui franchement ont été dérangeantes au moment de se doucher.
Coté chambres ces petites et grosses bêtes étaient là encore à leur aise mais nous pouvions partager l'espace puisqu'il y en avait.
Il faut une certaine souplesse pour accéder à la mezzanine par l'échelle dont la vue est cachée par une armoire.
Et pas question de s'y tenir debout ... A réserver donc pour des enfants autonomes car les parents ne monteront pas pour exécuter le rituel de l'endormissement avec une histoire.

Noter la chambre est difficile. Nous serions dans la compétition de TF1, les toiles et les dépouilles d'araignées et les spécimens de 7 cm d'envergure qui couraient dans la salle d'eau auraient été sanctionnés d'un 4/10 d'autant que le ménage avait été distraitement fait et que la literie était "molle", ce qui ne m'a pas dérangé. Disons qu'on est à la campagne ...  et pour l'espace et la présence d'une kitchenette je mettrai un 7.

On nous promettait le calme. D'une certaine manière on l'a. Coté champs, la pleine nature se déroule impavide. Mais une route à forte circulation passe au ras des chambres, juste derrière les murs du gîte puisqu'il y a aussi un gîte (non photographié ici). Par chance l'Atelier, un peu en contrebas, se trouve protégé.

La nuit, heureusement, les voitures sont plus rares et on peut apprécier un ciel superbement étoilé, suivre les cris des chouettes et des hiboux, éperviers ou autres rapaces nocturnes en laissant une des fenêtres ouvertes ou en se postant sur un des nombreux bancs.
Calme plat pour ce qui est des communications téléphoniques. La zone ne capte pas. La propriétaire se moque des "parisiens" qui arpentent l'herbe le bras en l'air en tentant de rapatrier leurs messages.
Ce n'est qu'à deux mètres de ce bouleau que j'ai pu renouer avec le travail (les lacaniens apprécieront) et recevoir les SMS de confirmation de rendez-vous. Je ne m'y suis pas éternisée car j'avais les pieds sur ... une fourmilière. Un tel détail ne s'invente pas !

La salle à manger où est servi le petit déjeuner (si on a de la chance comme je vous le raconterai dans quelques instants) est dotée d'une très belle cheminée et si le feu avait été allumé j'aurais mis volontiers 9/10. Du coup, et considérant la proximité de la route et les difficultés de communication ce sera là encore 7.

Etant arrivés en fin de matinée nous avons pique-niqué agréablement même si la table est minuscule et instable, ce qui aurait été impossible sur la table de la terrasse du gite en raison du bruit.
Le petit déjeuner est un critère d'appréciation très important. Cette prestation peut faire basculer les avis. J'imaginais une jolie table dans la maison principale, devant un feu crépitant, des croissants, de la brioche, du bon pain et même des charcuteries et du fromage puisque la propriétaire est d'origine allemande et que dans son pays ce repas est toujours généreux.

Le sien battait les records de radinerie. Pas de croissant, du pain rassis au motif que le boulanger était fermé. Nous étions alors deux couples. Cela s'anticipe me semble-t-il et en général les hôtesses font un gâteau maison, une tarte .... Le jus de fruits était servi d'avance dans des demi-verres, sans possibilité de se resservir. Le café très médiocre. Deux confitures sûrement pas "maison". Une salade de fruits malgré tout et ce fut tout.

Le pire n'était pas atteint puisque d'emblée la propriétaire nous annonce qu'elle ne sera pas là le lendemain et que comme nous ne sommes plus qu'une chambre de louée elle nous y déposera le café. Effectivement on a trouvé le soir une cafetière déjà branchée, avec un peu (oh pas beaucoup) de poudre de café déjà placée dans le filtre et l'eau en conséquence. Une baguette de pain évidemment rassise enveloppée dans un torchon (très joli le torchon mais là n'était pas notre attente et cette baguette était tellement dure le lendemain matin qu'on s'en est passé), l'assiette sur laquelle étaient posés les ramequins de confiture du matin (pour recycler elle recycle). Idem pour le lait et le beurre qui avait conservé les traces de la veille et avait été mis dans le frigo sans beurrier. Ne nous en plaignons pas : puisque le pain n'était pas mangeable les confitures étaient superflues. Une carafe avec 5 cm de hauteur de jus de fruits, même pas une bouteille entière attendait dans le frigo. Le café avait un gout de café américain, très peu dosé.

Pas de mot. Un tel sans gêne ferait chuter la note de la convivialité à 2 / 10. Je ne mettrais pas 0 parce qu'elle avait la veille accepté de prendre un message téléphonique au cas où et parce que cette personne n'était pas antipathique dans sa manière d'agir. Même si sa nonchalance vire à la faute professionnelle.
Le petit-déjeuner a été en quelque sorte sauvé parce que j'avais un pot de teurgoule, cette délicieuse spécialité normande de riz cuit dans le bon lait tout entier sorti du pis de ses vaches. Je vous en reparlerai bientôt.

J'avais aussi acheté à Beuvron-en-Auge du pain aux pommes et au cidre (qui se conserve 3 jours, bon à savoir). La photo est donc appétissante mais ce serait une publicité mensongère que de l'attribuer à notre hôtesse.

S'agissant de la qualité des services, aucun dépliant touristique à disposition, juste la liste des oeuvres en bois peint que la maitresse de maison a mis à la vente. Pas de table d'hôtes, mais considérant le petit déjeuner il vaut mieux pas. Difficile de noter au-delà de 3/10.

A la fin de notre séjour, nous aurions aimé avoir, comme dans l'émission de TF1, la possibilité de payer le tarif qui nous semble le plus juste, comprenant la chambre et le petit-déjeuner. Le prix pratiqué habituellement est de 65 € petit-déjeuner inclus. Nous aurions mis 45 € dans l'enveloppe, soit 30% de moins, ce qui donnerait une note de 7/10. Hélas nous étions dans la vraie vie et c'est un chèque de 130 € que j'avais réglés d'avance pour les 2 nuits à la demande de la propriétaire puisqu'elle serait absente.

Au final on obtient une note de 5,2 sur 10. Le système de notation est assez bien vu. Je pense qu'on se situe dans l'extrémité basse de la fourchette des notes obtenues dans l'émission de TF1. Ce n'est plus l'adresse exceptionnelle à prix doux qui est vantée dans le guide ... La rédaction invite les usagers à transmettre leur avis par courrier ou par mail. J'ai choisi cette formule, plus rapide et j'ai reçu le 8 septembre une réponse témoignant de la prise en compte de mes remarques. j'espère que la propriétaire va évoluer car sa maison a tout de même un potentiel important.

Dans les jours qui viennent je vous raconterai la visite d'une fromagerie, d'un chai et d'une distillerie. Je ferai aussi le portrait de deux artisans passionnés, l'une par la pomme, l'autre par le lait et le riz.
Et comme la mer n'est pas loin nous irons marcher dans le sable.

La région a créé le label Gourmandie qui fête cette année le 26 septembre son dixième anniversaire. Ses boissons seront à la place d'honneur à coté de ses fromages.

Les articles consacrés à la Normandie :
Visite de la fromagerie Graindorge pour le Pont l'Evêque et le Livarot
Les chais de Père Magloire
La distillerie Boulard
La Normandie est aussi le pays du cidre
La Teurgoule de Cambremer

1 commentaire:

Nielec a dit…

Quelle jolie description ! On a du plaisir à vous lire !

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)