jeudi 3 novembre 2016

La vallée des ombres de Xavier-Marie Bonnot

Amateurs de polars et thrillers, La vallée des ombres ne pourra que vous séduire. Et vous êtes nombreux La couverture est on ne peut plus juste, laissant supposer un récit très noir, traversé par de fugaces espoirs que la vie s'adoucisse. J'ai du mal avec ces romans construits sur la fatalité. Le malheur est quasiment inscrit dans les gènes des protagonistes, et ne touche pas pas seulement René Vasseur, qui est le narrateur de l'histoire.
Après vingt ans d’absence, la haine au cœur, René Vasseur revient dans son village natal, au fond d’une vallée industrielle dévastée par la crise. Peu à peu, surgissent les ombres du passé : Samia la femme qu'il a aimée, Lestrade l’ennemi d’enfance devenu flic, Brahim l’ami qui a basculé dans le grand banditisme (frère de Samia), son père, tyrannique et désabusé… Et le drame qui a bouleversé sa vie : la mort de son frère, Rémy, assassiné à dix-huit ans lors des grèves de décembre de 1986.
C'est ce dont nous prévient la quatrième de couverture, et la fiche de l'éditeur n'en dit pas davantage. On apprendra au fil des pages que cet épisode n'est qu'un jalon sur un parcours fait de douleurs.

Par certains aspects ce roman m'a fait penser au très beau livre, couronné du Prix du Premier roman l'an dernier, Après le silence, qui dépeint lui aussi l'univers étriqué de la condition ouvrière dans les usines sidérurgiques.

Je n'étais pas certaine de le lire jusqu'au bout et puis j'ai été happée par le récit. C'est que, au-delà de l'âpreté de l'écriture et derrière la noirceur, on découvre peu à peu une vraie humanité qui relie les hommes et la réflexion sur la paternité prend tout son sens.

Le livre est aussi prétexte à s'interroger sur la notion de justice et de vengeance. Xavier-Marie Bonnot confirme son talent à nous raconter de terribles histoires. 
décor de l’époque n’attendaient que son retour pour que justice soit faite.

La vallée des ombres de Xavier-Marie Bonnot, chez Belfond, en librairie le 3 novembre 2016

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés