vendredi 27 novembre 2015

Quelques conseils en photographie glanés au Salon du blog culinaire

Le dernier Salon du blog culinaire a été l'occasion cette année d'apprendre quelques astuces pour mieux réussir les photos culinaires.

Amandine Honegger, photographe de Atelier chez Elles, était la bonne personne pour délivrer des conseils adaptés récapitulés sur une carte avec laquelle chaque participant est reparti à la fin du week-end.

Elle a développé chacun d'entre eux et, en bonne élève, enfin j'espère ne pas usurper le qualificatif, j'ai tenté de mettre en oeuvre ses conseils au long du week-end puisque j'ai eu la chance de pouvoir participer à son atelier le samedi matin.

Elle recommande de se servir de la lumière du jour, d'éteindre toutes les ampoules et de se rapprocher d'une fenêtre. Je l'ai souvent fait intuitivement, comme pour photographier cette salade composée.

Les ampoules électriques des plafonniers diffusent une couleur jaune qui se heurte à la lumière naturelle qui est bleutée. Le résultat peut alors virer au vert.
Amandine emploie systématiquement un réflecteur pour dit-elle "déboucher" à l'avant.

Nous n'avons pas les moyens d'avoir chez nous du matériel aussi imposant mais on peut pallier cette carence en plaçant des cartons blancs, ou un morceau de polystyrène, dans les zones d'ombre pour réveiller les couleurs.

J'ai mon "truc" personnel en photographiant à l'intérieur d'un sac blanc quand je manque de lumière naturelle.
Trop de stylisme tue le stylisme. Amandine nous a mis en garde contre la surcharge. La simplicité est le secret d'une composition réussie. Il faut se restreindre à un ou deux éléments, pas plus. Mais pour y parvenir il faut malgré tout une large palette d'objets de tous ordres, de couleurs et de formes variées pour servir d'élément de décor. Ne pas hésiter à prendre un objet à contre-emploi comme la grosse ficelle qui réunit quelques tranches de pain d'épices (voir plus bas) et à la photographier en gros plan.
Il me semble que j'étais sur cette voie en resserrant les clichés sur une assiette et un torchon. Mais c'est un conseil que je vais mettre en oeuvre avec plus de conscience et en combinant avec le suivant concernant l'emploi du zoom. Amandine recommande en effet de zoomer plutôt que de s'approcher du sujet, de manière à ne pas déformer le premier plan comme on le constate sur le cliché ci-dessus à gauche.
Ce n'est pas totalement concluant sur l'exemple ci-dessous, tenté dans son mini-studio soissonnais, parce que j'ai rencontré un problème de mise au point avec mon appareil. Si on met cet aspect de coté on remarque quand même que la tranche de pain d'épices est anormalement large sur le premier cliché.
Il est préférable d'ouvrir le diaphragme, donc de le régler sur un petit chiffre, 5-6 par exemple, pour obtenir le joli flou que nous recherchons tous.
Parfois j'y parviens sans comprendre par quel mystère. Mais je reste loin du compte. Car il faut tout de même un appareil haut de gamme pour faire un tel réglage. Le Reflex s'impose.
Si le temps de pose dépasse 1/60 seconde le risque de "bougé" est trop fort et il faut alors utiliser un trépied. C'est un investissement à faire.
Ce moment d'échange avec Amandine a été très riche mais frustrant aussi parce que plus on en apprend plus on se rend compte du chemin qui resterait à faire. Je suis quand même plutôt satisfaite de celle-ci ...

Aucun commentaire:

Messages les plus consultés