vendredi 22 mars 2013

Lancement du webzine ZIGZAG BLOG de Gérard Rancinan & Caroline Gaudriault

C'était ce soir, au Tokyo Art Club du Palais de Tokyo.  Gérard Rancinan et Caroline Gaudriault fêtait la naissance de leur webzine.

Dirigé et édité par Caroline Gaudriault, ZigZag-blog analyse les changements de notre société et propose des témoignages artistiques.

« Notre webzine part du principe que la pensée ne va pas d’un point A à un point B en ligne droite, mais évolue en spirale. Partisan de fuir le consensus, il respecte les contradicteurs. La vérité étant multiple et souvent remise en question, notre réflexion est en droit de zig-zaguer, comme le fait notre époque qui se cherche » explique la journaliste.

Ce magazine entretient une étroite relation avec les travaux du duo Rancinan/Gaudriault et contient l’ensemble des réflexions qui interviennent dans la mise en œuvre de leurs créations.

Il est en permanence enrichi par des conversations avec les personnalités de notre époque, pour proposer de nouvelles pistes de réflexion et cerner une radioscopie de notre humanité... d’une opinion à l’autre !

Ils invitent intellectuels et artistes à témoigner, se confronter et zigzaguer d’une opinion à l’autre... On pourra ainsi lire Jacques Attali, économiste et conseiller d’Etat, Paul Ardenne, critique d’art, Axel Kahn, Généticien et Directeur de l’École de médecine de Paris, Zhang Huan, artiste plasticien chinois, Jacques Revel et Jan Assmann, historiens, Paul Virilio, urbaniste et philosophe, Claude Hagège, linguiste, Subodh Gupta, artiste plasticien indien ou encore Ignacio Ramonet, directeur du Monde Diplomatique.
La soirée était animée et de nombreuses idées s'exprimaient sans tabou ... et pourtant l'assistance affichait une forme de conformisme, patientant pour s'abreuver (en toute modération évidemment) d'un mojito, en ignorant peut-être que c'est le cocktail le plus demandé au monde.
C'est Press Power ou la dictature des medias, une photo de la série Chaos qui avait été choisie pour illustrer le concept. On la voyait partout, entière ou coupée, en petit ou grand format ...  sur les revers des vestons, et même sur les murs des toilettes. Chacun était d'ailleurs encouragé à la télécharger, l'imprimer et la coller sur les murs sans être hors-la-loi bien sur, et même à se mettre en scène avec. Les meilleures initiatives ont l'honneur de la page facebook de l'artiste.

Un autre cliché de Gérard Rancinan a beaucoup été remarqué. Intitulé Riot en référence à Joe Strummer, le chanteur des Clash qui hurlait sur scène son « White Riot », cette photo a fait la une de Paris Match le 5 janvier dernier.
Gérard Rancinan manifeste combien l'énergie du désespoir s'attise en période de crise en faisant craindre une recrudescence des émeutes. En orchestrant la confrontation des idées, le webzine en sera le complément logique.
Leurs expositions marquent les esprits à Londres, Amsterdam, et bientôt Los Angeles et Bratislava, avec force, et poésie. J'aime particulièrement Hypothèse IV, en souvenir d'Hiroshima, 2010.
Les deux créateurs ont l'habitude de pointer la perte de repères de notre société comme on pouvait le constater dans « Hypothèses », qui a été publié aux éditions Paradox. Sa lecture est édifiante. On y rappelle (on le sait mais on oublie malheureusement ces données) que 
25 langues disparaissent chaque année, 
25 espèces naturelles meurent chaque jour,
4 industries maîtrisent 75% du marché mondial de la musique
8 majors contrôlent 85 % du cinéma mondial
5 pays du monde contrôlent l'industrie culturelle
6000 langues existent, mais 4% seulement d'entre elles sont parlées.
Chaque photo est prétexte à la discussion et à la réflexion. Gérard est d'ailleurs un hôte fort sympathique qui communique facilement. J'ai vite été convaincue et je me suis livrée à l'exercice, avec mes humbles moyens. J'ai remarqué que si Gérard Rancinan et Caroline Gaudriault dénoncent la standardisation ils ne perçoivent sans doute pas qu'ils peuvent aussi y succomber ... en sacrifiant à la mode qui imprime les logos des entreprises sur des M&M's. Personne n'est parfait !

Je vous donne rendez-vous dans quelques semaines pour porter un autre regard sur l'évènement ... c'est le privilège du blog qui est un media ultra souple et réactif.

Je ne suis pas moi-même à une contradiction près.

J'apprécie pour l'heure une vue magnifiquement glamour sur la Tour Eiffel depuis la terrasse du Palais de Tokyo où je ne serais pas surprise de voir Woody Allen prendre le frais.

Et je profite des excellents choix musicaux du DJ. Il n'est pas si courant d'entendre Idir sur les platines.

Un petit cadeau très astucieux a été offert à chacun : un crayon de papier qui peut être une arme pour exprimer une opinion.

Beaucoup d'entre nous ont ensuite visité l'exposition de Julio Le Parc qui sera visible jusqu'au 13 mai.

J'y consacrerai un billet spécial.

Palais de Tokyo 13 avenue du Président Wilson, 75116 Paris
Site de Gérard Rancinan ici
Le webzine Zig-Zag Blog.com 

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés