vendredi 20 avril 2012

La vie cachée des poupées de Gisèle Bienne


Je connais Gisèle depuis un an. Et c'est toujours avec plaisir que j'ouvre le dernier livre d'un auteur que j'ai rencontré. Autant le dernier qu'elle avait écrit pour la jeunesse,  On n'est pas des oiseaux, m'avait été difficile à lire (j'aurais préféré un sujet plus léger même si en fin de compte c'est un ouvrage que j'ai énormément apprécié) autant cette vie cachée s'est laissée avaler facilement, presque trop.

Vous allez penser que je critique toujours. Mais, très franchement, l'intrigue est un peu simpliste. Ingrid est une pré-ado qui chaparde des poupées à gauche, à droite avec toujours une "bonne" justification à ses rapts. On se demande quel est le jeune lecteur qui va se passionner pour une telle histoire. Vous me direz aussi que j'ai largement passé l'âge de la cible de la collection et que je ne peux pas juger. Si ! Depuis que j'ai adhéré au manifeste de Anne Fine (il n'y a pas d'âge pour un bon livre, comme le prône le nottoagebanding) je prétends que qui peut le plus doit le moins.

Par chance pour ces poupées je me trouvais en position captive, dans un train où je n'avais pas prévu de faire autre chose. J'ai donc poursuivi la lecture. Bien m'en a pris et je félicite Gisèle pour deux raisons. Le sujet qui est habilement traité, une fois qu'elle a fini de le tirer par les cheveux. On va dire, pour laisser un soupçon de suspense, qu'il tourne autour du thème de la maternité. L'auteur n'écrit précisément pas à la légère. Elle est même bien documentée, comme en témoigne la référence au grand festival de marionnettes de Charleville-Mézières (page 73).

Seconde raison, la fin ne rassasie pas le lecteur  qui a encore un effort d'imagination à faire. Et l'on apprécie que le livre ne soit pas donneur de leçon. Voici donc un ouvrage aussi précieux sur un sujet délicat, que celui d'Allen Say qui avec Allison parvient à émouvoir et expliquer avec économie de mots (Ecole de loisirs, 1998). Un album que je recommande à tous les parents qui ne sauraient pas comment aborder la question de la filiation avec leur progéniture, à partir de trois ans.

Et pour ceux que le thème intéresse, voici quelques autres références :

Chien bleu / Nadja - Ecole des Loisirs, 1989
Jujube / Anne Wilsdorf - Kaléïdoscope, 1998
Pistache / Christian Poslaniec - Sorbier, 1986
Une maman pour Choco / Keiko Kasza - Kaléidoscope, 1993
En attendant Timoun / Geneviève Casterman – Pastel, 1999

La vie cachée des poupées de Gisèle Bienne, collection Médium de l'Ecole des loisirs, mars 2012

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés