lundi 23 juin 2014

Soirée perchée avec les Cidres de France

Annoncer une soirée perchée c'est promettre une certaine dose de folie, en tout cas un brin de fantaisie.

L'endroit d'abord, le Perchoir, d'où le titre de la soirée, mais pas que ... parce que le cidre ça peut gentiment vous monter à la tête.

Depuis la rue il faut lever les yeux au ciel pour deviner qu'il se passe quelque chose sur la terrasse de l'immeuble parisien du 14 rue Crespin du Gast, dans le 11° arrondissement. Vous n'aurez pas tort de me dire que mémoriser le nom de la rue est la première performance.

Le Perchoir est un de ces bars à vin un peu secrets. Il est ouvert de 17 h à 2 heures du matin et il faut savoir qu'à 18 heures c'est déjà plein. Un peu comme la Candelaria dont je vous ai parlé il y a deux mois. Ce soir la file d'attente est impressionnante. Beaucoup d'habitués ont tenté leur chance pour gagner une entrée à la soirée privée. Etre bloggeuse est un privilège coupe-file.

Une fois là-haut on se dit que si on habitait New York on trouverait le décor tout juste normal. C'est tout de même très "minéral".

La vue est belle, surtout au soleil couchant, et d'autant qu'une fois n'est pas coutume, il faisait un temps clément, sans une goutte d'eau.
Procédons par association d'idées. Si je vous dis pomme vous me répondrez Newton, ou Guillaume. Je laisse le premier, prends le second. J'ajoute une corde à mon arc. Je convoque aussi Alain Bosquet qui dans son Premier Testament avait dédié un poème à ce fruit :

J’ai dit "pomme" à la pomme ; elle m’a dit "mensonge" ;
Et "vautour" au vautour qui n’a pas répondu.

La soirée est dédiée aux cidres de France. Le pluriel s'impose pour une collective mais il n'est pas mensonger même au premier degré. La variété est presque aussi large que dans l'univers des vins. Pour commencer un cocktail s'impose même si on pouvait choisir au bar de Lancelot parmi 8 propositions de cidre en bouteille et 9 à la pression.
Où avais-je déjà la tête ? Je n'ai pas vu qu'il existait des cidres à la pression. Mon choix se serait porté sur le cidre blanc Val de Rance pour la promesse d'arômes de pamplemousse et de citron et surtout pour guetter la finale de pomme croquée.
Quoiqu'il en soit je n'ai pas été déçue de recevoir un Baiser de Guenièvre. J'en partage volontiers la recette pour que vous le réalisiez à la maison avec au choix le cidre rosé normand de Ecusson (absolument délicieux même nature), une cidrerie basée à Livarot dans le Calvados, ou le cidre rosé de Val de Rance qui vient de Pleudihen, en Bretagne :
1 fraise en morceaux
2 feuilles de basilic
1cl de jus de citron vert
2cl de Stolichnaya (de la vodka tout simplement)
2 cl de sirop de sucre
10 cl de cidre rosé
D'autres ont tenté le Spritz de la Dame du Lac avec 2 cl de Campari, 15 de cidre brut puis une rondelle de concombre t une demi rondelle d'orange pour décorer.

Baptiste Delval a réussi à démontrer qu'on peut mixer le cidre comme d'autres barmen m'ont déjà convaincue de la même chose avec les bières. Il avait conçu un troisième breuvage, l'Excalibur on the Rocks, avec 2, 5 cl de Maker's Mark (un excellent bourbon contenant un petit pourcentage de blé et portant le nom de l'une des plus charmantes distilleries du Kentucky), 1, 5 cl de jus de citron jaune, 1cl de sirop de cannelle et 15 cl de cidre doux, puis une décoration d'un bouquet de menthe.
N'allez pas croire que nous n'avons fait que prendre l'apéritif. Des activités étaient proposées pour satisfaire des goûts très variés. Comme le nail bar de Guenièvre (par contre je ne l'ai pas vue donner de baiser) pour repartir avec une pomme ou une flèche sur l'ongle de l'annulaire, ou la table-ronde d'Arthur dont les bouchées apéritives (préparées par la Guinguette d'Angèle) furent prises d'assaut.
J'ai beaucoup apprécié ce moment de personnalisation d'une étiquette pour une bouteille (de cidre bien entendu) que nous pouvions rapporter dans un joli sac. La graphiste, Coline Girard, (à gauche sur la photo) avait imaginé un univers très frais, qui fait songer à Sempé. Elle n'a pas ménagé son crayon pour croquer des étiquettes pour ceux qui ne se sentaient pas une vocation d'artiste.
Partout des pommes, des flèches, histoire de rester dans le thème du Moyen-Age. Le photo call était amusant et voici le cliché que Florie (ci-dessous à droite) a fait de moi en Anne de Bretagne (à gauche vous aurez deviné).
La vue à 360° est un des atouts du cadre, même si Montmartre parait très loin.
Nos étions plusieurs à retrouver avec gourmandise Clara (reconnaissable au très décolleté démentiel et élégantisssime de sa robe) rencontrée à la Journée Marmiton. Elle avait de nouvelles recettes à son Popcorn Bar, qui est la dernière création de Kristin Frederick, après Le Camion Qui Fume suivi du corner délicatessen, Le Freddie’s deli.
J'ai compris à quoi servait les immenses shakers qui se dressaient derrière les coupes de pops corn. Ils lui servent à aromatiser les céréales une fois extrudées.
On pouvait aussi approcher un rapace, ma foi plutôt sociable. Amusante idée pour un endroit qui s'appelle le Perchoir ... Ce n'était pas le vautour d'Alain Bosquet mais un aigle Harris, nommé Excalibur, venu avec son dresseur.
Et puis surtout, se lancer dans une dégustation à l'aveugle. L'opération fait appel à 3 facultés sensorielles : la vue, l’odorat et le goût. Déguster un verre de cidre dans les meilleures conditions, servi dans un verre à pied à une température de 8/10° permet d’apprécier le nez et la fraîcheur du cidre, ses caractéristiques visuelles et juger de ses arômes.

A la vue on qualifiera l'effervescence : les bulles sont-elles faibles, moyennes ou fortes ? La couleur : pâle, jaune, paille, doré, orangé, ambré, rosé ?

Au nez on appréciera les arômes qui proviennent de la fermentation des jus travaillés par les flores naturellement présentes. La diversité provient de la richesse des variétés de pommes employées (un cidre peut contenir jusqu’à 15 variétés de pommes différentes), des conditions climatiques au verger, du terroir, et des conditions d’élaboration du cidre.

Suivant sa maturité aromatique on peut déceler 1 à 4 arôme dans un  cidre particulier.

J'ai beaucoup aimé le poiré de Fournier pour ses bulles fines, sa vivacité et son acidité en bouche avec une légère note sucrée très équilibrante. La délicatesse des arômes de fleurs blanches était très agréable. Je le verrais très bien sur des gambas grillées.

Un cidre fermier de Normandie m'a plu pour ses arômes exotiques de mangue, de banane et de bergamote.

Vous pourrez à votre tour, et suivant la région de provenance, remarquer des arômes de fruits frais : cerise, ananas, pomme, pamplemousse, pêche, mangue, cassis, fraise, framboise, banane, passion, citron, abricot, coing, poire; de fruits élaborés : pruneau, fruits confits, noisette, noix, compote, figue, noisette, amande, fruits cuits; de végétaux : herbe fraîche, champignon, foin coupé, tabac, thé, menthe, mousse, levure; floraux : fleurs blanches, chèvrefeuille, violette, acacia, miel, rose; épicés : clou de girofle, cannelle, poivre, anis, résine, cèdre, pin; ou encore boisés : sous-bois, bois frais, humus ... tout comme vous le feriez avec un vin.

Les saveurs (acide, amer, sucré) sont elles aussi variables et la persistance en bouche est une dernière caractéristique de la dégustation.
Pendant la soirée un artiste taggeur avançait sur la réalisation d'une fresque à gagner pour celui qui posterait ce soir la meilleure photo sur les réseaux sociaux. Si j'en avais eu le courage j'aurais envoyé la septième photo de cet article ou peut-être celle-ci (ci dessous) en espérant que chacun aurait vu une pomme stylisée sur le ciel de Paris.
Fruité, naturellement léger et rafraîchissant, le cidre démontre qu'il peut être la boisson incontournable du quotidien et des moments conviviaux en famille ou entre amis. La richesse des variétés de pommes et de leurs terroirs lui donnent une palette de saveurs et de couleurs qui ravissent tous les palais.

Il faut savoir que les Cidres de France comptent environ 10 000 producteurs de fruits à cidre et 500 cidriers qui, chaque année, élaborent plus de 100 millions de litres. Ce savoir-faire français est unique. Il est perpétué par des professionnels soucieux de la qualité de leurs cidres et protégé par une réglementation stricte.

www.info-cidre.com / www.alorigineducidre.com

Pour participer à cette soirée inédite, l’inscription était obligatoire sur le site de la soirée soireeperchee@cidre.net (Inscription gratuite dans la limite des places disponibles). Je vous encourage à guetter la prochaine, sans nul doute dans un lieu tout autant insolite.

Le Perchoir, 14 rue Crespin du Gast 75011 Paris  7eme étage sur la terrasse

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés