mardi 15 mai 2012

Ever Living Ornement au Micro Onde de Vélizy et à la Maréchalerie de Versailles


Selon les responsables des lieux d'exposition, Sophie Auger et Valérie Knochel, l'ornement est un sujet vaste, délicat à cerner tant il déborde tous les champs et se manifeste partout. Jeanne Quéheillard l'estime vital parce qu'il nous relie.

Les entrées sont multiples selon qu'on l'associe au pouvoir, à des rituels ... et la commissaire de l'exposition fait souvent référence au Livre de l'ornement et de la guerre du philosophe et diplomate Jacques Soulillou. C'est depuis plus de quinze ans un spécialiste de la question dans sa dimension anthropologique, mais aussi dans ses rapports avec l’art et l’architecture. Il a contribué au catalogue de l'exposition dont le lancement a eu lieu le samedi 12 mai, conjointement à un parcours guidé fort passionnant, mené par les trois responsables.



Avec ModularFanette Mellier a rhabillé la façade de l'Onde. Elle déploie la technicité du livre avec ses papiers imprimés en tons directs, avec seulement neuf couleurs différentes, mais elle le fait à échelle monumentale.
Ils sont superposés aléatoirement sur les vitres, composant un vitrail immense jouant en journée avec la transparence et la lumière, devenant lanterne colorée la nuit. Il faut s'approcher pour lire en contre-jour la signature de l'artiste.
Georges Ettl est dessinateur industriel. Depuis 1996 il produit des objets, du papier peint et des meubles. La rue traversante s'orne de ses Figures de contreplaqué découpé, sur le thème de l'Apocalypse, issues d'une recherche de silhouettes génériques. Ces objets se démontent et peuvent être envoyés dans une simple enveloppe.
Juste à coté, Pierre Ardouvin a accroché une quinzaine de plats et d'assiettes en porcelaine émaillée ... de Limoges, décorés de photographies des postes de travail des ouvriers. La technique de transfert est empruntée aux assiettes commémoratives et à tous les objets souvenir. Poster est donc en quelque sorte une installation photographique saupoudrée de confettis visant à une pixellisation globale de l'image. Pour un résultat à la limite de la transgression de la sphère intime.
Christian Barani a investi la Boite où il présente un film de 45 minutes qui est le quatrième volet d'une expérience vécue à Dubaï. Il a marché dans la ville-image 8 à 10 heures par jour pendant un mois jusqu'à se perdre dans cet espace tourné vers le profit, où 85% de la population est régie par un contrat de travail de trois ans interdisant toute revendication. Il nous a raconté qu'il a pourtant trouvé là-bas deux feuilles de papier témoignant de la demande, toute respectueuse, de deux ouvriers indiens du Khala, de bénéficier de deux pauses journalières de 15 minutes pour pouvoir boire de l'eau.

C'est tout de même le seul état qui vit sans attentat terroriste, probablement parce qu'il concentre toutes les banques. Like a strategy est un montage spécifique pour illustrer la question de l'architecture, et la femme comme ornement notamment au niveau de la prostitution. Les ouvriers ne peuvent pas faire venir leurs épouses et se tournent vers des prostituées misérables, chinoises, africaines ou marocaines alors que l'espace post-moderne est régi par une prostitution de luxe.

A 85 ans Dorothy Iannone, américaine vivant à Berlin, peint toujours des couples en pleine jouissance de la vie, comme en témoigne cet extrait de The Queen of the Amazons and Achilles.


Timo Nasseri a conçu Epistrophy #6 à partir de ces muqarnas de l'architecture islamique et perse.  

Traditionnellement placé au plafond, le motif est ici présenté verticalement. L'emploi de l'inox renvoie un reflet fragmenté, créant un effet polarisant à l'instar d'un kaléidoscope. Sa situation, face à l'entrée de la salle, attire l'oeil comme un aimant.
Sur le mur, une série de quarante photos noir et blanc, prises à New York en 1979. Ornementation : the Unrelated Object d'Angels Ribé focalise sur un cannage, une plaque d'égout, une grappe de raisin ...

Lui faisant face, le Manteau d'Ernst Jünger de Michel Aubry, amplifie le décalage dont l'officier de l'armée allemande faisait preuve en "customisant" ses tenues militaires. Entomologiste de renom, il collectionnait les coléoptères. Cette oeuvre est en quelque sorte symbolique des médailles, dépouilles et trophées associés à la puissance et au pouvoir.

Avec Dishu Dancer, François Chastanet rend hommage à l'éphémère. De "simples" kanjis tracés encore aujourd'hui en Chine, avec de l'eau sur le sol, pour maintenir une activité calligraphique.
Cocktail Designers et Sébastien Roux lui répondent avec la vibration sonore et visuelle du Wallpaper Music #9.3 qui, comme son nom l'indique, est la neuvième production des artistes. Quatre hauts-parleurs diffuseurs, placés à différents niveaux diffusent une musique spatiale. Il ne manque qu'un banc pour écouter cette musique en lisant la réflexion de Thomas Golsenne à propos des "dangers du papier peint" (pages 73 et svtes du catalogue).

