mardi 25 novembre 2014

Connaissez-vous la bière de Noël ?

On connait la bière de printemps, peut-être parce qu'elle est présentée au mois de mars au Salon de l'Agriculture, qui est une bière de fermentation haute ambrée et peu alcoolisée (4, 5 à 5, 5°). Mais la bière dite de Noël dont on commence à parler de plus en plus n'est pas une nouveauté.

On brassait autrefois les bières au rythme des récoltes. Afin d'écluser leur reste de matières premières pour pouvoir accueillir la nouvelle récolte, les brasseries du nord de l'Europe utilisaient toutes les réserves d'orge et de houblon restant dans les greniers pour confectionner en octobre (elle était au Moyne-âge appelée bière d'octobre) une bière destinée à être consommée à la fin de l'année.

C'était une bière de type ale, forte et dense, puisque riche en matières premières. Elle était traditionnellement offerte aux employés et aux bons clients en guise d'étrennes. Les contraintes de conservation et de transport ont aujourd'hui disparu, mais cette tradition a donné lieu au commerce d'une bière de saison disponible uniquement pendant le mois de décembre. On l'appelle bière de Noël et j'ai eu l'occasion de goûter l'Affligem Christmas.

Sa palette aromatique est forte au nez, avec des notes d'épices, de miel et de fruits secs qui s'accordent parfaitement avec l'esprit festif. Sa robe est translucide avec des reflets de caramel roux. Elle est ronde et généreuse. Son amertume est marquée mais elle n'est pas dérangeante parce qu'elle génère une sensation de fraîcheur. C'est une bière brune titrant 6, 7° d'alcool. A consommer donc avec modération.

Les gourmands pourront l'associer avec originalité avec quelques chocolat ou des marrons glacés. L'accompagnement sera différent en fonction du moment de la journée. Pour ma part, je l'ai appréciée avec un sandwhich épicé : un pain aux céréales, des lamelles d'un fromage au wasabi du Moulin des délices, de fines tranches de betterave Crapaudine, une chiffonnade de jambon, une poignée de mesclun. 

Affligem est une marque de bières de caractère qui prend ses racines dans les Flandres belges en 1074. On m'a raconté que l'on doit l'activité brassicole à six brigands de grands chemins, graciés par la Couronne de Belgique, qui ont décidé de se repentir et revêtir la robe monacale. Ensemble, ils posent les premières pierres de l’abbaye qui allait devenir l’une des plus puissantes de la région des Flandres : l’abbaye d’Affligem.

Leur vie monastique est alors rythmée par les prières, mais aussi par la culture de leurs jardins pour subvenir à leurs besoins. Ainsi naquit leur activité brassicole, perpétuée durant près de sept siècles, qui devint le symbole de leur hospitalité et de leur savoir-faire.

Leur monastère sera partiellement détruit par les révolutionnaires français. Les moines sont expulsés et dépossédés de leurs terres. En 1841, sous l’impulsion de l’un de ses survivants, Dom Veremundus d’Haens, les autorités ecclésiastiques permettent la restauration canonique de l’abbaye. L’abbé, qui avait précieusement conservé la recette, parvient à relancer l’activité brassicole.

Une nouvelle fois contraints de quitter les lieux pendant la Seconde Guerre mondiale, les moines ne retrouveront l’abbaye et une brasserie complètement détruite qu’en 1947. Ils décident alors de confier la fabrication de leur bière à des brasseurs laïques. En élaborant la Formula Antiqua Renovata en 1950, le FrèreTobias adapte la recette originelle aux techniques modernes de brassage pour en permettre la transmission à des brasseurs indépendants.

Depuis 1970, le brassage s’effectue à la brasserie Affligem à Opwick, village voisin de l’abbaye. L’abbaye, quant à elle, continue d’abriter une communauté active de 17 moines, régie par le père abbé, Dom Rik de Wit. Propriétaires de la marque, les moines exercent à ce titre un droit de regard sur l’ensemble des actions de la marque Affligem.

Outre la bière de Noël on peut varier avec Affligem Blonde aux reflets d’or et de cuivre. C'est une bière blonde, ronde et complexe. Ses saveurs intenses, fraîches et subtilement fruitées, allient des notes d’agrumes, de fleurs d’acacia, de miel et de pain d’épices. Elle est longue en bouche, donnant l’occasion de profiter de son équilibre doux-amer.

La "Prima Melior" était le brassin d’exception de l’abbaye. Brassée avec une quantité d’eau moins importante pour une quantité d’orge plus importante, sa consommation était exclusivement réservée au père abbé. C’est cette Prima Melior qui porte aujourd’hui le nom d’Affligem Tripel.

D’un blond doré soutenu, lumineux et nuancé de roux, c'est une bière ronde et charpentée, aux fines bulles et à la mousse généreuse. Elle délivre des saveurs confites et épicées exhalées par un long processus d’élaboration. Plus corsée que les bières d’abbaye traditionnelles, elle titre 8, 5 °. Elle est longue en bouche, soutenue par une amertume dominante.

Quant à la Cuvée Florem, c'est le résultat de la quintessence du savoir-faire de la brasserie Affligem. Son élaboration s’est faite pendant près de deux ans pour créer cette bière qui révèle un bouquet riche et raffiné. Un harmonieux mélange de saveurs florales houblonnées, complétées par des notes muscatées discrètes et acidulées, dans la plus grande lignée des bières de l’abbaye d’Affligem.

D’un blond cuivré avec des reflets dorés et une belle transparence, elle est lumineuse et brillante. Sa complexité immédiate sur le floral pourrait s’apparenter aux senteurs des fleurs de sureau et à l’herbe coupée. Elle s’accompagne de notes d’agrumes avec une légère odeur de fermentation de fruits et d’épices. L’attaque en bouche est douce, très légèrement sucrée avec une pointe d’acidité. L’amertume discrète favorise une impression de fraîcheur douce.

C'est dire combien le consommateur dispose d'un large choix. Mais attention la bière de Noël ne sera pas disponible plus d'un mois !

Quelques mots à propos des attributs de la marque, qui ont été remaniés cette année. La nouvelle bouteille est élancée et élégante, pour mieux mettre en avant les symboles d’Affligem, gravés sur son col : la date de création de l’abbaye, le blason organisé autour de l’épée de St Paul, ancien soldat converti au christianisme, et la paire de clés de St Pierre. L’une est en or céleste et l’autre en argent terrestre. Elles permettent d’ouvrir les portes du paradis.

On les retrouve en gravure sur le pied du nouveau calice. Plus statutaire par sa forme échancrée et ses finitions, ce verre permet une dégustation optimale, à la hauteur des brassins de qualité que propose Affligem.

Le tout est représenté sur fond bleu, couleur officielle de la confrérie des moines bénédictins.

La devise de l'abbaye, Felix Concordia, "Être heureux dans la paix", symbolise l’engagement des moines autour d’un travail patient et en commun de la terre et du brassage. Elle fait lien avec la philosophie de brassage de l’abbaye : harmonie, complexité et authenticité.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)