mardi 21 août 2018

ToizéMoi dans Parents Modèles

Parents modèles est une comédie qui se joue dans un joli petit théâtre, tout de velours rouge, qui se laisse à peine deviner, au 25 de la rue Caumartin.

J'ai vu le spectacle le soir de sa reprise parisienne après son succès avignonnais (où je n'avais pas eu la possibilité de le programmer).

La soirée commence doucement sur un air de guitare manouche. On découvre une cuisine derrière une vitre bleutée Un couple de bobos aisés visite un appartement, au 3ème étage d'un 14 rue Alsace Lorraine (facile à mémoriser pour moi qui ai habité au 15) qui très vite va leur taper dans l'oeil et qu'ils vont obtenir pour une bouchée de pain suite à une erreur de l'agent immobilier. Une telle aubaine ne se laisse pas filer.

L'endroit étant vaste il pourra accueillir leurs trois enfants, les grands-parents, la proche famille et le voisinage, ... une quinzaine de personnages au total qui seront tous interprétés par le duo Toizémoi, alias Alain Chapuis et Marie Blanche, accueillis pour la troisième fois dans ce théâtre dirigé par Denise Petitdidier. Les péripéties peuvent commencer dans un dispositif de réalité augmentée fort bien conçu.

Après avoir axé leurs précédents spectacles sur le couple Camille et Simon, ils jouent maintenant une famille entière où ils abordent les soucis des parents "modernes" tiraillés entre les attentes de leurs ados, scotchés à leurs portables, et les besoins de leurs ainés, déjà en perte de mémoire, sans oublier leur envie de gérer leur carrière professionnelle.

La spécialité de ces artistes est leur capacité (et leur plaisir évident) à passer d'un rôle à l'autre en une fraction de seconde. Le dispositif imaginé par Philippe Riot pour Parents modèles leur permet de se multiplier en créant une illusion parfaite. Le principe est génial et dispense d'installer un décor conséquent. Logiquement cela devrait faciliter les choses si le spectacle part en tournée.
La profondeur de champ de la scène est très astucieuse. Le spectateur comprend "le truc" sans que cela nuise à la qualité de la soirée. On est constamment surpris par l'inventivité des comédiens dont la connivence sur scène est un atout supplémentaire.

Alain Chapuis prend une voix de nez pour se plaindre que Monnier le mute ... Chaque fin de scène est applaudie chaleureusement comme s'il s'agissait de séquences distinctes, façon série télévisée sur plusieurs épisodes. Il a écrit des répliques qui claquent. Lorsqu'il se plaint que sa chemise n'est pas repassée sa femme (qui sait lutter contre la charge mentale) a le sens du second degré : mais que fait le personnel ?
L'actualité est sans nul doute un formidable réservoir d'inspirations. Le spectacle aborde tous les sujets, les crises familiales, les problèmes d'emploi, les migrants, l'homophobie ... Il m'a semblé que le duo avait aussi la tentation de se surprendre l'un l'autre en ajoutant de ci de là une nouvelle réplique. Il ne fait aucun doute que le public va courir les voir ...  Une soirée si réjouissante ne se boude pas.
ToizéMoi dans Parents Modèles d'Alain Chapuis
Mise en scène de Philippe Riot
Avec Alain Chapuis et Marie Blanche
A la Comédie Caumartin, 25, rue Caumartin 75009 Paris, 01.47.42.43.4
Jusqu'au samedi 19 janvier 2019
A 17 heures ou 20 heures 45

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)