mercredi 18 avril 2018

L'être ou ne pas l'être par Les Voyageurs Sans Bagage

Un spectacle réussi sans aucun décor, c'est ce que démontre la dynamique troupe des Voyageurs Sans Bagage qui ne s'encombrent quasiment pas davantage d'accessoires. Par contre les costumes d'Anaïs Tossings sont inventifs et comptent pour beaucoup dans la crédibilité des personnages.

Comment ne pas penser à Shakespeare en découvrant le titre, L'être ou ne pas l'être. la référence est intentionnelle. la pièce démarre par une tirade de Richard III, seul en scène, dont on se demande s'il est sérieux ou non. Le comédien (Rachid Hirchi qui est également l’un des fondateurs de la compagnie), estropié, touchant, s'adresse au public, captant le plus de regards possible.

C'est un dictateur avide de pouvoir, prêt à tout pour arriver à ses fins. Soudainement assoiffé d’honorabilité littéraire, le tyran décide d’enfermer son créateur (Shakespeare) jusqu'à ce que celui-ci réécrive son histoire. Heureusement l'écrivain peut compter sur l’aide d’autres personnages dont Lady Anne, cheffe des révolutionnaires ainsi qu’Hamlet et Mercutio pour mettre en place un plan pour le faire libérer. Au même moment, Juliette est recueillie et adoptée par Richard III qui n’est pas indifférent à ses charmes. Le beau Roméo quant à lui, revient d’un long voyage au Japon sensé lui faire oublier son amour perdu, Rosaline.
Les postures déclenchent autant de rires que les formules dont l'humour est un mix de références culturelles, théâtrales ou empruntées à l'univers de la pop, également de détournements, d'anachronismes, jeux de mots et néologismes :
14 heures, ... drôle d'heure pour une rencontre
 ça va chier, je fais du standhuppe
on ne fait pas d'amelette sans casser des oeufs
Harry Plotteur
je jugule, je suis jugulateur précoce
ou t'es papa où t'es ? (on pense à un autre belge, Stromae)
Le rythme ne connait pas de temps mort. Les comédiens dansent en s'inspirant d'une chorégraphie de Mickaël Jackson sous la direction de Valérie Cornélis. Quand le personnage de Shakespeare regarde un film, ce ne peut être que Shakespeare in love, ... évidemment.
À travers les grands thèmes qu’il aborde, l’amour, la loyauté, la trahison, la quête de pouvoir ou encore la manipulation, ce spectacle moderne démontre l’intemporalité de l’oeuvre de Shakespeare.

Catesby, le fidèle serviteur de Richard III est interprété par Mohamed Ouachen qui est un comédien déjà célèbre sur la scène culturelle belge. Jeune actrice du Conservatoire royal de Bruxelles, Anaïs Tossings a participé à de nombreuses productions théâtrales. Elle interprète un personnage clé de la pièce, Lady Anne et signe les costumes. Véritable touche-à-tout, Barbara Borguet est Juliette, l’héroïne emblématique de l’histoire d’amour la plus célèbre du monde. Acteur en Tunisie et humoriste en France, Nidhal Saadi a été découvert lors de l’émission "On ne demande qu’à en rire" avant de partager la scène de l’Olympia avec Guy Bedos et Michel Boujenah et de prendre ici le costume d'Hamlet.

Shakespeare est Martin Goossens, également membre du collectif Arbatache. Ophélie est jouée par Nihale Touati, sortie du Conservatoire royal de Bruxelles. Yassin El Achouchi est monté pour la première fois sur scène dans le cadre d'un projet proposant à des pères de famille des quartiers du centre de Bruxelles d’endosser le rôle de comédien avec pour mission d’exprimer leurs messages à leurs enfants. Il est Mercutio, l’un des plus proches amis de Roméo. Comédien, auteur et réalisateur, Fionn Perry a suivi des études de cinématographie et a déjà réalisé plusieurs projets de web-séries 

Le spectacle plait. La force des applaudissements à chaque tombée de rideau est un signe qui ne trompe pas. Jusqu'au final, très inventif.

Mohamed Allouchi est éducateur de rue. Son objectif de départ a été de faire du théâtre pour tous, populaire et de qualité en utilisant l'humour comme arme de rassemblement massif, pour lutter contre les inégalités. Il a fondé une troupe en se nourrissant de la force des différences et de la complémentarité des membres de l'équipe.  On comprend la capacité des Voyageurs sans bagage à rassembler un public cosmopolite, abonné comme néophyte, provenant de diverses classes sociales et de toutes les origines.

Leur ambition est aussi d'attirer la jeunesse au théâtre, d'où le soin qu'ils apportent dans l'écriture des dialogues et leur projet de poursuivre l'aventure en adaptant pour le cinéma leur première spectacle, créé il y a huit ans,  "La vie c’est comme un arbre".
L'être ou ne pas l'être
Ecrit et mis en scène par Mohamed et Oussamah Allouchi
Avec Yassin El Achouchi, Barbara Borguet, Martin Goossens, Rachid Hirchi, Mohamed Ouachen, Fionn Perry, Nidhal Saadi, Anaïs Tossings et Nihale Touati.
Costumes : Anaïs Tossings
Sons et lumières : Denis Longree Chorégraphies : Valérie Cornelis
En coproduction avec l’Espace Magh
Au Grand Point Virgule
Du 14 au 22 Avril 2018
Et cet été en Avignon

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)