dimanche 5 février 2017

Silence on tourne au Théâtre Fontaine

Après Frou Frou les bains et l'immense succès de Thé à la Menthe ou T'es Citron, qui a remporté le Molière de la meilleure pièce comique en 2011, Patrick Haudecoeur revient avec une équipe de cinéma délirante... et c'est agréable de constater que la comédie a encore de beaux jours devant elle.

Ça commence fort intelligemment en musique avec trois musiciens qui font un boeuf devant le rideau rouge. Et nous les retrouverons juste avant les saluts avec leurs instruments.

Entre temps ils auront joué leur rôle de techniciens sur le tournage. Car c'est à la mise en boite d'une séquence du mari trompé qui interrompt une représentation pour tuer l’amant de sa femme que nous sommes conviés.
 
 
Invités ? Oui car nous faisons partie de l'histoire, ... comme figurants. L'un d'entre nous sera d'ailleurs tiré par le bras pour monter sur scène.
Au cours du (pseudo) tournage on va découvrir que le producteur est véreux, que le réalisateur, amoureux de la jeune actrice et dévoré de jalousie, s’est promis de démasquer son rival pour lui faire la peau. L’éternel second rôle, quant à lui, est prêt à toutes les crapuleries pour faire décoller sa carrière et l’assistant-réalisateur (Patrick Haudecoeur) doit ménager les uns et les autres d’autant qu’il rêve de réaliser son premier film avec la jeune actrice dans le rôle principal.

C'est une vraie comédie. On rit donc beaucoup, de rebondissement et rebondissement comme dans la plus pure tradition des vaudevilles. Avec aussi des renversements de situation. Car le producteur (Philippe Uchan) descend brutalement de son piédestal alors que la jeune première (Nassima Benchicou) prend de l'ascendant sur l'assistant-réalisateur. Le comique de répétition fonctionne aussi à merveille avec le "grand" Stéphane Roux qui passe constamment inaperçu alors qu'il est persuadé du contraire, ce qui n'est pas facile à jouer.

Tous les comédiens mériteraient d'être cités. C'est enlevé et on passe un bon moment. Il est probable que Patrick Haudecoeur (ci-contre) et son acolyte Gérald Sibleyras ont écrit un nouveau grand succès qui arrive à Paris après avoir déjà reçu les applaudissements d'un public régional.

Le théâtre Fontaine est un haut lieu du rire. Outre Jean Richard et le chansonnier Raymond Souplex, le public s'est bousculé pour venir voir débuter Louis de Funès, Roger Pierre et Jean-Marc Thibault. Quelques années plus tard ce seront les débuts de Claude Rich, Guy Bedos, Rosy Varte ou Raymond Devos. En 1964, Jean Poiret et Michel Serrault monteront sur scène puis ce seront Wolinski, Copi, Luis Rego, Jean-Marc Reiser, Sylvie Joly et plus récemment Les Inconnus, Muriel Robin, Gérard et Arthur Jugnot, Marie-Anne Chazel, Laurent Baffie, Pierre Palmade et Arnaud Tsamère... la liste n'est pas close.
Silence on tourne de Patrick Haudecoeur et Gérald Sibleyras.
Mise en scène Patrick Haudecoeur.
Avec Isabelle Spade, Philippe Uchan, Patrick Haudecoeur, Nassima Benchicou, Jean-Pierre Malignon, Stéphane Roux, Véronique Barrault, Adina Cartianu, Gino Lazzerini, Patricia Gregoire.
Musiciens Jean-Louis Damant et Jean-Yves Dubanton.
Décors Jean-Michel Adam.
Lumières Marie-Hélène Pinon.
Bande son et bruitages François Peyrony.
Théâtre Fontaine
10 rue Pierre Fontaine 75009 Paris
Du mercredi au vendredi 20h30, le samedi 18h00 et 21h00 et le dimanche 15h00.
Réservation par téléphone au 01 48 74 30 68

La photo qui n'est pas logotypée A bride abattue est de Bernard Richebe

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)