mardi 19 décembre 2017

Aux livres exquis de Fanny Vandermeersch

Si vous aimez la comédie romantique, et la littérature feel-good (qui fait du bien) Aux livres exquis est pour vous.

Je salue ce premier roman bien ficelé par Fanny Vandermeersch. Trop ... diront peut-être certains lecteurs exigeants parce qu’on ne s’attarde pas suffisamment sur les personnages secondaires ni sur les descriptions, et que le café dit littéraire ne l'est pas tant que ça.

L’écriture avance très vite, les mots s’enchaînent tambour battant comme la vie de Chloé. Capable en quelques lignes de se remettre du départ de son mari (à l’inverse de ce qui se passe dans la pièce Chagrin pour soi) et de prendre un nouvel envol en l’espace d’un petit mois.

On aimerait demander pareil ticket au Père Noël mais on se satisfera de revoir le film Love Actually comme Fanny le conseille d’ailleurs (p. 60). Et coup de chance, la télévision l’a prévu ces jours-ci sur M6.

L'auteure a l’art de fair rêver ses lecteurs et elle semble traversée par toutes ces influences qui appartiennent à la comédie romantique. Son livre dégage une atmosphère comparable à ce qui caractérise les ouvrages de Nicolas Barreau.

Elle prétend (page 52) qu'une femme a cinquante pour cent de chance de plus qu'un homme de retrouver un partenaire après une rupture. On pourrait aussi lui tenir rigueur de garder secrète sa recette de chocolat chaud consolateur anti-chagrin et des muffins aux myrtilles qu’elle prétend "à tomber". Plus facile à écrire qu’à démontrer et j'aurais bien aimé vérifier.
Chloé n’aime pas la routine. Maman d'un adorable petit garçon Rudy qui voudrait bien ne plus arriver en retard à l'école, elle est mariée à un homme qu’elle ne voit jamais, mais refuse de rester la gentille femme au foyer qui attend son mari – infidèle depuis la naissance de la petite dernière. Son amie Lucy la soutient mais Chloé voudrait conquérir son indépendance. Quand elle lit dans le journal qu’un café littéraire, “Aux livres exquis” cherche une serveuse, c’est le rêve.

Ce n'est pourtant qu'un CDD, pour remplacer Morgane pendant son congé de maternité. Et puis, si elle s’entend à merveille avec le comptable, les débuts sont difficiles avec le patron, David, qui s'avère en être le frère.

Une intrigue supplémentaire se trame en parallèle à propos d'un portrait dessiné à plusieurs reprises dans le carnet d’une cliente mystérieuse qui s’est volatilisée. Et si c'était le sien ? Chloé va comprendre qu’elle doit se pencher sur son passé pour construire un avenir plus serein.

Entre muffins brûlés, énigme, crises de larmes, de rire, voyage au Maroc, révélations sur le décès de sa mère et découverte de ses origines, la vie de notre héroïne ne sera plus la même.
Fanny Vandermeersch est née dans le Nord de la France. Aux Livres Exquis, qui est son premier roman pour adultes, fut un best-seller d’autoédition, ce qui a décidé les éditions Charleston à le publier en version papier. Il existe toujours en version numérique et un scénariste pourrait y trouver matière à une adaptation cinématographique pour sa modernité et son coté positif.

On se surprend à imaginer la distribution : le père indécis, l'amie fidèle, le patron ronchon ... qui doivent résoudre des situations très contemporaines : résister à la pression des horaires, concilier la vie de famille avec la vie professionnelle, résoudre un secret de famille, réussir sa quête identitaire.

Fanny a été deux fois finaliste du concours d’écriture E-crire auféminin. Elle est également l’auteur de Phobie, un roman jeunesse paru aux éditions Le Muscadier. Elle n'a sans aucun doute pas fini de nous faire voyager.

Aux livres exquis de Fanny Vandermeersch, éditions Charleston, octobre 2017

2 commentaires:

Fanny Lit a dit…

Merci beaucoup pour cette chouette chronique, plutôt drôle et bien écrite !
Concernant le secret ... impossible de le dévoiler, le patron me tuerait ! Et il n'est pas toujours commode... alors je m'en méfie ;)

Concernant la comparaison avec Nicolas Barreau concernant l'atmosphère du roman, je suis très touchée. Quand à la page 52, il est ajouté dans la seconde version que ce n'est qu'une invention destinée à faire rire Chloé ;)

marie-claire a dit…

C'est vrai qu'elle invente cette statistique. C'est pourquoi j'écris qu'elle "prétend" que. Je l'ai choisie pour témoigner de sa façon positive de considérer les choses.

Quant aux muffins je vais donc mener l'enquête ... c'est un des avantages de ma double orientation culinaire et culturelle. Pour le chocolat j'ai déjà une idée. Et une adresse. Mais il faudra attendre la saint-Valentin pour la connaitre. Suspense !

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)