Adrienne Sabrier a installé sa Zone d'exclusion #2 au centre de la salle. Cet ensemble de céramiques où se développe une relative luxuriante végétation abrite 5 Coenobitas, ou, si vous préférez, 5 bernard-l'ermite, avec ou sans "h", avec ou sans trait d'union ... On peut y voir la métaphore d'un monde apocalyptique comparable aux gargouilles effrayantes qui crachent en haut des tours des églises. Il faudrait pouvoir rester la nuit au Micro onde pour voir les crustacés déplacer les coquilles qu'ils ont investies. Il parait qu'ils se baignent en faisant beaucoup de bruit dans la micro-piscine d'eau salée.

A quand donc une visite nocturne pour apprécier les oeuvres sous un autre angle ? Beaucoup semblent s'y prêter naturellement. Quand aux autres, il est certain que le rayon d'une lampe torche ferait apparaitre des ombres et des lumières étonnantes.
C'est par contre en plein jour qu'il vaut mieux s'approcher du bassin du Potager du Roi, à Versailles. Olivier Sévère, avec Sombrer, interroge les notions physiques de poids, de forme et de gravité propres à la sculpture. "Sombrer" est le mouvement descendant sans lequel le marbre ne peut se constituer. De gigantesques masses de calcaire ont sombré, il y a plusieurs centaines de millions d'années, dans les profondeurs, contraintes par des mouvements tectoniques. La pression et la chaleur ont transformé le calcaire en marbre. Il a resurgit à la surface de la terre par les mêmes mouvements tectoniques. Il est, à notre ère, un matériau très largement utilisé dans la sculpture et l'ornement et symbolise le faste architectural dont Versailles est un parfait exemple.

Ici, le marbre ne sombre plus et Olivier Sévère joue sur une poésie de l'impossible. Une tonne de ce matériau flotte à la surface du bassin selon un motif théoriquement bien précis. La prouesse a été rendue possible par la conjonction de 2cm de marbre sur 6 de polystyrène extrudé, biseauté pour devenir invisible, et lesté de plomb pour ne pas se renverser ni bouger. L'artiste avait juste ignoré que des canards s'amuseraient de voir leur univers investi par des pontons ... parfaits pour glisser dans l'eau, rendant le motif désordonné et davantage aléatoire.

La Maréchalerie est le centre d'art de l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Versailles. Trois artistes sont invités chaque année pour créer des passerelles entre art et architecture. L'ornement est de toute évidence une question fondamentale.

Quelle surprise de voir les oeuvres de Cécile Bart en contre-plongée après les avoir appréciées dans une position inverse !

La lumière du jour traverse les toiles en composant une nouvelle palette de couleurs que, là encore on aimerait pouvoir apprécier dans une clarté lunaire.

J'avais découvert le travail de cette artiste au Silo de Marines, expose les Models/Gammes reprenant, sous forme de maquettes au 1/10° accompagnées de nuanciers, cinq expositions antérieures. 

Deux films sont également proposés. Anri Sala donne à découvrir les transformations de Tirana, capitale de l'Albanie depuis 1920 et qui se trouve être sa ville natale. Souffrant de surpopulation, d'une expansion anarchique et d'une pollution atmosphérique la ville semblait avoir été frappée par un cataclysme. Son maire, Edi rama, qui est aussi un artiste à proposé de repeindre les immeubles. La couleur devient ici un  geste politique pour signifier la volonté de changement et la nécessité d'être ensemble dans une ville redevenue "vivable".

Dammi i colori est une vidéo qui vous fera faire un voyage d'un quart d'heure très étonnant. La camera obéit au regard du peintre qui fait surgir les couleurs jusqu'à la saturation.

Il faudra aussi prendre le temps de suivre l'entretien que Jeanne Quéheillard a mené avec Hervé Bagot qu'elle a interrogé sur la place de l'ornement dans la création architecturale contemporaine. Les grands noms sont passés en revue et leurs productions analysées par un regard plutôt incisif.
Ever Living Ornement se poursuit jusqu'au 1er juillet 2012
Au Micro Onde, centre d’art de l’Onde
8, bis avenue Louis Breguet - 78 140 Vélizy-Villacoublay, 01 34 58 19 92
microonde@londe.fr 
Entrée libre du mardi au vendredi, (sauf jours fériés) de 13 h à 19 h, le samedi de 10h à 16h.
A la Maréchalerie, centre d’art contemporain de l'Ecole nationale supérieure d’architecture de Versailles, 5, avenue de Sceaux – 78 000 Versailles, 01 39 07 40 27 lamarechalerie@versailles.archi.fr 
Entrée libre du lundi au samedi (sauf jours fériés) de 14 h à 18 h et le matin sur rdv.
Avec deux Visite performance exceptionnelles organisée par Dector & Dupuy :
Samedi 9 Juin, à 15 h à Vélizy-Villacoublay et Dimanche 1 Juillet, à 11 h à Versailles. Renseignements aux numéros et adresses ci-dessus.

NB : Cette chronique ne prétend pas à l'exhaustivité de l'exposition. Que les artistes que je n'ai pas cités, ou dont je n'ai pas photographié les oeuvres n'y voient aucun signe négatif, mais ma simple limite personnelle. Mon intention demeure, comme toujours lorsque je rends compte d'expositions, de donner envie au public de se déplacer en témoignant que l'art est plus accessible qu'on ne le pense.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés