lundi 29 septembre 2008

PROMENADE AU MUSEE DU SPORT


Il y a quelques jours je me faisais l'écho de la bonne entente entre sport et littérature à propos de la publication d'un recueil de nouvelles par l'Ecole des Loisirs : Il va y avoir du sport mais je reste tranquille.

Ayant été conviée à une séance de lecture organisée dans le tout nouveau tout beau tout neuf Musée National du Sport j'ai parcouru les salles d'exposition où j'ai pu approcher quelques objets mythiques et/ou historiques. Je ne prétends pas vous emmener faire une visite complète mais vous donner un petit aperçu.

Mes proches savent combien le vélo est une passion familiale.

Vélocipède, draisienne, vélos de course ultra-légers, tricycle monotrace (avec chaine et pneus Michelin spéciaux pour résister sur les 3200 km que représente l'expédition Alger -Tombouctou entreprise par Jean Naud en 1980) il y en a pour toutes les jambes.
Je pourrais vous suggérer de chercher l'intrus parmi ces pièces de collection ... En effet ma très ordinaire bicyclette s'est glissée sur la page et il faut reconnaitre qu'à l'instar des vedettes de cinéma qui font trente ans de moins que leur âge grâce à une prise de vue avec filtre ma "bécane" semble ici en bien meilleur état qu'elle ne l'est dans la réalité. Mais elle me rend des services énormes et je ne suis pas prête à la sacrifier au progrès en la remplaçant par son alter ego électrique. Et puis c'est ma façon personnelle de vivre le sport, au quotidien, pour ne pas prendre du temps sur les loisirs. Je roule une quinzaine de kilomètres par jour, ce qui me permet d'entretenir ma forme de manière écologique et d'être à l'heure à tous mes rendez-vous puisque je me moque bien des embouteillages franciliens.
Les tenues des athlètes occupent également une place de choix. Depuis le manteau en poils de chèvre qui engonçait les premiers coureurs automobiles dans les années 1910, en passant par le justaucorps moulant d'un haltérophile en 1920, sans oublier le béret et la chemise de tennis de Jean Borotra, dit le Basque ... une chemise Lacoste bien entendu.


Mais il y a aussi l'immense kimono (réalisé en coton par Adidas) porté par David Douillet aux Jeux d'été d'Atlanta en 1996 ... et le maillot de l'équipe de France de base-ball enfilé par le premier joueur professionnel français qui a évolué aux USA (2000).



Les Reebok à pointes de Marie-José Perec pour Atlanta en 1996, celles d'Alain Mimoun, qui semblent toutes petites, et celles-ci (encore Adidas, semelles jaunes) avec lesquelles Colette Besson a gagné une médaille d'or à Mexico en 1968.


On peut aussi voir de près une tenue de tennis blanche et rouge portée par Amélie Mauresmo en 2004, le short en polyester et les gants de boxe de Marcel Cerdan (1940), et puis des objets encore plus anciens comme un masque d'escrime (1820) ou un fleuret XIX°, un bobsleigh utilisé en 1900.

Certains sont plutôt amusants comme le porte-voix gigantesque annonçant le départ du Tour de France en 1920, sorte d'énorme cornet de glace métallique. Comme les premières haltères ...

Des documents administratifs sont aussi présentés comme la feuille d'arbitrage de la finale de tennis de Roland-Garros opposant Yannick Noah à Mats Wilander le 5 juin 1983, ou encore une feuille d'émargement du Tour de France choisie parmi celles que les coureurs signent chaque matin avant de prendre le départ de l'étape.

Le Musée est aussi une boutique où on peut admirer des Playmobil et des figurines réalisées par des compagnons, en plomb et peintes à la main. On y trouve de jolies cartes d'anniversaire, des DVD, beaucoup de livres et déjà le calendrier de l'année 2009.
Comme quoi le sport a toujours une longueur d'avance.

Musée National du Sport, 93 avenue de France, 75013 Paris, tel : 01 45 83 15 80, tous les jours sauf lundi
Les photos sans mention proviennent du site du Musée. Je remercie le service de presse de m'avoir permis de les utiliser.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)