lundi 21 mai 2012

Des recettes inavouables


Tout n'est que tentation avec cette réédition des recettes inavouables qu'Hachette cuisine vient de rééditer. Feuilleter ce livre est déjà une gourmandise qui, elle ne fait même pas grossir.

Les auteurs disent avoir multiplier les expériences, reconnaissent avoir loupé beaucoup de plats jusqu'à pouvoir prétendre à livrer des assiettes belles (c'est le plus facile semble-t-il pour eux qui sont champions en design culinaire, ce qui n'est pas ma spécialité, c'est le moins que je puisse dire ...) et bonnes.

J'ai bien entendu moi aussi essuyé des échecs cuisants. Le dernier en date, que je ne pensais même pas relater sur le blog, est une tentative de brioche multicolore dans laquelle je me suis fourvoyée en utilisant une poignée de ces bonbons si mignons. Une paire d'heures plus tard, au sortir de la machine, et malgré la conjonction avec un délicieuse sorbet à la framboise, ce fut aussi laid que mauvais.
Ces rollmops en salade de fruits ont été "avalables" sans plus.
Il est architecte, elle est éditrice, et le duo est détonant. Après avoir testé quelques-unes de leurs combinaisons on a envie soi-même de farfouiller dans ses réserves et d'innover à son gré. L'idée, comme ils le disent eux-mêmes quand on cherche à faire un canard à l'orange c'est de se passer d'orange, pas de canard, en prenant par exemple de la confiture d'orange qu'on utilisera comme si c'était du miel ...   J'ai terminé ainsi un fond de pot de confitures de clémentines de Corse.
Ces recettes sont "inavouables" parce que çà ne fait pas chic à l'heure où on nous serine de cuisiner des produits de saison (moi la première), frais en l'occurrence, de reconnaitre qu'on a "simplement" ouvert une boite et qu'en deux temps trois mouvements on peut donner l'illusion qu'on a passé des heures dans sa cuisine. Pourtant beaucoup de combinaisons sont déjà ultra connues, comme le potage -bouillon Kub -courgettes -vache qui rit- qu'on bricole en dépannage, ou parce que c'est tellement réellement bon qu'on ne va pas s'en priver.

L'inavouable fondamentale est tout de même le gâteau au yaourt que chaque maman a du faire au moins une fois dans sa vie ...

La tarte à la tomate, sur fond de moutarde (p.142) est depuis belle lurette un des musts de la famille. Et il me semble qu'on fait tous de l'inavouable sans le savoir. Pour preuve cette tarte "à la volette" qui fut une des premières recettes publiées sur le blog il y a quatre ans.

Il n'y a qu'aux copines que je révèle que la pâte est faite à partir de petits suisses. D'ailleurs j'ai fini par ajouter le libellé "secret cooking" pour tout ce qui est précisément de l'ordre de l'inavouable.


Les coquilles Saint-Jacques flambées au pastis (page 180) et allongées d'une riche crème fraiche d'Isigny, c'est du grand art. Avec un beau morceau de pain pour saucer, çà aussi c'est inavouable. L'écrasée de pommes de terre fut un accompagnement de reine.

La préférée de Seymourina est le crumble de sardines (p.158). Elle écrase le contenu d'une boite à la fourchette, saupoudre de biscuits apéritifs émiettés et fait griller 8 minutes. A servir absolument dans la boite d'origine pour stimuler l'appétit.

Vous avez compris que le plus difficile dans l'exercice est de ne pas citer les marques quand on n'a aucune raison de leur faire "de la pub" ou que l'une est aisément remplaçable par une autre. Un frein que les auteurs n'ont pas, évidemment, mais vous pourrez jongler avec les ingrédients en fonction de votre placard, car le but ultime est tout de même de se simplifier la vie et pas d'allonger le temps consacré aux courses.

Deux voies pour vous lancer sur la piste de l'inavouable, la version papier, en livre, la version web, en live si je puis dire, en allant humer l'air du temps sur le site.
Recettes inavouables et marques cultissimes ! Le best of, de Seymourina Cruse et Steven Ware, Hachette cuisine, avril 2012

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés