dimanche 18 février 2018

Papa va bientôt rentrer

Encore une histoire inspirée par une guerre. Ce n'est plus la Première Guerre mondiale comme avec le Petit poilu illustré.

Ç'aurait pu être la guerre d'Afghanistan car l'auteur est parti de l'anecdote des papas plats (flat daddies) que le gouvernement américain faisait parvenir aux familles, comme si posséder une reproduction grandeur nature de son père ou de son mari pouvait compenser l'absence.

Finalement Jean Franco a choisi de situer Papa va bientôt rentrer dans le contexte de la guerre du Vietnam, ce qui permet de voyager dans l'Amérique (conformiste) des années 70, lesquelles ont décidément le vent en poupe. Au moins trois spectacles ont un décor comparable, et les comédiennes semblent avoir la même garde-robe avec des grands motifs orangés, (créés par Juliette Chanaud).

Quoiqu'il en soit cette pièce est une heureuse surprise et on se demande bien pourquoi l'auteur a laissé passer quelques années avant de la proposer à José Paul pour la mettre en scène au Théâtre de Paris, lequel a dû attendre longtemps avant que les trois comédiens soient libres en même temps.

La pièce se déroule sur 24 heures, et 8 mois plus tard. Un drapeau américain en berne dans la cuisine ne laisse pas de doute. Nous sommes aux US, précisément dans l'état du Maine. Il est 13 h 50 et on a compris que la pendule va jouer un rôle important.

Le réfrigérateur fait penser à la cuisine de Sur la route de Madison. On parie qu’on va boire de la bière, on ne sait pas encore laquelle, mais j'ai appris que chaque élément est authentique. L'assistante de José Paul est revenue des US avec une valise pleine de produits ... d'époque bien sur. Le décorateur (Edouard Laug) joue la carte réaliste et c'est parfait.

En l’absence de leurs maris, combattants au Vietnam, deux voisines, Mia (Marie-Julie Baup à gauche), et Suzan (Lysiane Meis à droite), se retrouvent quotidiennement pour bavarder, passer le temps, se soutenir, se serrer les coudes dans le même esprit que celui qui nous rassemblait après les attentats il y a deux ans. Mia engloutit les pots de beurre de peanuts, Suzanne se noie dans l'alcool. La première a une petite fille de 10 mois qui va bientôt marcher et réclamer son papa. Coup de chance les deux femmes pensent que Paul comme Richard vont bientôt rentrer parce que cette guerre absurde (elles le sont toutes) est sur le point de se terminer.
Ce n'est pas le papa officiel qui arrive mais l’ex petit-ami de Mia dont on surprend les acrobaties derrière la vitre avant qu'il n'entre par effraction.
Il est en désertion, donc en danger de cour martiale. Mia a tiré un trait sur ses engagements mais elle demeure attachée à son ancien amoureux et elle n'a pas le coeur de le condamner. La situation est compliquée et tout va se dérouler sous les yeux du mari, brave papa plat silencieux.
La pièce est une vraie comédie romantique, très agréable à suivre. Il y a de l'émotion positive, sans doute parce que l'auteur venait d'être papa quand il l'a écrite. Elle a aussi le mérite de pointer les premières tentatives d'émancipation féminine dans la bouche de la "moderne" Mia. Le personnage de Suzan est plus conformiste mais son amie éveillera sa conscience politique.

L'Amérique conquérante est égratignée par l'auteur et ce n'est que justice. En quoi la guerre du Vietnam pourrait revendiquer une quelconque légitimité ? Elle n'a rien à voir avec la religions ou une quelconque protection. C'est une volonté de conquête par un pays qui n'est pas une démocratie mais un empire.
Les opinions des personnages évolueront au fil du temps. Ils ne sont pas statiques et perdus dans leurs discussions. On les voit vivre, cuisiner (l'odeur de l'omelette chatouille nos papilles et on se demande si ce ne serait pas de la vraie Bud qui est ouverte).
Peut-être deviennent-ils plus matures. Être adulte serait ne plus avoir de certitude, nous a confié Marie-Julie Baup après le spectacle. Les choix musicaux de José Paul sont précis. On entendra le magnifique Saigon Bride de Joan Baez avant de terminer, huit mois plus tard sur les paroles de Lou Reed, Just a perfect day.
La direction d'acteurs est d'une grande justesse. Elle est le résultat de deux mois de répétition (en commençant avec le texte su, le metteur en scène en fait un principe). Mais aussi d'une belle entente de toute l'équipe qui s'appuie chaque soir sur deux principes toltèques (décidément le Mexique gouverne le monde) qui sont ne faites pas de supposition et faites toujours de votre mieux.

On peut voir dans la grande salle une autre pièce mise en scène par José Paul, plus impressionnante en terme de décor, la Garçonnière, qui est une reprise, et qui sera programmée en première partie de la prochaine cérémonie des Molières.
.... petite revanche pour José Paul (à droite sur la photo à coté de l'auteur), souvent nominé, jamais moliérisé.
Un dernier conseil : prenez une photo amusante de vous en sortant du spectacle : les personnages plats seront de sortie dans le hall.

Papa va bientôt rentrer 
De Jean Franco, collaboration à l'écriture Jean-Yves Roan
Mis en scène par José Paul
Avec Marie-Julie Baup, Lysiane Meis et Benoit Moret
Du 12 janvier au 21 avril 2018
Du mardi au samedi à 21h Les samedis à 17h00 Les dimanches à 15h00
Au Théâtre de Paris - Salle Réjane
15, rue Blanche  75009   Paris
Tél. location : 01.42.80.01.81

Pour la petite histoire c'est bien la Budweiser (qui doit son nom à une ville tchèque) brassée à partir de malts de riz et d'orge et peu houblonnée, qui est sur la table. Surnommée la reine des bières, cette lager figure parmi les plus vendues dans le monde.

Merci à Luna pour les photos qui ne sont pas logotypées A bride abattue.

Aucun commentaire:

Articles les plus consultés (au cours des 7 derniers jours)