lundi 16 avril 2012

Roméo et Juliette adapté et mis en scène par Ned Grujic au Théâtre 14

On se croirait devant les ruines d'un théâtre antique marqué par l'impact des balles. Des personnages inquiétants apparaissent en hologramme derrière des fils rouges dont on comprendra vite que ce sont autant de vies que les Trois Parques vont briser.

On connait la pièce de Shakespeare qui s'acharne à démontrer que si l'amour n'a que faire des haines familiales ... la fatalité rattrapera toujours ceux qui se pensent plus fort qu'elle. C'est un thème cruellement universel.

La musique prend très vite une place déterminante dans le spectacle sans le transformer en comédie (tragédie) musicale. C'est un des éléments majeurs qui redope une histoire que l'on connait trop bien. La pièce y gagne en intérêt.

On sait combien la musique est présente dans la vie quotidienne des slaves. L'importance que lui accorde le metteur en scène est donc tout à fait naturelle. Ses racines lui permettent de nous faire entendre une musique authentique et des chants d'inspiration macédonienne, croate, serbe ou slovène. Avec des choeurs traditionnels chantés a capella, des chants liturgiques orthodoxes et des musiques enregistrées d'orchestres de cuivres, en particulier Goran Bregovic qui avait composé la musique du film le Temps des Gitans d'Emir Kusturica.

Les morceaux chantés et dansés apportent un rythme et une respiration à une pièce qui prend aussi des accents géopolitiques. Il est facile de voir dans la querelle entre les Montaigu et les Capulet une métaphore de la guerre qui opposa Serbes et Bosniaques. Ils étaient voisins et ils se sont entretués. Des familles ont été brisées.

Le traitement aurait pu être artificiel. Mais la compétence des comédiens en musique et en chant est un gage de qualité. Violon et accordéon sont joués en direct. Un instant on imagine que cela va bien se terminer. La fête joyeuse tourne hélas (évidemment) à la tragédie. Les jeunes gens n'y résisteront pas.

Il faut souligner aussi l'homogénéité de la distribution et de la mise en scène qui rend savoureux tous les rôles. Le Roméo et Juliette de Ned Grujic dépasse largement le cadre de l'histoire d'amour entre deux jeunes gens.

Il y a beaucoup d'énergie et aussi de jolis moments de joie. Il faut espérer que le spectacle partira en tournée car il serait dommage de le limiter au seul public parisien.

Roméo et Juliette adapté et mis en scène par Ned Grujic au Théâtre 14, 20 avenue Marc Sangnier 75014 Paris 01 45 45 49 77 du 6 mars au 21 avril 2012
Direction musicale de Branislava Strizak, avec Joseph-Emmanuel Biscardi, Carole Deffit, Dario Ivkovic, Antoine Lelandais, Claire Mirande, Frantz Morel A L'Huissier, Magali Serra, Emmanuel Suarez, Franck Vincent et Valérie Zaccomer.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)