mercredi 9 mai 2012

Fruits & légumes magazine, un site et ... un magazine

J'ai beau prétendre connaitre assez bien cet univers, il me semble que l'information n'est pas abondante sur les fruits et légumes. J'ai donc regardé avec attention le semestriel qui porte cet intitulé, et plus précisément le numéro de mai-juin 2012.

Son format dem-page est commode. Le rubriquage est cohérent. Les points de convergence avec A bride abattue sont multiples. Si cette publication semestrielle peut inciter à consommer plus et mieux les fruits comme les légumes je serai la première à applaudir.

Les professionnels de la filière déplorent une baisse de consommation. J'ai entendu la même plainte concernant la viande. On peut se demander à qui donc profitent les changements d'habitude ? Peut-être aux plats préparés si on les lasse dans une catégorie spéciale, alors qu'ils peuvent comporter aussi bien des légumes que de la viande.

Un des grands chevaux de bataille, c'est encore et toujours que le consommateur achète des produits de saison. Je vous donne en mille le fruit ou le légume qui serait le plus ... de saison. Il est présent sur une douzaine de pages et si je lançais un concours sur facebook je ne pense pas qu'il faudrait départager les gagnants.

Je vous donne un indice : il est à la fois fruit et légume, et la rédaction elle-même met son pépin dans la balance, en page 22. Il s'agit du melon que, sans doute par souci de ne fâcher personne, on annonce très bon, quelle que soit sa provenance.

Il y a le melon du Haut Poitou page 48. Celui de "nos régions" un peu plus loin, page 57. L'Association Interprofessionnelle du melon fait elle aussi référence à "nos régions" page 66 avec un caramel de melon, du jamais vu, alors que page 60 le fruit ne provient de nulle part.

Même la Bière de Printemps s'y met page 62, sans se mouiller (un melon). Une bloggeuse page 70 propose une recette sucré-salé. Et c'est pas fini, page 83 voilà celui du Quercy, plus précisément celui de Lectoure, où il est célébré chaque année au mois d'août. On citera même un melon "du sud ouest".

Il faut savoir que le melon Philibon et le melon IGP (respectivement pages 34 et 38) c'est du pareil au même, tout comme le Melon de Guadeloupe page 91. Je ne regrette pas qu'on célèbre le melon à ce point. j'ai moi-même écrit sur le sujet le mois dernier et ce fut un des billets les plus lus en avril. je n'ai donc rien contre le melon, mais j'estime que la rédaction aurait pu ne pas se contenter d'une compilation de recettes. Il aurait été intéressant de consacrer un vrai article au sujet, en écrivant avec plus de détail celui de la page 90, permettant au consommateur de s'y retrouver entre les variétés et les appellations, dans un simple souci de cohérence.

Le focus sur les légumes oubliés (page 14) est extrêmement succinct, ce n'est pas cela qui va doper la demande. Oui je connais le mizuna cité dans ces quelques lignes et je peux ajouter qu'Eric Zeimour se régale de cette salade quand il va dîner avec sa douce chez Septime. Mais vous ne connaissez peut-être pas ce restaurant branché ???

J'approuve la citation des baby kiwis (page 8), que j'ai découvert au Salon Omnivore. De même que la tomate Marmande (recette page 36) qui va bientôt arriver sur les étals d'une grande enseigne. Et je valide également l'association entre stevia et menthe (page 93) parce que la première a un petit goût de réglisse qui s'accorde avec la seconde.

Ce goût est si léger qu'il n'a pas été un frein pour que je remplace les 3 morceaux de sucre classique de mon petit déjeuner par un sachet de Truvia (un extrait de la plante stevia) depuis que je l'ai découverte en novembre dernier au Salon du blog culinaire

On nous met en garde contre les légumes turcs,  et je retiens la leçon. J'ai appris que la sorte de rosée qui recouvre la prune s'appelle "pruine" (page 23).  Dommage de pas focaliser sur les légumes français de saison.

Qui aime bien ... critique bien. Vous aurez compris que mon intention n'est surtout pas de décourager la rédaction dont je loue l'initiative prise il y a trois ans maintenant.

Entre les parutions en kiosque, vous pourrez poursuivre votre éducation légumière sur le site, facilement consultable, et enrichi d'une rubrique santé-beauté en rapport avec le thème. Si après on ne consomme pas plus et mieux les fruits et légumes de nos régionaux c'est à désespérer de l'être humain.

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés