dimanche 23 septembre 2012

La pâtisserie des Rêves souffle une bougie de plus et se tourne vers les enfants


Il y avait foule l'an dernier à l'hippodrome de Saint-Cloud et je ne vais pas vous redire ici la philosophie de l'action. Relisez le billet écrit à ce moment-là.

J'insisterai sur la convivialité, toujours de rigueur, et la gentillesse de Philippe Conticini, très à l'écoute de sa clientèle, toujours plus nombreuse. Comme le dit avec à propos Anne-Lise, sa charmante épouse, forcément, c'est addictif. J'ajouterai y goûter, c'est y succomber.

Un millier de personnes de plus qu'en septembre 2011 sont venues dimanche pour ouvrir le carton surprise que le patissier avait préparé pour une ou deux personnes. De vraies parts pour un vrai goûter auquel ne manquaient que les bougies. Et je me demande combien nous serons dans 10 ans !

Cela devient le rendez-vous de la rentrée et certains arrivent en force. Il faut reconnaitre qu'avec presque 5000 invités via facebook, sans compter ceux qui apprennent l'évènement parce que ce sont des familiers des boutiques on se demande comment il peut encore rester un coin d'herbe verte au bord de l'hippodrome.

La menace de recevoir une ondée n'avait effrayé personne. C'était prévu : l'équipe avait promis sur les réseaux sociaux la danse du soleil et s'il n'était pas au rendez-vous on nous avait assuré que nous pourrions toujours jouer aux gourmands bien à l'abri dans les tribunes.
L'organisation demeure parfaite. Accueil personnalisé dès le parking, sourire constant. Vérification de la liste des invités et du nombre d'accompagnateurs. Remise des bons. Echange contre des boites dont le contenu est décrit consciencieusement par une bande de jeunes arborant les couleurs rose et blanche qui sont celles de la maison et qui va jusqu'à proposer de nous les porter si on a besoin d'aide. Sourire infaillible.


Les groupes rivalisaient de créativité pour remporter la médaille : une journée avec le grand chef je crois. Ceux-là avaient composé un jeu fort malin et entonnèrent une chanson à la gloire de Philippe qui l'écouta de bonne humeur.

Tout le monde était doublement heureux aujourd'hui. De retrouver ses amis, de se régaler, de profiter d'un soleil modeste mais présent après quelques jours de pluie, et surtout surtout de voir que le pâtissier était parmi nous, en forme, et philosophe. 

Je m'étonnais de sa patience à écouter les critiques de la part de personnes bien pensantes, certes, car rien n'était méchant, mais tout de même sévères. La compote de rhubarbe serait un chouia trop acide pour l'un, les figues trop sucrées, le brownie trop salé et la couleur de la mousse de sésame gris ... trop ... grise.
Un jour comme celui là j'apprécie. C'est tout. Je comprends mal qu'on se permette de juger. D'autant qu'il faut tout de même réaliser que le gouter est préparé à très grande échelle, ce qui en soi est déjà une performance. Et je tire ma révérence à Monsieur Conticini qui remercie chacun d'être là et de lui dire le fond de sa pensée. Il promet avec humilité que dès demain il sera au labo pour vérifier ...

Il accepte aussi de bonne grâce les multiples séances photos réclamées par des clients devenus pour certains des amis. Et puis il s'attable lui aussi en famille pour re-gouter quelques douceurs tout en prêtant cette fois une oreille attentive aux exigences de sa fille qui n'a de cesse de lui voir exécuter son dessert favori, un baba au rhum. L'an prochain alors ?
En attendant on savoure le flan, un dessert tout simple à première vue mais qui n'est pas facile à réussir. Celui là est parfait, ni trop mou, ni trop ferme, et subtilement vanillé. ce n'est pas Lord Vanilla qui dira le contraire. Et même si ce n'est pas sa vanille que le chef emploie, Lybleam fait le clown :
Pendant ce temps les petits bénéficient d'une chance supplémentaire avec un sac spécial au logo revisité et des petits financiers, fourrés qui étaient encore meilleurs partagés avec les compotes des cartons de leurs parents. Le mercredi ils auront des activités gourmandes particulières.
 

Dès ce soir il y aura moult mercis sur facebook et c'est bien mérité. Cette 3eme édition du "Goûter de la Rentrée" était très réussie. Après cela il faut aller sur place pour  déguster les nouveautés, et il y en a régulièrement, mais les grands classiques méritent à eux seuls une virée dans l'un ou l'autre de ces lieux de rêve. Pour vous en convaincre salivez devant les photos prises il y a quelques mois, ici et . Allez-y seul(e), en famille, avec des enfants si possible. Les bonnes habitudes se prennent tôt.
La Pâtisserie des Rêves
93 rue du Bac, 75007 Paris, Tel. : 01 42 84 00 82
111, rue de Longchamp, 75016 Paris
De 8h à 20h sauf lundi
Site: www.lapatisseriedesreves.com

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)