mardi 19 mars 2013

La vieille qui voulait tuer le bon dieu de Nadine Monfils


Vous devez savoir que le genre policier n'est pas ma tasse de thé. J'ai chroniqué des polars quand j'ai participé au grand Prix des lectrices de ELLE, pas moyen d'y échapper. Et puis je suis revenue à mes amours.

Jusqu'à ce que la Petite fêlée aux allumettes  fasse un atterrissage fracassant sur les rayons de ma bibliothèque. Il y a des moments comme ça où l'on n'a plus envie de rire et où pourtant c'est de cela qu'on a besoin.

La famille de Nadine Monfils est ainsi entrée définitivement chez moi. Je ne sais pas si je recommanderais au syndic de mon immeuble la candidature de Mémé Cornemuse à un poste de concierge mais j'ai une certaine indulgence pour ses frasques.

Pour l'heure elle bosse à Pandore, une petite ville où il fait bon mourir. Ne cherchez pas la bourgade sur la carte ?  Elle n'existe que dans l'imagination de Nadine, belge de Montmartre, et jolie blonde à qui vous donneriez le bon Dieu sans confession.

Mémé n'envoie pas de CV. Elle a une astuce plus radicale, planter un couteau de boucher dans le dos de la précédente concierge pour prendre sa place. Elle affirme haut son mode de vie : la concierge est toujours dans l'escalier, faut pas la déranger (p.20) 

On retrouve dans ce nouvel opus sorti au début du mois de mars 2013 la galerie habituelle, Annie Cordy et Jean-Claude Van Damme, plus un nouveau venu, inattendu, Gilbert Montagné, pour mieux faire résonner la musique à plein tube entre les lignes même sans le soleil des tropiques. C'est que Nadine a le coeur large et la plume alerte. Si bien qu'on ne sait jamais si elle écrit pour de faux ou pour de vrai. Y'en a que ça dérangera, moi ça me repose.

Les meurtres pour des motifs incroyables, un casse dans une bijouterie, la perspective du braquage d'une banque le tout manigancé par des personnes du quatrième âge ... c'est plutôt original. Si vous admettez que ce qui est normal est déjanté alors vous trouverez logique que le nouvel acolyte de Mémé, un certain Jef, creuse des trous et pas sa cervelle.

N'empêche que dans ce désordre ambiant il y aura des incidents qui créeront quand même la surprise pour satisfaire la promesse de vous faire naviguer entre horreur et humour. C'est cynique et corrosif ... et tendre aussi.

Un exemple inspiré de Michel Sardou pour dragouiller à un abribus ? " O femme jusqu'au bout des seins, moins Colombine qu'Arlequin, ayant réussi l'amalgame de l'autorité et du charme, toi la panthère sous sa pelisse qui attend le bus qui glisse en pensant à Sissi impératrice ..."

Vous préférerez peut-être (page 60) la recette de Ginette, technicienne de surface dans une entreprise de pompes funèbres le jour, fine cuisinière le soir. Si vous n'avez pas tous les ingrédient sous la main il parait que ce sera quand même délicieux.

In nomine pas triste, n'est-il pas vrai ?

Entretien avec Nadine Monfils
La petite fêlée aux allumettes de Nadine Monfils, éditions Belfond, février 2012
Les Enquêtes du commissaire Léon 1 et 2, Madame Edouard, suivi de la Nuit des coquelicots, Belfond, Juin 2012, 448 p., 19 €
Il neige en enfer et le Silence des canaux, enquêtes 3 et 4 du commissaire Léon, Belfond, novembre 2012
Clair de lune à Montmartre et le fantôme de Fellini, enquêtes 5 et 6 du commissaire Léon, toujours chez Belfond, février 2013
Le site de Nadine Monfils

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés