lundi 9 avril 2018

Anonyme de Luc Fivet, au Ver à Soie


(mise à jour 25 avril 2018)

Je me souvenais de son nom et de celui de son éditeur, le Ver à Soie, peu banal. Il figurait dans la première sélection du Prix Hors concours et ça a du bon d'être conservatrice, j'ai retrouvé très vite mes notes de lecture. Sur l'extrait de Marche ou rêve, j'avais tracé deux étoiles et mentionné "fondamental". Luc Fivet ne fut hélas pas retenu.

Il est de nouveau dans la prochaine sélection Hors concours, toujours présenté par le même éditeur. Je n'ai pas attendu le recueil des extraits pour livre son ouvrage en entier. Je n'ai pas été déçue. Son écriture s'enracine chez Kafka et Beckett dans la tradition du roman noir qui, je dois le reconnaitre, commence drôlement et s'assombrit au fil des pages, allant jusqu'à me flanquer concrètement la trouille.

Un soir, vous rentrez du travail. Un inconnu attend à la porte de votre domicile. Un brave type comme il en existe des millions. Un anonyme. Sauf que celui-là demande un euro pour vous laisser rentrer chez vous. Un petit euro. Surtout, n’acceptez pas. Car cet inconnu va ruiner votre vie.

Luc Fivet nous interroge sur le don et sur l'anodin. C'est le premier euro qui compte dans cette histoire d'engrenage paralogique qui est est une parabole, évidemment.

Bonté, faiblesse, bêtise, même pas de chantage, l'homme se croit donc libre et autonome, il se trompe, il est déjà sous emprise. C'est assez flippant. On se croit malin. Moi à sa place ... sauf que à bien y réfléchir ... chacun de nous est racketté haut la main par les institutions et nos nombreux amis ... ne serait-ce que les opérateurs de téléphonie qui taxent chacune de nos conversations. On a tous un loup dans notre bergerie qui se repaît de notre faiblesse.

Anonyme est un conte philosophique en forme de thriller qui interroge sur la cohabitation dans un monde où chacun joue sa survie. Et qui donne furieusement envie de revoir Manhattan, pas la ville, mais le film de Woody Allen.

Je ne vous dirai pas s’il y a un peu d’espoir à la fin mais je vous livrerai une opinion qui n'engage que moi : il n’est pas certain que le prédateur soit heureux et qu’il fasse de vieux jours.

Âgé d’une cinquantaine d’années, Luc Fivet a d’abord mené une carrière d’auteur-compositeur-interprète et d’auteur dramatique avant de se consacrer pleinement à la littérature. Ses thrillers, où se mêlent suspense et musique, art et Histoire, rencontrent un succès toujours croissant. Il organise également des conférences sur la littérature et propose son expertise comme coach littéraire. Il anime un blog qui offre une série d’analyses de grands polars, thrillers et romans noirs.

Anonyme de Luc Fivet, au Ver à Soie, en librairie depuis le 15 mars 2018
En lice dans la seconde sélection Hors Concours parmi les cinq finalistes.

1 commentaire:

Fabienne Germain a dit…

Ca donne envie de le lire...

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)