mardi 5 mars 2013

Le bal des crapules au Mélo d'Amélie

Ça démarre avec un faux début qui prétend être la scène de fin mais tout a commencé bien avant ... Soyez attentif à la chanson que vous entendrez dès votre arrivée dans le théâtre et qui annonce la donne alors que vous vous installez sur les gradins.

Les quatre acteurs vont vous danser un tango des assassins en brouillant les cartes jusqu'à vous faire tourner la tête. Ne cherchez pas à deviner qui est coupable, je vous rassure d'emblée, ils le sont tous mais ... y aura-t-il une justice pour ces crapules ? C'est pas moi qui vais vendre la mèche.

Une vraie bande-son, un vrai décor qui cultive le sens du détail, le Bal des crapules serait joué sur une scène un peu plus grande que celle du Mélo d'Amélie et on jurerait que c'est le petit fils de Georges Feydeau qui l'a écrite, après avoir regardé en boucle la filmographie de Tim Burton.

C'est l'histoire d'un rêve, acquérir un triplex en plein Paris. C'est une histoire d'amour. C'est aussi et surtout une histoire de fous. Avec des dialogues savoureux qui deviendraient culte après une diffusion en prime sur une chaîne publique tout autant que celles du Père Noël est une ordure.

En voici un florilège : Le veau au four, c'est le début du compte à rebours.
Avoir des enfants, c'est pas une question d'amour, c'est une question de place.
Je vais créer un blog pour exprimer mon ressenti intérieur.
J'aurais jamais pu être africain, j'ai pas assez de patience.
Vous êtes mon Lexomyl préféré.
L'homme vient de Mars, la femme de Prada.

Quand vous aurez vu la pièce avec un groupe d'amis vous pourrez aussi réutiliser à bon escient la promesse de "on va éclaircir la situation" pour déclenchera le fou rire.
Au départ c'est un couple improbable, Etienne et Gaby, le soumis et la dominatrice "castrat-dominatrice" qui accueillent leurs voisins célibataires, Bernard et Chantal pour une bonne cause apparente. Echange d'amabilités ... remise de cadeaux d'un goût douteux à la très chère hôtesse allergique aux fleurs, peu disposée à se mettre autour du cou l'écharpe-chaussette tricotée main en laine de yack par la charmante Chacha ...
Le vin (bio) de la Creuse acidifie l'atmosphère et annonce les hostilités malgré un appétissant rôti de veau parce que, vous le savez maintenant  Le veau au four, c'est le début du compte à rebours.

Le spectateur fait les paris. Qui pousse qui dans un traquenard ? Le plan semblait presque trop parfait pour n'être pas foireux ... à moins que ... je vais retracer la situation ... ou plutôt non. Je vais vous laisser patauger un peu. Moi aussi je peux devenir crapule avec un petit effort. Je vous donne des indices en photos :
Etienne complote avec Bernard ...
Chacha s'en mêle
Gaby, si méchante, si caustique, y passera ou trépassera. Ma voisine ne la plaindra pas, se demandant comment on peut être odieuse à ce point avec son conjoint. L'époux n'a pas inventé l'eau froide mais il est si naïf qu'il en devient attachant, enfin toujours à ce que pense ma voisine parce que faudrait retracer la situation.
Poison, arme blanche, revolver ... ce ne sont pas les armes du crime qui manquent et chacun des protagonistes y met de la bonne volonté pour régler la question cruciale, à savoir qui va emménager dans le futur triplex avec vue imprenable sur la tour Eiffel.
Cela fait deux mois que la pièce cartonne au Mélo d'Amélie et m'est avis qu'elle va rester longtemps à l'affiche. Ce n'est pas une excuse pour remettre la sortie à demain. Allez y avec des copains avant de poursuivre paisiblement la soirée autour d'un bon repas chez les uns ou plutôt chez les autres. C'est tentant avec un horaire de spectacle à 20 heures. La nuit vous appartient.

Le Bal des Crapules de Luc Chaumar
Mis en scène par Corinne Boijols
Avec Serge Da Silva, Nicolas Thinot, Séverine Delbosse, Marie Lanchas
Du mardi au samedi à 20 h 00, le dimanche à 17 h 30, supplémentaire le samedi à 16 h 00

Le Mélo d'Amélie, 4 rue Marie Stuart 75002 Paris
01 40 26 11 11

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés