mercredi 26 février 2020

Le retour de Richard 3 par le train de 9h24

(mise à jour 28 mai 2020)
J'ai souvent la chance de visionner des films en avant-premières. J'ai beaucoup apprécié Le retour de Richard 3 par le train de 9h 24 (qui dans quelques semaines va résonner avec particulièrement si la France entière doit se confiner).

En effet ce long métrage, qui a été tourné il y a plus d'un an, est à sa façon une allégorie d'un isolement -certes consenti-

Il avait été présenté au cinéma Utopia, lors du dernier festival d’Avignon 2019 et a été sélectionné et remarqué dans de nombreux festivals, notamment aux USA. Il a remporté de nombreux prix (mentionnés à la fin de cet article).

Voilà une comédie inédite dans laquelle Éric Bu relie ses deux passions : le cinéma et le théâtre. (Le film sera d’ailleurs également adapté pour la scène et créé pour un prochain festival d'Avignon avec la même équipe).

Le titre est un clin d'oeil à Shakespeare comme le prénom du personnage de William que le scénariste Gille Dyrek interprète lui-même et qui, dès les premières minutes, prévient le spectateur : La réalité n'est pas suffisante pour construire des personnages.

Il sait de quoi il parle et il va jouer sur ce registre en offrant plusieurs rebondissements en s'appuyant sur un des grands principes du spectacle comme de la littérature : la vérité n'existe pas. Il n'empêche que l'on va en quelque sorte plaider le faux pour faire émerger le vrai. Alors même l'impossible (comme un simple pique-nique) deviendra possible.

Du théâtre, on note le huis clos, dans une grande maison bourguignonne située non loin de Tonnerre (quel plaisir pour moi de retrouver le cadre de mon enfance !) à l'exception d'une scène de pique-nique au bord d'un cours d'eau. On remarque une distribution qui offre de jolis rôles à des comédiens qu'on a l'habitude d'applaudir sur les planches, comme par exemple Sophie Forte que j'ai tant aimée dans Chagrin pour soi (et tout récemment dans Mon Isménie) et plus fugitivement Elodie Menant,  exceptionnelle au théâtre dans le biopic Est-ce que j’ai une gueule d’Arletty ?, qu'elle a créé avec Eric Bu en Avignon, en 2018, ce qui leur vaut une double nomination aux prochains Molières.

Le spectateur attentif ne s'étonne pas d'entendre parler de fiche descriptive de son personnage et de costumes. Pour résumer le scénario on peut dire que, condamné par la médecine, Pierre-Henri engage des comédiens pour jouer, pendant une semaine dans un gite rural loué pour l'occasion, sa famille disparue dans un accident d'avion. Le contrat consiste à l’aider à se réconcilier avec le passé afin qu'il puisse partir apaisé.

Entre réalité et fiction, cette relecture d’un passé familial mouvementé est un règlement de comptes où on ne sait bientôt plus faire la part entre le vrai et le faux. Les comédiens se révèlent tous au moins aussi névrosés que lui, voici Pierre-Henri bientôt débordé par les transferts des uns et des autres… qui mijotent dans ce bouillon. Voilà sans doute pourquoi le personnage principal est désigné sous le surnom de pH qui est aussi le terme désignant l'acidité d'un milieu.

Le scénario évolue comme un psychodrame qui évoque aussi ce qui peut se passer dans une troupe. lLs mises en abymes se succèdent de façon très plaisante car on reste dans le registre de la comédie. Il faudra attendre la toute fin pour savoir qui manipule qui, qui ment le plus et qui porte le masque le plus épais.

Ce film est aussi une réflexion sur la question de savoir si on peut tout acheter.
On a tous besoin de passer de bons moments et c'est une distraction intelligente que de le regarder, réconfortante comme un câlin.

Le Retour de Richard 3 par le train de 9H24
Réalisé par Eric Bu
Scénario : Gilles Dyrek
Avec Sophie Forte et Hervé Dubourjal, Jean-Gilles Barbier, Camille Bardery, Amandine Barbotte, Lauriane Escaffre, Ariane Gardel, Benjamin Alazraki, Yvonnick Muller…
Produit par Stéphane Sansonetti (Atlan films) et Alexis Bougon (Samsha Productions) avec la participation de Jean-Baptiste Neyrac (Neyrac Films) 
Avant-première digitale : Pendant la période de confinement (jusqu'au 11 mai 2020)
Sortie du film : date non déterminée pendant la saison 2020/2021, à l’automne 2020 ou début 2021

Prix "Best Narrative Feature" (Meilleure Fiction) au Festival de Middlebury- Vermont (USA) – 2019
Meilleur acteur (Jean-Gilles Barbier) et Meilleur scénario (Gilles Dyrek) au 2ème Paris International Film Festival – New York (USA) – 2019
Prix du Meilleur réalisateur au festival de ARFF – Paris – 2019
Meilleur film, Meilleur réalisateur, meilleure musique au Festival SMR13 de Saint-Mitre Les Remparts – 2019 – (France)
Sélection officielle – Nepal International Film Festival – 2020
Sélection officielle – New Orleans Comedy Film Festival – 2020 – (USA)
Sélection officielle – BZN International Film Festival – 2020 – (USA)
*
*    *
A savoir que toute l'équipe a décidé de faire découvrir le film de façon exceptionnelle et gratuite, et dans son intégralité, pendant le confinement et avant sa sortie en salles, sur le site du film du 22 avril jusqu'au 11 mai 2020 (date de la fin du confinement officiel en raison du Covid-19).
Et j'apprends le 28 mai que après avoir offert, le film en libre accès lors du confinement, FilmoTV invite le film sur sa plateforme dès le 17 juin 2020.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)