mardi 20 octobre 2015

± 5 mètres pour scruter la planète en compagnie de Joe Bunni

Si je vous dis que je reviens de la projection d'un film défendant la planète vous allez penser qu'il est signé Yann Arthus-Bertrand, ou Nicolas Hulot ... Mais il existe de nombreux autres photographes et/ou écologistes qui en ont fait leur combat.

Joe Bunni est de ceux-là. Il est difficile à définir en quelques mots. Au "civil" il est dentiste. mais ses loisirs il les consacre à trois passions, la photographie, la plongée sous-marine et la sensibilisation au devenir des océans et des espèces menacées.

Une de ses photos a fait le tour des mers. Celle d'une ourse dressée à la verticale, la tête hors de l'eau. cet animal qui est un des plus dangereux au monde est devenu le symbole d'un continent en sursis, l'Arctique. Car il n'y a plus que 2000 individus.

Dans le cadre de l’association SOS Océans qu’il a fondée Joe Bunni est à l’origine du concept du film et de la série ± 5 mètres, un projet né il y a plus de trois ans en feuilletant le livre numérique offert aux chefs d'état et regroupant l'ensemble de ses clichés. Le photographe a entrepris un tour du monde avec Emmanuelle Grundmann, reporter naturaliste, et François Sarano, docteur en océanographie pour scruter la beauté et la fragilité de la terre et ramener un film de 90 mn écrit et réalisé par Dominique Hennequin. 

J'ai eu la chance d'être invitée en avant-première dans cette si belle salle de la Géode, dédiée à la découverte et la préservation de l'environnement, labellisée COP 21. Cette structure s’impliquera activement en présentant à un large public une programmation toute particulière et exclusive de films, d’avant-programmes et de soirées exceptionnelles du 30 novembre au 12 décembre avec une sélection de films de la production internationale : Arctique, Baleines, Destination Pacifique, Under the Sea, Mini Héros 3D, et bien entendu ±  5 mètres qui sera projeté le 4 décembre à 19h30.

Je n'ai aucun scrupule pour en parler puisque le film va être diffusé sur Arte où plus de 40% des programmes sont des découvertes, avec en voix off française Feodor Atkine, un comédien qui est depuis longtemps la voix du docteur House.

Vous aurez vous aussi accès à ce beau voyage autour de la planète bleue le samedi 21 novembre à 20 heures. Ensuite il y aura 5 fois 52 minutes à 19 heures du 7 au 11 décembre.

En nous révélant ce qu'il y a de merveilleux à voir à plus ou moins cinq mètres de la surface des océans, le film nous alerte sans détour : si nous continuons comme ça il n'y aura plus un seul poisson à manger dans les océans. Le chiffre est facile à retenir !

Joe Bunni s'intéresse aux géants comme aux plus petits être vivants comme ceux qui peuplent les récifs coralliens indonésiens. Son voyage passe par les rivières et mangroves et va jusqu’aux confins de l’Arctique.

Il est allé aux quatre coins du globe à la rencontre de scientifiques et d’experts, qui proposent des pistes de réflexion et des solutions de préservation innovantes pour préserver ces lieux menacés par la pollution et le réchauffement climatique. Leurs conversations ponctuent chaque séquence.

Sur la droite de l'écran un curseur indique à quelle profondeur on se trouve. Le déroulement est régulièrement interrompu par des clac clac accompagnant l'apparition de photographies.
Certaines sont époustouflantes. On a remarqué Joe Bunni accueillir les invités ce soir. On sait donc qu'il est revenu vivant et entier. Le doute nous envahit quand on le voit tout près d'un varan ou d'un alligator. Il pense savoir jusqu'où il peut s'approcher d'un animal, et que celui ci perçoit la peur ou la sérénité. Il n'empêche que le danger est bien réel. Un varan ne mange qu'une fois par mois mais un corps entier.

On apprend que la moitié des surfaces des mangroves a disparu. Or ce sont des remparts naturels contre les ouragans et les tsunamis. Pourtant il existe des solutions. Comme celle qu'encourage Oceanium dans le reboisement des mangroves en replantant les propagules avec la population locale.

C'est à mettre en parallèle avec une photo de Joe Bunni s'accompagne de cette "petite" remarque : 0,1% des transactions financières d'un pays comme le Luxembourg permettrait de replanter la mangrove sur la surface d'un continent.

La vision de récifs coralliens déserts et blancs comme neige est effrayante. On a parfois l'impression de regarder un film de science fiction alors que tout est bien réel. Huit millions de tonnes de plastique empoisonnent les océans dans cinq immenses dépotoirs qui tournent sur eux-mêmes.
Toutes les images ne sont pas alarmantes. Certaines sont très belles. Comme les baleines à bosse, les morses et un nez à nez incroyable avec un alligator. On apprendra que la peau de requin est soyeuse si on la caresse dans un sens, rugueuse comme du papier de verre en sens inverse. elle est conçue pour réduire la résistance dans l'eau et améliorer l'hydrodynamisme. Les industriels s'en sont inspirés pour recouvrir la carlingue des avions d'un vernis qui permet par voie de conséquence de grandes économies de carburant.

La découverte du cadavre d'une baleine est un moment d'émotion, le plus grand choc qu'il ait ressenti me dira Joe Bunni après la projection. Mais, contre toute attente la mort de cet animal a dû être naturelle et non le résultat de la pollution.

Le film se prolonge par un livre coédité par Arte & les éditions La Martinière.

Il est accompagné à la Géode par une exposition labellisée COP 21, "Climat, l’expo à 360°", de photographies de Joe Bunni, qui est présentée jusqu’au 20 mars 2016. 

± 5 mètres, écrit et réalisé par Dominique Hennequin.
Une coproduction Arte, Nomades TV, avec la participation d'Ushuaïa TV, du CNC, de la région Lorraine, de l'Unesco et de la Fondation Albert II de Monaco.

Profitez des vacances scolaires pour emmener les enfants voir un très beau documentaire scénarisé à la Géode, Mini Héros 3D que j'ai déjà vu.

Et n'oubliez pas la projection sur Arte le samedi 21 novembre à 20 heures 50. Ensuite il y aura 5 fois 52 minutes à 19 heures du 7 au 11 décembre

4 commentaires:

zarline a dit…

Bon, ben je me réjouis du 21 novembre alors. Je me rappelle avoir vu la première photo de l'ours blanc. Elle m'avait fait penser à celle de Paul Nicklen (Polar Obsession, super livre-photo d'ailleurs...)

marie-claire a dit…

Je lui avais aussi trouvé quelque chose de familier sans pouvoir mettre un nom dessus. Merci pour ce parallèle.

Cathy a dit…

passionnée du monde sous marin et ayant une formation en océanographie (que je n'ai malheureusement pas pu concrétiser) j'ai rêvé pendant 91 mn devant Arte ce samedi 21 novembre. Des images surprenantes et le monde marin filmé autrement vraiment chapeau à toute l'équipe. Y Aura-t-il un livre photos suite à ce film ? car le livre +- 5m est indisponible à la vente

marie-claire a dit…

Bonsoir Cathy,
Je ne comprends pas que le livre soit indisponible. Il est coédité par les Éditions de la Martinière et ARTE Éditions
Parution le 15 octobre 2015
26x26 cm - 192 pages
30 euros
Vous trouverez tous les liens Internet pour le commander sur le site de l'auteur : http://www.bunni-arte.com
Merci de votre question qui intéressera d'autres lecteurs.

Messages les plus consultés