dimanche 26 novembre 2017

J'accrocherai sur mon front un as de coeur

Comment ne pas être touché par ce spectacle totalement inédit ? L'Espace Cirque d'Antony (92) nous a habitué à des créations exceptionnelles, mais il faut convenir que J'accrocherai sur mon front un as de coeur est absolument éblouissant de tendresse et d'intelligence sans rien concéder à une très haute technicité.

La famille Pagnot est connue pour savoir tout faire en matière de voltige équestre avec une technique de virtuoses. Leur compagnie Pagnozoo nous avait éblouis il y a deux ans avec la très belle partition Emmène-moiAnne-Laure Liégeois a l'expérience de la mise en scène de textes classiques comme de théâtre contemporain, mettant son savoir-faire exigeant au service de Centres dramatiques nationaux mais aussi du grand plateau de la Comédie Française. Le groupe Louise Jallu et Tango Carbon rassemble des musiciens très doués.

A priori, tout ce beau monde n’avait aucune raison de se rencontrer. Marc Jeancourt, le patron du Théâtre Firmin Gémier-la Piscine, qui les connait tous et qui a une imagination fertile a suggéré à ces talents apparemment opposés de travailler ensemble et il a eu bien raison d'avoir initié un tel projet. La création est purement exceptionnelle et totalement accessible à un large public dès l'âge de 5 ans.

Une forte odeur chevaline se perçoit depuis la passerelle qui mène à l'Espace cirque. Et c'est Anne-Laure Liégeois elle-même qui distribuait les programmes à l'entrée quand je suis passée.

A l'intérieur du nouveau chapiteau de la compagnie le violon couvre à peine le brouhaha. Les musiciens sont installés comme à l'intérieur d'une caravane ouverte sur la piste. Deux chevaux attendent patiemment l'heure du départ. On remarque le dos très large du Clydesdale qui accueillera les voltigeurs et la ligne svelte de l'Espagnol qui est danseur par excellence. Les hennissements des autres sont clairement perceptibles depuis les gradins.
On retrouvera dans quelques minutes tous les cavaliers (et les chevaux !) du précédent spectacle. Les animaux sont impatients de fouler la sciure alors que Jacques Pagnot, alias Monsieur Loyal, y moissonne des étoiles. Le cheval refuse le cadeau ... on jurerait qu'il en sourit, l'animal ... Nous sommes bien au théâtre.

Anne-Laure a beaucoup observé les circassiens et les chevaux. Elle a saisi leur technique et le potentiel qu'elle pouvait solliciter pour théâtraliser les numéros et leur donner une ligne poétique. Les sentiments et les sensations qu'ils suscitent sont ainsi devenus matière théâtrale.

Le spectacle a commencé, en douceur. Un cheval est ce soir partenaire de la ballerine, capable de lui faire la révérence, de la serrer entre ses pattes pour un câlin flanc contre flanc. Un autre dansera le tango. Les sabots claqueront sur le parquet. Il y aura des dérapages contrôlés. Et parfois ce sera un swing qui animera le couple. Les danses seront charnelles. Et la musique sera toujours en accord parfait avec chaque scène.

Avec de multiples évocations comme la bouleversante chanson de Léo Ferré Est-ce ainsi que les hommes vivent ?

Tout s'enchaine en douceur. Une écuyère prend le temps de se plonger dans un livre, sans doute un conte. Plus tard un petit prince et une minuscule princesse (les très jeunes Soan et Lilia Pagnot) réveilleront qui la femme, qui l'homme. Un prince s'élancera sur son cheval noir comme le jais.

Le public vibrera quand les chevaux galoperont à pleine puissance. On retiendra notre souffle quand les voltiges deviendront périlleuses. Et quand la fragile enfant s'envolera on s'interrogera : effet voulu ou accident évité de justesse ? C'est en tout cas très beau et on fond quand l'animal nous regarde droit dans les yeux.
Les costumes sont judicieux avec abondance de tulle pour signifier l'univers de la danse. Les crinières sont magnifiques, parfois colorées.

Les trois univers (cirque-musique et théâtre) s'enrichissent les uns l'autre : figures à cheval, atmosphère musicale et théâtralisation sous des lumières soignées pour réinventer le cirque. Ce soir la démonstration nous est magistralement faite que le cirque (aussi) est un théâtre. La metteuse en scène  a réussi le pari de raconter une histoire avec d'autres mots que la parole : ceux du geste, du mouvement, de la prouesse, ceux du cheval. Son silence, le bruit de sa course, son dialogue intense avec l'homme, tout cela sans les mots, sans la parole, comme elle le dit elle-même, autour du thème du besoin de l'autre, faisant naître une histoire simple, celle d'un cirque plongé dans une sorte de mélancolie jusqu'à l'arrivée de l'Etranger...

Et si vous n'êtes pas encore convaincu visionnez cet extrait.

Marc avait bien raison de tenter l'extra-ordinaire. C'est un vrai cadeau de Noël au public.

J'accrocherai sur mon front un as de coeur
Théâtre équestre de la Compagnie Pagnozoo
Mis en scène par Anne-Laure Liégeois, assistée de Inès Garde
Avec en piste Nolwen Gehlker, Alice Pagnot, Calou Pagnot, Jacques Pagnot, Johan Pagnot et Mickaël Thabourey, avec la participation de Soan et Lilia Pagnot
Musique : Bernard Cavanna et Louise Jallu
Et les chevaux Timothé, Viking, Victor, Papito, Kala, Oman, Andy, Leston, Néomio, Mitico et Pompom.
Musiciens : Louise Jallu, bandonéon, Mathias Lévy, violon, Grégoire Letouvet, piano et Alexandre Perrot, contrebasse
Création lumière : Dominique Borrini et Patrice Lechevallier
Costumes de Séverine Thiébault
Durée : 1h
Du 24 novembre au 23 décembre à l'Espace cirque d'Antony
Rue Georges Suant, 92160 Antony - 01 41 87 20 84
A 20 heures les vendredi et samedi (sauf le samedi 9 décembre, 18 heures)
Les dimanche à 16 heures
Supplémentaire à 15 heures le samedi 23 décembre
Représentation scolaire : lundi 11 décembre 14h30
Le spectacle sera ensuite en tournée en commençant par Goussainville du 26 au 28 janvier 2018

Il ne faut pas manquer non plus cette saison Les Époux dans la mise en scène de Anne-Laure Liégeois que j'ai eu la chance de voir il y a quelques mois et qui m'a totalement enthousiasmée.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)