mercredi 15 août 2018

Kamikazes de Stéphane Guérin

Je suis allée voir Kamikazes en premier lieu pour les comédiennes, Raphaëline Goupilleau, Julie Cavanna, et Salomé Villiers.

La distribution regroupe plusieurs comédiens(nes) nominés aux derniers Molières et/ou reconnus pour leur talent.

J'avais apprécié notamment la première dans La médiation, la seconde dans Le misanthrope vs politique et la troisième dans Le jeu de l'amour et du hasard. Quant à la metteuse en scène, Anne Bouvier, je ne compte plus le nombre de pièces que j'ai vues signées par elle, par exemple Darius (qui reprend bientôt).

Le spectacle se déroule le temps d'un dîner qui, comme souvent dans les familles un peu compliquées, sera le théâtre de conflits et de prises de bec. Tous les spectateurs n'adhèreront peut-être pas au propos qui peut être ... déroutant et placer le public en position de voyeur.

J'ai aimé parce que tout ce qui est un peu surréaliste me touche. Néanmoins je n'ai compris le (faible) intérêt d'inonder le plateau ... et la salle d'une épaisse fumée qu'à la réflexion, pour signifier qu'on n'est pas complètement du coté des vivants.

Hélène (Raphaëline Goupilleau) revient sur terre ... pardon ... à la maison : il n'y a pas trente-six façons de rentrer chez soi, on pousse la porte (...) je vais faire un grand dîner. L'épisode se répètera plusieurs fois au cours de la soirée tandis que la comédienne est inondée à cour par une douche de lumière.

Le repas se met en place dans une chorégraphie sautillante et très élégante ... Chaque comédien participe pour installer table, chaises, nappe, et disposer la vaisselle, les couverts et même les fleurs.

Sont rassemblés l'ex-conjoint, la fille et son ami, et trois intimes. Le festin aura vite un goût amer de soupe à la grimace ponctué de répliques acides : est-ce qu'on peut continuer à aimer quelqu'un malgré ses opinions ?
Les comportements sont déroutants, parfois drôles. On peut se parler et ne rien entendre. La direction d'acteurs est musclée, exacerbant un texte piquant avec, en contrepoint, les interventions nuancées du personnage d'Hélène, donnant à Kamikazes un goût sucré salé.

Les joutes seront explosives jusqu'à ce qu'Hélène révèle le secret qui la ronge. A la fin ne reste que la table effondrée évoquant un cercueil et son linceul reposant parmi les fleurs.
Kamikazes de Stéphane Guérin
Mise en scène de Anne Bouvier
Avec Raphaëline Goupilleau, David Brécourt, Valentin de Carbonnières, Julie Cavanna, Pascal Gautier, Pierre Hélie, Salomé Villiers
Au Théâtre Buffon • 18, rue Buffon • 84000 Avignon • Tél : 04 90 27 36 89
Du 6 au 29 juillet 2018 à 21 h 35
Relâche les 10, 17 et 24 juillet

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)