lundi 22 juillet 2013

Voyager avec nos régions ont du talent

Certains d'entre vous sont en vacances. D'autres reviennent ou partent ... Je vous prolonge de les anticiper ou de les prolonger gustativement sans souffrir des embouteillages ni de la chaleur.

Et pour tous ceux qui en sont privés, quelle qu'en soit la raison, il y a plusieurs moyens de s'en donner l'illusion, le temps d'une soirée.

Vous pouvez faire comme si vous étiez en Italie avec une incursion dans un restaurant italien, en Russie chez Ikra, au Cambodge aussi.

Une journée à Paris peut s'avérer très dépaysante, y compris sur les plages de la Seine.  Déjeuner dans un delicatessen de la rue des Rosiers, s'offrir un gommage dans un hammam et on se croirait en Europe centrale sans prendre un billet d'avion.

Il y a encore plus simple en voyageant chez soi avec des produits du terroir. Il suffit de se constituer une réserve de bonnes choses en les choisissant parmi les 330 spécialités régionales de Nos régions ont du talent que les magasins Leclerc ont sélectionnées. Ce n'est pas nouveau et ce n'est pas un coup de bluff marketing.
Depuis 1999, j'apprécie ces produits que j'achète les yeux grand ouverts. et pour cause : les noms des producteurs figurent en toutes lettres sur les emballages. Le consommateur connait parfaitement la provenance et la plupart du temps c'est "le" spécialiste du produit qui est le fournisseur. Si c'est pas de la transparence ... !
Je me suis amusée cette année à suivre un parcours gourmand qui me console de ne pas quitter la région parisienne où je dois régler des soucis familiaux.
Quand je vivais en Alsace, je trouvais que le bord de mer était très éloignée et un collègue ne manquait pas de me contrarier en argumentant qu'il suffisait de "plier la carte" pour s'en approcher. Cette fois nul besoin d'un tel artifice pour respirer le parfum de la lavande et s'imaginer pique-niquer sur la plage. Cette tapenade est fondante, exactement comme il convient de l'être.
On pourrait se délecter d'une bouillabaisse. Baptisée "soupe d'or" ce plat marseillais par excellence est une promesse de saveurs.

En "remontant" on piochera un calisson d'Aix, bien que j'en ai aussi la recette puis un nougat de Montélimar qui doivent leur moelleux à l'adjonction de blanc d'oeufs depuis le XVII° siècle. Cette friandise est devenue emblématique de la Nationale 7 à laquelle Hachette vient de rendre hommage. Je vous en reparlerai très bientôt.
Restons dans les friandises, en nous propulsant vers d'autres rivages marins, bretons cette fois, avec le Kouing amann pur beurre, façonné à la main (c'est écrit sur l'étiquette), inventé par un boulanger en 1860 par nécessité, alors que la farine manquait. Il n'est pas pour autant pauvre en calorie car le beurre breton lui aussi y est très généreux.
Sa richesse le rend, à mon avis, un peu difficile à servir en fin de repas. c'est au petit déjeuner que je l'apprécie le plus. Et je sors la nappe bretonne pour m'y croire tout à fait !

Je ne suis jamais allée dans la Creuse mais j'aime beaucoup le Gâteau creusois que je sers avec des fraises.

La recette est ancienne mais elle n'a été retrouvée qu'en 1969 grâce à la démolition d'une maison de moine du monastère de Crocq où l'on trouva un parchemin du XV° siècle écrit en vieux français.

Sa cuisson "en tuile creuse" et les noisettes locales en font un dessert qui a un petit coté rustique. La taille des noisettes est irrégulière. Elles ne sont pas en poudre quoique concassées finement quand même. Le sucre de canne roux donne de la douceur.

Sur l'emballage, un point blanc permet de localiser la région de production, en l'occurrence la Marche, que je ne connaissais pas, je l'avoue.

Le péché de gourmandise sera moins prononcé avec une gaufre fine du Nord. C'est la Dunkerquoise qui les fait pour Leclerc et je les adore autant avec des fruits qu'avec du fromage blanc. M'arrive même de marier les deux.

Elle m'évoque ma grand-mère qui en faisait sur la cuisinière dans un très joli gaufrier que j'ai réutilisé il y a quelques temps et que j'avais présenté ici. Mais on n'a pas tous les jours le loisir de préparer ces petites douceurs ...
Coté gâteau vous vous doutez bien qu'il y a l'embarras du choix, entre les broyés du Poitou, qu'on se partage à coup de poing, les sablés au beurre d'Isigny AOP et à la crème d'Isigny, AOP encore, et réalisés par l'excellente biscuiterie de Lonlay-l'Abbaye que je me promets de visiter un jour ... ou encore les canistrellis corses aux grains d'anis aussi secs que croquants.

Et puisque nous sommes repartis dans le Sud, restons dans l'ile de beauté avec le pâté de figatelli, saucisses traditionnelles typiques de la charcuterie de là-bas à base de foie de porc qui est fondant en bouche et qui s'accorde très bien avec des courgettes crues en vinaigrette. Il faut vraiment le goûter. Sa situation à mi-chemin entre pâté de foie et pâté de campagne est surprenante.
Il suffit de les trancher à la mandoline comme on le ferait d'un céleri.
J'aime aussi les grillons de canard, à l'apéritif ou en entrée, sur du pain frotté à l'ail. et tant qu'à faire c'est l'ail rose de Lautrec que je choisis puisqu'elle existe elle aussi sous l'étiquette Nos régions ont du talent.

J'ajoute des cornichons maison (c'est si facile à faire soi-même) et des pickles maison, pas plus compliqués à réussir.

Si vous tenez à épater davantage vos convives le pâté périgourdin au foie de canard et au jus de truffe satisfera les becs exigeants.
Quelques rondelles de saucisse sèche d'Auvergne (reconnaissable à sa forme en fer à cheval) peuvent rivaliser avec le saucisson de Paris on ne peut plus traditionnel et toujours apprécié avec une salade composée. Et un cidre de Normandie car il y a aussi des boissons dans la gamme.
La saucisse de Montbeliard, déjà cuite, peut se grignoter froide avec un assortiment condimentaire. Et j'ai retrouvé le goût instantanément de fumé qui me rappelle mes vacances de l'été dernier en Franche-Comté.
Elle se réchauffe rapidement pour s'accommoder de lentilles que j'ai, cette fois, épicées avec du curcuma, de la vanille de la badiane et de la cannelle. Un ventre affamé aura besoin d'un plat plus roboratif. Dans le domaine, le cassoulet de Castelnaudary est vraiment réussi. Celui-ci est au confit de canard, selon une recette qui date de la guerre de cent ans. La photo de l'emballage n'est pas mensongère, preuve à l'appui :
Les enfants adorent les pâtes et je connais bien des mamans désespérés de leur faire apprécier autre chose. Les spaetzle d'Alsace et les crozets de Savoie (au sarrasin, mais il est utile de savoir que puisque la semoule de blé dur entre aussi dans leur fabrication ils ne sont pas sans gluten) offrent des occasions de créer la surprise. Il faudra raconter aux petits que la pâte des spaetzles était découpée en fines lamelles que l'on mettait à sécher sur des édredons ...

Les premières s'accorderont avec les premières omelettes aux champignons de septembre et les seconds pourront se servir gratinés avec du Beaufort et du jambon. Sans oublier une belle salade verte.

Si j'ai la nostalgie de ma Bourgogne natale j'ouvre le pot de moutarde à l'ancienne, au vin blanc AOP et si je veux célébrer la Lorraine qui est une région à laquelle je suis très attachée je plonge dans les mirabelles cuites au chaudron.

Avec 84 références au rayon fromage, 33 fruits et légumes, 26 références biscuits/pâtisseries, 27 confiseries/confitures ce sont 162 producteurs français qui s'associent pour ce Tour de France presque exhaustif où vous allez d'une part retrouver les saveurs de votre enfance, et d'autre part faire des découvertes qui vaudront des excursions en vacances, et cela à longueur d'année.

La valise reste à portée de main. Elle est devenue une vraie malle aux trésors. Y reste un paquet de biscuits roses de Reims, lesquels n'ont pas toujours été de cette couleur. Créés pour accompagner la dégustation du champagne autrefois très sucré, les biscuitiers ont eu l'idée de les teinter de carmin et de les parfumer à la vanille.

Je les conserve pour en faire une charlotte dès que les framboisiers seront couverts de baies. Et je ne garderai pas la recette confidentielle, j'en fais le serment.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)