samedi 25 juin 2016

Le dîner, un spectacle jubilatoire du collectif de la Jacquerie

Imaginez un spectacle où tous les spectateurs occupent le premier rang. Où chacun a participé à la conception de la représentation, laquelle sera d'ailleurs unique.

Une soirée insolite où vous "suivrez" un des cinq personnages comme s'il était votre poulain, attentif à ce qu'il respecte les engagements qu'il a pris avec vous quant à son caractère, son métier, sa situation par rapport aux autres comédiens ...

Vous tremblerez pour lui quand vous penserez que la situation lui échappe. Vous rirez quand il mettra (involontairement) ses camarades en péril. Vous vous sentirez aux commandes du théâtre comme vous pouvez l'être quand vous vous vous adonnez à un jeu vidéo.

Il y a quelque chose de Secret Story dans le concept que le collectif de la Jacquerie a imaginé. Il faut vivre cela au moins une fois (croyez moi on a envie d'y retourner, pour voir un autre "épisode"). Vous ne verrez pas le temps passer. C'est jubilatoire.

Il y a juste une chose à savoir pour éviter toute méprise, surtout pour vous lecteurs qui êtes aussi gourmands. Vous mettrez la main à la pâte (au figuré) pour construire le Dîner mais pas un dîner. Seuls les comédiens mangeront devant vous. Je le précise parce que les spectacles qui combinent culturel et culinaire existent bel et bien.

La trame est toujours identique. Deux personnages vont bientôt quitter l'appartement qu'ils partagent. Ils invitent un couple d'amis et une troisième personne à partager un repas. Toujours cinq comédiens, mais chaque jour un différent de manière à rompre les éventuelles habitudes qu'ils pourraient prendre. Et parfois même c'est le metteur en scène qui s'invite parmi eux sans les avoir prévenus.

J'ai assisté à une avant-première précédent le départ du collectif pour Avignon à la MPT Maison Pour Tous Jules Valles, 61 rue Pasteur – 94800 Villejuif. Je peux vous la raconter pour vous donner une idée de la manière dont les choses peuvent se dérouler. Sachez toutefois que le collectif s'adapte au cadre et que donc chaque début de soirée peut être légèrement différent.
Nous avons été rassemblés à l'extérieur de la salle pour une présentation du dispositif et des comédiens. Une main innocente a attribué à chacun une enveloppe contenant le nom de leur personnage et une liste de questions.
Chacun a drainé vers lui les spectateurs en fonction de la couleur de la pastille collée sur le billet. Nous voilà alors bombardés d'interrogations du type quel est mon métier, dans quel style serai-je habillé, qu'est-ce que je déteste .... Chacun s'exprime et on se met d'accord en votant le cas échéant parmi 2 ou 3 alternatives. On dispose tout de même de 20 minutes chrono ce qui donne le temps d'argumenter.

Un des principes à respecter est que les indications ne soient pas liées entre elles. Si par exemple notre personnage est fleuriste il ne doit pas aimer ou détester les fleurs. Par contre il pourra ne pas supporter de voyager par les transports en commun.
Les comédiens veillent scrupuleusement à cette consigne. Ensuite la tenue est choisie parmi des vêtements accrochés sur un portant.
Le comédien récapitule sous notre contrôle l'ensemble de ses indications et rejoint la scène. Le public est invité à s'asseoir et à choisir trois morceaux de musique. L'un d'entre eux sera joué en introduction et relancé quand le metteur en scène estimera le moment venu de donner ainsi aux comédiens le signale de la fin de la représentation.
Une table, cinq chaises, aucun décor. Chacun doit imaginer son "rôle" sans communiquer avec ses partenaires. Les poignets deviennent des ersatz de prompteur récapitulant les choses à ne pas oublier de dire ou de faire.
Puis ils quitteront la table qui deviendra l'élément central du décor. Chaque entrée se fera en fonction des contraintes précédemment définies. Ensuite, tout ce qui adviendra sera unique.
Les comédiens ont tous une solide expérience dans l'improvisation. Ce sont en général des anciens élèves de l'école Jacques Lecoq où Alain Mollot (le fondateurs de la Jacquerie, malheureusement disparu il y a trois ans) a puisé pour fonder le socle du collectif.

Joan Bellviure avait joué dans la Fin d'une liaison. Il signe avec le Dîner un travail à la croisée d'un théâtre d'art et de recherche, exigeant mais populaire, dans la droite ligne impulsée par Alain Mollot. Il place le public dans une position qui exacerbe son attention, en aiguisant son oeil qui n'est pas seulement critique mais ouvert sur les ressorts de la dramaturgie.

Je suis certaine que les festivaliers avignonnais se régaleront. Et j'espère qu'une tournée s'enclenchera à la rentrée.

Le Dîner, pièce impromptue
Conception et direction d’acteurs Joan Bellviure
Avec (en alternance) Joan Bellviure, Jean-Philippe Buzaud, Olivier Descargues, Véronic Joly, Stéphane Miquel, Maria Monedero, Juliet O’Brien, Richard Perret, Jennie-Anne Walker
Au Festival Off d’Avignon 2016 du 7 au 30 juillet 2016 à 19h35
A La Fabrik’ Théâtre,
10 route de Lyon / impasse Favot – 84000 Avignon

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés