samedi 22 août 2020

Nathan lance la nouvelle collection Court Toujours

Il est vrai que je n’appartiens pas directement à la cible (15-25 ans) mais si on considère l’adage "lecteur un jour, lecteur toujours" je suis totalement habilitée à donner mon point de vue sur cette collection, Court Toujours, pour laquelle j’ai d’ailleurs été sollicitée.

Je ne me serais pas précipitée spontanément sur ces "petits" livres, qui répondent tout à fait à la promesse Nathan, leur éditeur, de faire court. Tout simplement parce que je trouve les couvertures hideuses, voilà c’est dit. A tel point que j’ai mis un temps fou à me décider à en ouvrir un, comme on repousse le moment de  consommer l’en cas de dépannage. Je n’étais pas en manque de lecture, donc je pouvais attendre... J’ai d’ailleurs commencé par le titre le plus rébarbatif, et qui m’apparaissait adéquat "Le plus mauvais livre du monde".

J’ai apprécié le sujet et la tournure que prenaient les évènements qui étaient racontés sans chichi par Vincent Cuvellier, mais sans concession sur le style, le lexique, la syntaxe. Je me suis prise au jeu et ai poursuivi. Avec Son héroïneAux ordres du coeurLes potos d’abord. Ça s’enchaînait bien, composant une sorte de série un peu à l’instar de celles qui nous rendent addicts sur Netflix.

Comme un homme et Silent Boy m'ont tout autant satisfaite.

J'ai envie de dire qu'ils sont de la bonne longueur (64 pages)Chacun se lit en quelques heures, quasi d’une traite mais pas forcément, et il est très agréable d'avoir le plaisir d’y revenir.

Sincèrement bravo ! Les éditrices (Mélanie Decourt, directrice éditoriale du secteur Fiction et Alice Aschero, responsable éditoriale des romans français) ont su choisir leurs auteurs et ceux-ci leurs thèmes, illustrant idéalement la base-line de la collection, C'est maintenant que tout se vit. Chacune des histoire est un récit initiatique plus ou moins intense ou percutant, qui raconte un moment charnière de la vie d'un ou d'une ado d'aujourd'hui, tout en s'inscrivant dans une forme d'universalité. Par exemple des premières vacances entre amis sans parents, l'agression d'une jeune fille dans les transports en communs, la découverte d'un secret de famille, ou encore l'usage des réseaux sociaux.

Je trouve juste dommage que la sortie officielle ait été programmée le 3 septembre alors que voilà d’excellentes lectures de vacances qui auraient pu semer de jolies graines dans les cerveaux de la jeunesse.

Et puis je suis aussi un peu dérangée (même si j'en comprends parfaitement l'enjeu) que la série cible les "lecteurs décrocheurs". J'espère bien sincèrement que les autres, les accrochés, ne se sentiront pas exclus parce que ce serait vraiment dommage de les priver de ces sucreries littéraires. Et même que les adultes auront la curiosité de s'y plonger, pourvu que leurs enfants fassent exactement ce que je faisais quand j'étais une jeune maman, laissant traîner les livres sur les marches de l'escalier conduisant aux chambres, ... où ils finissaient par se retrouver comme par hasard.

Des trois formats (texte, audio et numérique) je me suis satisfaite du premier, par habitude, par simplicité, puisque je les avais sous la main, par honnêteté intellectuelle aussi car je tenais à comparer ce qui était comparable, donc en restant dans mes habitudes de lecture (même s’il m’arrive de céder au numérique pour sa praticité lorsque je pars en voyage à l’étranger). Du coup je peux dire sans sourciller que c’est un coup de coeur. Le numérique est sans doute inévitable et le mode de "lecture" audio est un atout supplémentaire.

L'éditeur a eu raison de viser l'accessibilité, en terme de format et aussi de prix (8 €). C'et une bonne idée que de permettre d'écouter la version audio, parfois lue par l'auteur. Et si la lecture sur tablette a la préférence du lecteur il peut l'obtenir via l'application Nathan Live après avoir scanné la page qui présente la couverture du roman, au début de l'histoire. Et du coup bénéficier aussi des interviews des auteurs-trices et d'articles étayant les sujets des récits déjà parus…
Je ne saurais dire lequel a ma préférence, même si j'ai énormément aimé Comme un homme et Aux ordres du coeur. Chacun mérite sa place. Ils me semblent augurer un genre nouveau, à mi-chemin entre la nouvelle et le roman, avec un je ne sais quoi de conte philosophique. Comme j’aimerais avoir près de moi quelques 15-25 ans pour recueillir leurs avis ! Je vais m’y employer dès que possible.

Les titres de la collection Court Toujours, chez Nathan :

Florence Hinckel est née en 1973. Elle commence sa vie professionnelle en tant qu’enseignante à Marseille, en Guyane ou en Guadeloupe, avant de se consacrer entièrement à l’écriture, sa passion depuis l’enfance. S’adressant aux enfants ou aux adolescents, elle aime explorer tous les genres, et a publié de nombreux romans jeunesse chez Syros, Gallimard Jeunesse, Nathan, Rageot, Talents Hauts, Sarbacane.

Parmi les plus connus : Le grand saut, U4 ou encore Nos éclats de miroir. On peut retrouver toute son actualité sur : http://florencehinckel.com

D’abord rédacteur de jeux de rôles, pigiste puis collaborateur de la revue Casus Belli, Fabrice Colin publie son premier roman en 1997. Il s’est depuis illustré dans de nombreux domaines des littératures de l’imaginaire (trois fois lauréat du Grand Prix de l’Imaginaire), écrivant aussi bien pour les adultes que pour les enfants. Il est également scénariste de BD et auteur de pièces radiophoniques.
Chez Nathan, il est l’auteur de la série Wonderpark.

Avant d’être auteur jeunesse, Gaël Aymon a été acteur, scénariste, réalisateur, producteur et a enseigné le théâtre aux enfants et aux adolescents. Ses livres, qui malmènent les stéréotypes, ont déjà obtenu de nombreuses récompenses. Chez Nathan, il est l’auteur de la série "Les grandes années", de l’album Blanche Neige, illustré par Peggy Nille et des romans La Planète des 7 dormants et Et ta vie m’appartiendra.
On peut retrouver toute son actualité sur https://gaelaymon.com/

Rachel Corenblit est une romancière née au Québec. Elle a vécu à Jérusalem, Nice, Paris, Albi et Marseille. Après des études de philosophie et diverses activités professionnelles, elle se tourne vers l’enseignement en 1997. Elle est l’autrice d’une quinzaine de romans au Rouergue, chez Actes Sud Junior, Casterman, Bayard… et de pièces de théâtre pour enfants.

Séverine Vidal se consacre à l’écriture à plein temps depuis 2011. Elle écrit des romans pour adolescents (Le Rouergue, Grasset, Sarbacane, Bayard…), des albums (Gallimard, Milan, Sarbacane, La Joie de lire, Mango, La Pastèque…), des BD (Didier Jeunesse, Alice Jeunesse, Les Enfants rouges) ou des séries (Sarbacane, Magnard). Elle anime des ateliers d’écriture (écoles, collèges, lycée, centres sociaux, centres d’alphabétisation…). Ses livres, récompensés par de nombreux prix littéraires, sont traduits à l’étranger. Elle est également l’autrice chez Nathan du roman pour adolescents L’été des Perséides, à paraître en juillet 2020.

Né à Brest en 1969, Vincent Cuvellier écrit son premier roman à 17 ans et obtient le prix du jeune écrivain. Il enchaîne les petits boulots et, en 2001, publie son premier livre Kilomètre zéro, au Rouergue. Suivent près de 90 ouvrages, albums et romans, qui ont obtenu de très nombreux prix et sont traduits en quinze langues. Il est également le créateur de la série Mémé chez Nathan.
Il vit à Bruxelles, où il tient une boutique de livres d’occasion consacrée à l’univers de l’enfance.

Les photos qui ne sont pas logotypées A bride abattue sont de © Philippe Matsas, © Christian Delépine, © Émilie Hautier, © Astrid di Crollalanza

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)