samedi 4 septembre 2010

Le Festival du film de Châtenay-Malabry est revenu

La 9ème édition de Paysages de cinéastes a glissé dans le calendrier. Les autres années, nous partions en vacances avec dans la tête les images de films que de moins chanceux que nous ne découvriraient sur les écrans qu'à la rentrée. Cette fois-ci nous démarrons en septembre, et ce festival est comme une pause avant le grand rush.

Les dieux étaient de la fête hier soir. Le temps (un peu frais j'en conviens aux environs de 19 heures) s'est adouci en fin de soirée et la séance de cinéma se déroula en plein air sous un ciel clément.

La programmation de Marianne Piquet-Ducourneau, déléguée générale du Festival, est toujours épatante. Elle possède un septième sens pour élire les courts ou long métrages qui vont à la fois distraire et secouer le public.

Quand je vous dis long je ne plaisante pas. Les deux heures de bobine des Hommes et des dieux pèse une quarantaine de kilos. Ils ont gentiment descendu l'allée du parc de la maison de Chateaubriand en rattrapant les derniers spectateurs vers 1 heure ce matin, doublant un chat peu sauvage mais surpris par cet objet fantastique.

Le film de Xavier Beauvois a reçu le Grand Prix du Festival de Cannes 2010 et on comprend que le jury ait tenu à lui décerner une récompense. Sur un sujet très difficile (l'enlèvement et l'assassinat de 8 moines du Monastère de l'Atlas en Algérie en 1996) tant sur le plan politique que religieux et humain il a réalisé une œuvre qui se situe exactement à mi-chemin entre le documentaire et la fiction. Le choix des acteurs n'est pas anodin. Reconnaître Lambert Wilson, Michael Lonsdale, Olivier Perrier ... introduit la juste distance qui nous permet de ne jamais oublier que nous sommes exposés à un film. Mais ils sont tellement justes qu'ils restituent le bouleversement vécu par les véritables protagonistes.

On peut ainsi partager a posteriori un peu de ce que la population algérienne a subi dans les années 95 : surprise, incompréhension, désarroi mais aussi courage et espérance. Et bien au-delà mesurer quels sont le sens et la valeur d'une vie.

Céder, résister, fuir, voilà les trois prises de position entre lesquelles les moines vont hésiter longuement. Combattre serait hors de question pour eux ... et pour les populations civiles qui n'en auraient pas les moyens pratiques. Les temps de concertation marquent leur chemin de croix :

La scène du dernier repas magistralement orchestrée par la musique du Lac des cygnes évoque certains plans du Titanic. Toutes les émotions filtrent sur les visages des acteurs saisis par une caméra exigeante : la joie contenue qui explose malgré la crainte, l'angoisse qui sourde, les larmes qui montent aux yeux derrière la buée des lunettes. Tout est dit sans un mot.

Les extérieurs ont été filmés au Maroc, dans une région située entre les villes de Fès, Meknès et Azrou et les paysages sont d'une beauté qui tranche avec la sauvagerie des terroristes et la violence des militaires. L'harmonie et la paix n'étaient pas compromis là-bas par la pratique de religions différentes. Partager les mêmes valeurs était l'essentiel. Les moines étaient donc acceptés par la population musulmane. Ils participaient naturellement aux fêtes locales, mariages comme funérailles. Ce sont les liens tissés avec eux qui les ont décidé de rester en Algérie, plutôt que de céder aux injonctions des terroristes (et des autorités locales) leur demandant de quitter le pays.

C'est auprès des moines des abbayes de Tamie en Savoie et d'Aiguebelle dans la Drôme que les acteurs se sont imprégnés de la vie monastique des Cisterciens, exercice peut-être plus facile pour Michael Lonsdale dont on se souvient qu'il a interprété un abbé bénédictin dans le Nom de la Rose de Jean-Jacques Annaud, il y a un quart de siècle tout de même.

La sortie officielle du film est imminente. Il ne faut pas le manquer.

Pour lire ou relire les articles consacrés aux éditions précédentes, vous pouvez naviguer à partir de cette page ci.

Pour tout savoir de la 9 ème édition,
horaires et programme du Festival : Le Rex, 364 avenue de la Division-Leclerc, 92290 Châtenay-Malabry - Renseignements : 01.40.83.19.81 Site du Rex : http://cinema.lerex.free.fr/

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)