mercredi 6 février 2013

Le Micro Onde accueille la deuxième exposition personnelle de Damien Cadio dans un centre d'art français

Ce n'est pas rien : c'est le Micro Onde qui accueille la deuxième exposition personnelle de Damien Cadio dans un centre d'art français. L'artiste a préparé pour l'occasion une nouvelle série de toiles et de nouvelles techniques qu’il associe à des pièces plus anciennes. On peut en parallèle voir d'autres oeuvres à la galerie Eva Hoper où il propose une exposition collective intitulée Coeurs vaillants jusqu'au 16 février 2013.

La surprise vous attend dès l'entrée. Votre perception sera différente selon que vous vous tournerez d'un coté ou de l'autre. Je ne vous serai d'aucune utilité pour guider vos pas.

Il faudra vous en remettre au hasard, selon la volonté de l'artiste qui a tenu à ce que le visiteur contourne quatre cimaises qu'il a conçues en collaboration avec le critique d'art Thibaut de Ruyter comme une boite ouverte et pensée avec un dehors et un dedans pour mieux faire se répondre (ou se fuir) les tableaux qu'il y a accrochés.

L'éclairage est volontairement neutre, utilisant les rails existants.

On m'a dit que Damien Cadio s'évertuait à brouiller les pistes pour qu'on ne soit pas tenté par l'interprétation. Sans chercher j'ai pourtant trouvé. Des mains partout disséminées comme des indices. Ces quatre murs posés au sol m'ont alors apparues comme les deux mains ouvertes de l'artiste, prêtes à se refermer sur nous.

Difficile de comprendre les titres des oeuvres. Damien Cadio n'a d'ailleurs pas souhaité qu'ils figurent sous les tableaux. Ils résonnent comme des énigmes (Janvier pour le premier tableau illustrant cet article), des vers poétiques, ou sont mêmes totalement hermétiques comme Disgrfaces ... et pourtant ils existent comme pour nous dire : j'y vois cela, et vous ? Et comme nous manquons de recul le regard se perd dans un détail. Je n'ai fait qu'accentuer encore le point de vue.
Il collationne des images, prélevées dans des magazines ou repérées sur Internet. C'est dans ce répertoire qu'il trouve l'inspiration pour ses oeuvres et cela donne des tableaux extrêmement surprenants.

Comme ici où l'on pourrait supposer des rochers au milieu d'une rivière  ... alors que ce sont des morceaux d'ail mis à frire dans une poêle.
Plutôt adepte de la technique traditionnelle, Cadio peint à l’huile sur toile ou sur bois. Il construit des harmonies sourdes avec des sous-couches colorées, franches, pures. Le plus souvent, son pinceau éteint la lumière en posant des touches de plus en plus sombres, des terres, des bruns, des bleus de Prusse jusqu’au noir. Une peinture sombre qui rappelle les séries d’autres grands noms qui ont magnifié le noir comme, Rembrandt, Manet... et surtout Goya.
On pourra aussi remarquer les références aux quatre éléments, avec une prédominance de l'eau et de la terre. Et la récurrence de motifs comme la brique ou le coeur, en très petit (26 sur 30 cm) ou très grand format.
On retrouve les mêmes éléments sur les video qui sont visibles coté esplanade.
Damien Cadio Excalibur, du mardi 22 janvier 2013 au samedi 06 avril 2013
au Micro Onde, centre d'art de l'Onde, 8 bis avenue Louis Breguet 78140 Vélizy-Villacoublay 
du mardi au vendredi de 13h à 19h
le samedi de 10h à 16h et 1h avant chaque représentation
fermeture dimanche et lundi
Durant les vacances scolaires, les visites se font sur rendez-vous de 10h à 16h, sur contact avec Laureline, chargée de la médiation sur les expositions au 06 19 77 32 89

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés