lundi 4 décembre 2017

Cuisiner le potimarron

Il appartient à la famille des courges, nous tente souvent sur les marchés mais, ne sachant pas comment le préparer autrement qu’en (banale) soupe je renonce régulièrement à cet achat.

C’est parce que je suis allée dans une ferme que je me suis lancée. Et j’ai totalement changé d’avis. Le cuisiner n'est pas sorcier. Ce légume n’a qu’un défaut, il est difficile à trancher. Il faut un bon couteau et ne pas chercher à le couper sur plus de deux-trois centimètres d’épaisseur. Soyez prudents !

Une fois ce problème réglé (comme celui de parvenir à retirer l’épaisse peau qui, je crois est comestible mais pas agréable en bouche si on le mange cru) plusieurs possibilités très pratiques s’offrent à vous.

Il est très agréable cru, mais oui. On peut donc le râper, et l’associer à des carottes (qui sont plus juteuses donc qui apportent de la fraicheur) ou du céleri, ou les trois ensemble pour le consommer en vinaigrette. Ou faire une sauce jus d’orange-échalote-persil-huile d’olive. On peut aussi le trancher  à la mandoline … tout dépend de l’effet recherché.


On peut le braiser, en faisant revenir des tranches de deux centimètres d’épaisseur dans un peu de matière grasse puis en poursuivant la cuisson après avoir ajouté un peu d’eau dans la poêle. Il sera alors un des légumes présentés avec, par exemple, un sauté de volaille.
On peut encore le couper en petits dés, le faire cuire à la vapeur et l’ajouter à un riz blanc, avec également des raisins …. Beaucoup de combinaisons s’offrent à vous en dehors de la trop classique soupe, qui ne démérite pas pour autant qu'on l'agrémente, par exemple avec une tartine de Saint-Agur et un jambon noir de Bigorre AOC.
Et souvenez-vous qu'il existe aussi bien en version verte qu'orange. Avec peu de différence de goût. Le vert serait peut-être plus ferme, moins pâteux à la cuisson.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)