jeudi 21 février 2013

Brioche aux pralines roses

Qui remercier ? Khala qui l'a reprise alors qu'elle circulait déjà de blog en blog ? Mercotte dont les photos splendides devant un paysage enneigé m'ont mise en appétit ? Thierry Nicolas, du blog Cantal paradis vert qui a le premier attiré mon attention sur cette brioche avec une photo sympathique sur facebook ?

J'adore les pralines roses, et tout autant la brioche, alors la promesse de réussir ce dessert en moins d'une heure chrono (c'est-à-dire en se dispensant de l'étape du pétrissage) ne pouvait pas me laisser indifférente et je peux vous dire qu'elle est au four en train de joliment gonfler pendant que j'écris ce billet. Ne faites pas comme moi qui ai oublié le sel .... j'espère que ce ne sera pas raté. J'ai une fâcheuse tendance à oublier cet ingrédient en ce moment.

Je vous donne la recette, telle que je l'ai prise chez Mercotte. Elle recommande de mélanger "dans l’ordre tous les ingrédients dans le bol du robot équipé du fouet plat – la feuille- ou du crochet  sinon dans un saladier et à la cuillère en bois". J'ajouterai que sans robot et avec une fourchette cela marche très bien aussi.
On mélange donc 30 cl de lait tiède, 50g de beurre fondu,  1 oeuf, 1 sachet de levure de boulanger déshydratée, 80 g de sucre vanillé maison, 400g de farine T45, 1.5 cc de sel fin gris. On ajoute ensuite 100g de pralines grossièrement concassées.

Là, sans aller jusqu'aux 200 grammes de Thierry, je suis montée tout de même à 150, parce que c'est trop bon les pralines ... N'ayant pas encore de sucre vanillé maison (je n'ai que du sel vanillé maison, d'ou mon oubli stupide peut-être par distraction) j'ai ajouté le caviar d'une demi-gousse de vanille bourbon Lord vanilla aux 80 g. de sucre.

J'ai versé la préparation dans un moule beurré et fariné. L'idéal aurait été un moule à kouglof, mais impossible de remettre la main dessus. J'ai choisi un moule à savarin plutôt joli. J'ai enfourné dans un four préchauffé à 80° chaleur tournante pour 20 minutes. Le résultat était prometteur.

J'ai ensuite monté la température du four à 180° et poursuivi la cuisson pendant 30 minutes très exactement.
J'ai démoulé sur une grille à la sortie du four, ravie de constater la beauté du résultat aussi bien vu de dessus que de dessous. Mercotte préconisait de déguster à peine tiède mais j'ai attendu patiemment les invités du dîner, ce qui fait que la brioche était quasi refroidie. Aucune réflexion à propos de l'oubli de sel, ce qui fait que je m'interroge en fin de compte sur sa nécessité.

Et quel régal le lendemain matin au petit déjeuner ... en pensant à Mercotte qui se lève encore plus tôt que moi. Mais nous avions quelques flocons de neige en commun ce matin là.

Je vous rappelle que vous avez jusqu'au 28 février pour répondre au jeu-concours du mois sur le blog.

Envoyez-moi vos suggestions de recettes à l'adresse abrideabattue@orange.fr  associant la vanille autrement qu'en dessert. Les plus créatifs d'entre vous pourront recevoir 5 gousses de vanille Lord Vanilla.

5 gousses, pour avoir la possibilité de faire plusieurs essais, et surtout de vous faire plaisir avec cette vanille que beaucoup de professionnels plébiscitent.

Il n'est pas utile de donner tout le détail ni les proportions des ingrédients mais d'en dire suffisamment pour me mettre l'eau à la bouche. Et de vous engager à m'envoyer ensuite la photo et la recette du plat si vous gagnez en acceptant qu'elle soit publiée sur la page facebook de la marque.

Attention, c'est l'originalité qui sera récompensée. Vous pourrez remarquer en lisant la vingtaine de billets que j'ai déjà publiés sur le sujet qu'il existe déjà des recettes salées.

N'oubliez pas d'indiquer votre nom et votre adresse pour aller plus vite si vous gagnez.
Le billet de Khala sur le sujet, version pépites de chocolat
Celui de Mercotte
Le blog de Thierry Nicolas

2 commentaires:

Thierry d'Aurillac a dit…

Elle est vraiment jolie, je pense que tu as du te régaler !!! Bravo.

marie-claire a dit…

Et je t'assure que je pensais à toi en craignant une mauvaise répartition. Mais comme tu écrivais qu'elle était bonne malgré tout ... j'ai été encouragée et je pense que sans ta mésaventure (pardon) je n'aurais pas osé. Cela va devenir un Best à la maison. Mais tu remarqueras que je ne suis pas allée jusqu'aux 200 grammes de pralines ... il y a sans doute une limite à ne pas franchir.
Et puis je les ai vraiment concassées pour les aider à rester en équilibre ans retomber.
Merci encore Thierry !

Messages les plus consultés