jeudi 13 août 2009

Des étoiles filantes dans le ciel parisien

C'était hier soir. Mon fils était rentré enthousiaste après avoir passé une heure le nez en l'air dans le jardin. C'est fou ce qu'il y a comme étoiles filantes !

Tu blagues ? Avec la pollution lumineuse dont on nous rebat les oreilles !

T'as pas vu la page d'accueil de Google, aujourd'hui ? On annonçait une nuit exceptionnelle ...

J'avais remarqué effectivement. Et il n'avait pas l'air de se moquer. J'ai pris position sur un fauteuil et me suis tordu le cou, ai écarquillé les yeux. Rien. J'ai battu en retraite au bout d'une heure.
C'était pas ma nuit !

Mais je suis têtue. J'aime comprendre. J'ai fait alors les choses en grand. Après avoir attrapé un matelas (si on veut camper à la belle étoile faut un minimum de confort) je me suis allongée bien décidée à au moins en voir une.

Sept ! elles furent sept , assez rapprochée et effectivement très longues, très larges et bien reconnaissables. Rien à voir avec un clignotement (ou la trainée d'un avion ... aucun risque de confusion). C'est assez fulgurant, disons comme un feu d'artifices. La première fut la plus impressionnante. Comme le premier éclat de rire de son enfant. Surprenant et joyeux.

Je l'ai vue exactement dans ce sens, du bas vers le haut. Les trajectoires variaient. Les couleurs aussi. Parfois bleutées, parfois rougeoyantes.

Fin juillet j'étais dans la Meuse. J'avais été surprise par le nombre de points blancs dans le ciel si noir. Combien d'étoiles filantes ont dû zébrer le firmament cette nuit !
Difficile d'imaginer qu'en passant ses vacances en banlieue parisienne on pouvait quand même se régaler d'une pluie d'étoiles filantes. J'aurais pu y passer la nuit. Il faisait enfin frais alors que l'intérieur de la maison est plutôt étouffant ces temps-ci. Mais soudain, derrière mon dos, un raclement m'a fait sursauter. Un piétinement de feuilles sèches pour le moins incongru assez effrayant a suivi aussitôt. Je suis rentrée pour ne pas déranger l'animal.

Car j'avais deviné son retour dans le jardin, qu'il traverse toujours de la gauche vers la droite, ce doit être une histoire de sens giratoire ... C'est ... un hérisson voyons.

Et ceux qui ont eu la chance d'en entendre la nuit savent bien de quel raffut une si petite chose est capable.

2 commentaires:

Annie a dit…

Zut ! J'ai loupé cela. Préviens-moi la prochaine fois. J'ai essayé depuis mais avec un ciel couvert de nuages cela n'a rien donné.
bisous

MMN a dit…

J'avais trop sommeil... suis allée me coucher après avoir à peine vu les 4 premières étoiles dans le ciel lorrain et quelques chauve-souris...

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)